Valse macabre

Elle le soupesa dans sa paume, comme pour s'assurer de son authenticité, et de la mienne. En fait, j'étais censé être le gentil dans cette histoire, que je porte cet insigne ou non.
Vu Tran - Disparue à Las Vegas
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 23 mai

Contenu

Roman - Policier

Valse macabre

Religieux - Assassinat MAJ jeudi 03 juin 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23,95 €

Douglas Preston & Lincoln Child
Cemetary Dance - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sebastian Danchin
Paris : Archipel, mai 2010
472 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8098-0332-7
Coll. "Les maîtres du suspense"

Du roman populaire moderne digne des feuilletonistes !

Un ami personnel de l'inspecteur Pendergast et reporter au New York Times est assassiné. Les caméras de surveillance trahissent l'assassin, un certain Colin Fearing. Seul défaut : celui-ci est mort ! Un prêtre vaudou fabriquerait-il des zombis en plein New York ? L'enquête s'oriente vers La Ville, une communauté religieuse très fermée pratiquant les sacrifices animaux...
Le binôme Douglas Preston-Lincoln Child s'est bâti une place un peu à part dans ce qu'on peut appeler le roman populaire moderne. Héritiers à la fois des feuilletonistes et des auteurs de romans de mystère des années 1930, ils touchent à la fois au fantastique (Relic et sa suite, revisitant l'histoire de monstres classique), au polar, au ouh-fais-moi-peur digne de Wes Craven (Les Croassements de la nuit) et à l'aventure (Le Piège de l'architecte avec sa conclusion un rien décevante par rapport au postulat) avec parfois des ratés (Mount Dragon, aventure pseudo-hollywoodienne filandreuse dont on espère qu'elle restera inédite). On ne peut leur reprocher de manquer d'imagination... Ils emploient la méta-histoire avec succès. On retrouve ici le fameux inspecteur Pendergast, dans la grande tradition des détectives excentriques, et Vincent D'Agosta, introduit dans Relic. Toutes les qualités du duo sont présentes : l'action est prenante et ne laisse pas un instant de répit à travers les traditionnels chapitres courts jusqu'à une course-poursuite finale dans des souterrains rappelant Le Grenier des enfers, et menant à une résolution délicieusement alambiquée digne d'un épisode de Scooby-Doo ! Quant au style, il est largement supérieur à la moyenne du genre, aidé par une traduction allègre. Les auteurs ont mis le frein sur les longueurs et redondances qui entachent certains de leurs romans et, malgré un décor moderne, il plane sur le tout un curieux parfum rétro loin d'être désagréable. Pas un grand roman révolutionnant le genre, mais une lecture fortement recommandable qui ferait un bon roman de plage ou de gare...

Citation

— Mon cher Vincent, cette affaire est déjà passablement étrange, mais une chose me frappe plus encore sur cette vidéo. Avez-vous remarqué sa réaction lorsqu'il pénètre dans le hall ? Il jette un coup d'œil en direction de la caméra.
— Il savait qu'elle se trouvait là. N'oubliez pas que c'est un des locataires de l'immeuble.
— Précisément.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 02 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page