Les Nouveaux mystères d'Udolpho : roman de détection victorien

En ce 11 novembre 1918, onze mille hommes furent tués ou blessés au cours de combats qui se déroulèrent alors que tous les officiers savaient le guerre finie.
Jed Rubenfeld - L'Origine du silence
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Roman - Policier

Les Nouveaux mystères d'Udolpho : roman de détection victorien

Énigme - Victorien MAJ vendredi 16 avril 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche

Tout public

Prix: 10,5 €

John Dickson Carr
The Hungry Goblin - 1972
Préface de Roland Lacourbe
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Danièle Grivel
Paris : Rivages, janvier 2010
404 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2041-7
Coll. "Noir", 758

Wilkie Collins auteur de romans et acteur de romans

Christopher Kit Farrell est un Anglais qui vient de passer plusieurs années en Amérique comme journaliste. De retour à Londres, il retrouve son vieil ami Nigel, explorateur en Afrique, un temps porté disparu avant de réapparaître tout aussi subitement. Nigel, extrêmement embêté, se confie à son ami : il ne reconnaît pas sa femme Muriel. Certes c'est la même personne, mais elle a quelque chose de changé, notamment dans l'intimité la plus secrète : soit ce n'est pas elle, soit elle a pris des cours de relations sexuelles avec un autre homme. Dans tous les cas, cela le trouble !
Alors que les deux hommes essayent de démêler cette situation embarrassante. Un inconnu tire sur Nigel, manquant le tuer de peu. Qui est le coupable ? Y a t il un lien avec le domaine d'Udolpho qui appartient à Nigel ? Christopher décide d'employer les grands moyens : il se rend "en ville" afin de rencontrer le grand Wilkie Collins. Sa connaissance des mystères policiers et son grand sens du détail sur les vies intimes devraient les aider à résoudre le mystère. Mais est-il bien utile de révéler tous les sombres mystères de la passion humaine ? Le tireur de plus pourrait recommencer sa macabre besogne...
John Dickson Carr a une œuvre abondante. Après les grands textes publiés, Roland Lacourbe a essayé de sortir (il le rapporte dans sa préface) les autres romans et pièces de théâtre. Son intégrale chez L'Atalante est d'ailleurs digne d'éloge. Avec ce roman, John Dickson Carr s'est essayé à l'imitation. Très influencé par Wilkie Collins, le texte déroule un grand nombre de discussions et de thèmes victoriens : le double, la malédiction (un fantôme court dans les jardins d'Udolpho), les passions lourdes de conséquences. S'il s'introduit bien dans l'univers du romancier, à tel point qu'on l'on pourrait croire le texte écrit par Collins lui-même, il n'en reste pas moins que l'intrigue policière est réduite à sa portion congrue, se base sur un ou deux éléments non-dits (ou de mauvaise compréhension par les différents protagonistes) et pêche un peu par rapport à ces grands et légitimes succès, ce que reconnaît bien volontiers Roland Lacourbe. Le livre est surtout conseillé aux amateurs de John Dickson Carr ou pour ceux intéressés par la littérature victorienne.

Citation

J'ai peut- être un certain penchant pour les plaisirs charnels ; je n'ai pas pour autant des mœurs dissolues. Il n'y a eu qu'un seul homme, mais il y a eu cet homme-là et à plusieurs occasions.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 16 avril 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page