Les Visages

Nicky s'était toujours dit que Gil serait du genre à s'excuser le jour où il serait renversé par une voiture.
Richard Montanari - 300 mots
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Thriller

Les Visages

Tueur en série MAJ vendredi 28 mai 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Jesse Kellerman
The Genius - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Julie Sibony
Paris : Sonatine, octobre 2009
472 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-026-5

Actualités

Extrait audio :


Folie graphique

À trente-trois ans, Ethan Muller, fils d'une grande fortune américaine, est galeriste spécialisé en art contemporain. Fâché depuis longtemps avec son père, il communique avec lui par l'entremise de son bras droit. Bras droit qui l'appelle un jour car il a mis la main sur un truc complètement fou : Victor Cracke, un homme d'une soixantaine d'années, a quitté son appartement depuis plus de trois mois. Lassé de ne pas être payés, le propriétaire – Monsieur Muller père – a forcé la porte et ils ont découvert un nombre incalculable de dessins... Ethan s'y rend, tombe à la renverse a la vue des dessins, les emmène et les examine : "Il y avait environ 135 000 dessins, chacun sur le même genre de papier A4 de faible brillance, de bon marché et facile à trouver ; de quoi couvrir une surface de 8420 mètres carrés" car ils sont tous numérotés au dos et forment une immense mosaïque, forte, envoutante, dérangeante... Ethan ne cherche pas trop à retrouver Victor Cracke, et en expose à sa galerie. C'est un véritable succès et les prix s'envolent. Le tableau numéro un représente cinq visages de gamin. Les ennuis commencent lorsqu'un flic à la retraite y voit la photo de cinq gamins assassinés des années plus tôt.
Les Visages fait partie de ces livres qui vous happent. D'entrée de jeu vous plongez dans l'univers de Jesse Kellerman, à la page 25 vous êtes galeriste, vous ressentez le même émoi qu'Ethan Muller face aux toiles de Victor Crack... et dès la page 30 vous vous dites que si ça continue comme ça, cela va être un grand moment de lecture... ce qui est le cas. Le livre est fluide (une plume précise et efficace). Vous, vous êtes pris par l'histoire, son découpage (les deux intrigues qui s'entremêlent) et cet univers si particulier de l'art contemporain (bien décrit et loin d'un "j'étale mes connaissances"). Le final est de qualité : c'est un des très bons romans de 2010.

Récompenses :
Grand Prix des Lectrices de "Elle" Policier 2010

Nominations :
Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2011

Citation

Tu ne peux pas nier qu'il y a un aspect de démence dans son œuvre. Sa façon obsessionnelle de remplir chaque centimètre carré de papier... Et puis il n'y a qu'un fou pour dessiner pendant quarante ans et tout planquer dans des cartons.

Rédacteur: Christophe Dupuis vendredi 01 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page