Icônes

Je dois avouer que la peinture d'Edward Hopper me remue un peu les tripes.
Maurice Gouiran - Qui a peur de Baby Love ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 22 mai

Contenu

Roman - Noir

Icônes

Médical - Trafic MAJ samedi 29 mai 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5


Inédit

Tout public

Prix: 14 €

Michel Chevron
Paris : Après la lune, avril 2010
192 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-35227-041-6
Coll. "L'Invitation au noir"

Le "polar dégraissé" fait des émules...

Face à l'échec de sa vie, Richard Lenoir décide d'en finir... lorsqu'un 4x4 emboutit sa voiture, l'envoyant à l'hôpital. Un messager nommé Conteur lui apprend que le responsable n'était pas n'importe qui, mais le fils de Solonik, un caïd notoire. Comme il a perdu la vue dans l'accident, Conteur lui propose un marché : ses cornées contre une icône qui est son seul trésor — et s'il refuse, ils se retourneront sur sa fille. Mais pour Lenoir, ce n'est que le commencement...
Amis lecteurs qui en avez assez des pavetons s'écroulant sous leur propre poids et du tirage à la ligne éhonté, ce roman est pour vous. Révélé avec l'excellent Fille de sang, Michel Chevron s'inscrit ici, dans la lignée d'un polar dégraissé à la Colin Thibert avec une histoire qui va directement à l'os, sans l'ombre d'une digression inutile. Somme toutes, on revient là aux origines du genre bien avant qu'il ne devienne respectable, lorsque d'après la légende, les éditeurs sabraient tout ce qui faisait "littérature"... Le tout à travers une intrigue mouvementée qui ne cesse de se retourner sur elle-même, aux personnages pittoresques (un chauffeur de taxi mal embouché, des acteurs de porno faisant tueurs à gage au noir) et qui, au final, s'avère très bien maîtrisée. Certes, ce parti-pris stylistique est risqué, et il ne faut pas décrocher un seul instant de peur de rater un épisode parfois troussé en quelques lignes. Résultat, ce roman se lit d'une traite, en apnée, ne serait-ce que pour découvrir le rapport entre toutes ces turpitudes et une esclave romaine. Pas le roman du siècle, mais Michel Chevron revient à la source du genre noir (Icônes est plus noir que thriller, contrairement à ce que proclame la couverture : pas l'ombre d'un tueur en série ou d'une conspiration diabolique dans tout ça), et quelque part, ça fait du bien...

Citation

Et le temps s'écoula comme il s'écoule à l'hôpital, ponctué de claquements de portes, de conciliabules feutrés, d'encouragements falsifiés à l'adresse des moribonds, du ballet des chariots dont chacun a sa touche et son parfum singulier.

Rédacteur: Thomas Bauduret samedi 29 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page