Savemore

Sa première impression avait été la bonne, il ne reconnaissait plus sa femme. Il ne bougea pas et, sans savoir s'il devait s'inquiéter ou non, il décolla, du bout de ses doigts, les minces pellicules de colle séchée.
Pascal Millet - Ton visage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 14 décembre

Contenu

Roman - Policier

Savemore

Social MAJ lundi 24 mai 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,5 €

Sean Doolittle
The Cleanup - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides
Paris : Rivages, mai 2010
352 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2109-4
Coll. "Noir", 779

J'aurais voulu être un héros

Matthew Worth est un flic pas très brillant, qui essaye de ressembler à un flic. En ce moment, il est de permanence la nuit, dans un supermarché Savemore, rétrogradation suite à une altercation. Six mois à purger "sa peine", assortis d'un contrôle régulier chez le psy. Worth, qui n'a pas l'étoffe d'un héros, a trouvé un plaisir simple : ranger les courses des clients. Il y excelle et se demande s'il ne devrait pas en faire son métier... surtout que ça lui donne l'occasion de discuter avec Gwen, la caissière, mignonne comme tout, et qui est la seule à lui porter de la considération (comme il ne cesse de se le dire à tout bout de champ : "rien que d'y penser, c'était humiliant"). La vie de Worth va voler en éclats quand Gwen va l'emmener chez lui et lui dire : "je peux te montrer autre chose".
Quand un livre vous happe comme ça d'entrée de jeu : sec, nerveux, sans fioritures, plaçant les personnages et les lieux rapidement (vous êtes dans les allées crasseuses du Savemore avec ces nuits qui n'en finissent pas, et les collègues humiliants), vous vous dites que vous allez passer un bon moment, et ça ne manque pas. En 350 pages, Sean Doolittle vous embarque pour une traque qui ne va cesser de se densifier (l'excellente arrivée de nouveaux personnages et les liens qui se tissent entre eux), c'est du grand art.


On en parle : 813 n°109 |La Tête en noir n°145

Citation

Tu sais ce que c'est, ton plus gros problème ? C'était quelques mois avant qu'elle ne le quitte pour Vargas, de la Criminelle. C'est pas ton boulot. C'est pas ton département. Matthew, attention, j'ai un scoop : c'est toi.

Rédacteur: Christophe Dupuis jeudi 20 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page