Peine maximale

Faut encore que tu dises des âneries, gémit Bérurier. T'es terrible. On se demande comment que t'as pu faire une carrière dans la Poule en étant aussi couillon.
San-Antonio - San-Antonio renvoie la balle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Roman - Noir

Peine maximale

Braquage/Cambriolage - Enlèvement - Procédure MAJ mercredi 26 mai 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 13,5 €

Anne Vantal
Arles : Actes Sud junior, février 2010
310 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7427-8718-0
Coll. "Ado"

Intime conviction

Kolia, un jeune homme tranquille, se mue en quelques jours en braqueur et prend en otage un nourrisson de trois mois. Un an et demi plus tard, il se retrouve en cour d'assises dans le box des accusés et sa sœur Léna, accusée de complicité, comparaît libre. Peine maximale est le récit des trois jours de procès, raconté heure par heure, avec les points de vue alternés de différents personnages. Un procédé qui donne une rigueur quasi documentaire à l'ensemble tout en conservant émotion et suspense.
C'est principalement à travers les yeux des neufs jurés que le lecteur découvre les événements. Ce sont des gens ordinaires qui ont laissé pour trois jours leur vie quotidienne pour décider du sort de deux personnes. Certains sont furieux d'avoir été choisis, d'autres aimeraient remplir leur devoir de citoyen le plus justement possible mais presque tous prendront peu à peu conscience de l'enjeu, un jeune homme de vingt-cinq ans risque la peine maximale. Après l'exposé des faits, ils sont d'ailleurs tous convaincus de la gravité du crime : séquestrer un bébé sans défense est ce qu'il y a de pire, Kolya est une "petite ordure" et sa jeune sœur une menteuse qui crie son innocence pour échapper au châtiment. Puis les auditions et les témoignages se succédant, les jurés vont s'apercevoir qu'il ne s'agit pas d'un fait divers crapuleux de plus, que les êtres de chair face à eux, accusés ou victimes, ne sont pas tout noirs ou tout blancs.
Cet ouvrage n'est pas un roman de prétoire à la mode américaine avec monologues emphatiques et rebondissements de dernière minute. Il nous remet utilement en mémoire le fonctionnement de notre système judiciaire et nous fait participer à une expérience humaine qui peut changer une vie. L'approche inhabituelle, la structure en brefs chapitres, la sobriété de l'écriture et la distance voulue par Anne Vantal, qui n'exclut d'ailleurs ni le rythme, ni l'émotion, font de ce roman pour adolescents et adultes une réussite remarquable.

Citation

Sa main, au fond de l'urne, tourne longuement les tablettes de bois. Il faut bien mélanger, avec force, en faisant beaucoup de bruit, pour que chacun soit parfaitement convaincu de l'indépendance de la justice et de l'intégrité des méthodes employées.

Rédacteur: Patricia Châtel mardi 25 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page