La Console mystérieuse

L'un d'eux avait même dit qu'il n'y était pour rien et que, s'il avait reconnu les meurtres, c'était uniquement pour que sa famille soit prise en charge par le Hamas.
Pierre Pouchairet - Une terre pas si sainte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 15 octobre

Contenu

Roman - Aventure

La Console mystérieuse

Économique - Social - Énigme MAJ jeudi 06 mai 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 10 ans

Prix: 10 €

Pierre Gemme
Vanves : Le Bout de la rue, novembre 2009
116 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 2-916620-47-8

Jeu de piste

À Noël, Thibault reçoit la console de jeux portative dont il rêve mais à la place du mode d'emploi, il trouve une feuille de papier écrite à la main en chinois qui va se révéler être un appel au secours. Thibault entend ses parents se disputer : en fait son père qui vient d'être licencié de Jeux et Jouets de France, a volé la console car le couple n'a plus un sou hormis la prime de licenciement. Se sentant fautif, l'adolescent décide de fuguer pour vivre dans la rue. Mais la console lui indique de se rendre à Paris, Gare de l'Est. Il se retrouve dans le Transsibérien destination Moscou.
À Paris, les parents découvrent la fugue et se rendent au commissariat. Le père est arrêté pour vol mais l'inspecteur Bernard enquête, et part à la recherche de Thibault. Il découvre entre autre que le directeur de Jeux et Jouets de France ment quand il affirme que les consoles sont fabriquées en France. Mais à la suite de Thibault, il y a aussi Tchang le tueur chinois envoyé par le directeur.

Plus roman d'aventure que polar, ce livre nous entraîne dans un long périple qui va nous mener jusqu'à Pékin en passant par le lac Baïkal. Le voyage se révèle un jeu de piste très dangereux mais Thibault devient par moment le héros de son jeu vidéo ce qui lui permet de franchir quelques étapes plus facilement. De plus, des rencontres vont aussi lui permettre de progresser et de ne pas perdre courage : Anton le Russe blanc qui retourne dans son pays, Aga le jeune cavalier mongol, Tchang qui décide de changer de camp, un vigile à l'usine de Wenjiang...

D'une écriture classique rappelant certains livres de la "Bibliothèque verte", ce roman distrayant est en outre très documenté sur la culture russe et de nombreuses notes en bas de page permettent au lecteur de se familiariser avec des notions d'histoire ou des éléments de la vie quotidienne. Enfin, l'ambition de Pierre Gemme est également de sensibiliser le lecteur à l'exploitation des enfants. On fermera donc les yeux sur quelques incohérences, par exemple, Anton le Russe blanc devrait avoir environ cent-dix ans.
Un ouvrage qui devrait plaire aux collégiens.

Citation

Les jeunes pensionnaires de cette usine arboraient tous des mains horribles, les doigts tailladés, les ongles cassés, des ampoules.

Rédacteur: Patricia Châtel jeudi 06 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page