Chasses olympiques

Il régnait dans cette maison un silence complet, une odeur de bout du monde, de terre oubliée.
Emmanuel Grand - Terminus Belz
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 15 novembre

Contenu

Roman - Noir

Chasses olympiques

Fantastique - Historique - Vengeance MAJ samedi 05 juin 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 13,5 €

Nicolas Cluzeau
Saint-Herblain : Gulf stream, mars 2010
268 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-35488-063-7
Coll. "Courants noirs"

Swarh off

1912. Les jeux Olympiques viennent de s'ouvrir à Stockholm. La jeune Sonia y représente la Suède. Elle fait alors la rencontre de James, un "Amérindien" venu concourir. Mais Sonia a un lourd passé : elle est issue d'une famille opposée à la Couronne, et ses parents ont été tués par Swahr, le rejeton d'une illustre famille. Or, ce même Swahr sera aux Jeux...
Dans le même temps, des anarchistes ont décidé de profiter de l'occasion pour piller la demeure des riches Swahr, et utiliser l'argent pour fuir aux États-Unis. Mais, l'inspecteur Wallenhort veille.
Le roman se découpe en deux parties : l'une montre la tension qui va croissant des différents protagonistes de l'intrigue, la seconde le moment où tous les fils se rejoignent pour que l'histoire s'accélère (même si la première partie est aussi trépidante). Même si le titre annonce déjà cette seconde partie, il serait quand même bête de gâcher son plaisir. Nicolas Cluzeau sait construire une histoire, sait manipuler une documentation sans être pesant et présenter des personnages complexes. Ici, il nous fait découvrir, avec des enjeux politiques particuliers, l'histoire tourmentée des relations entre la Norvège et la Suède. En quelques traits, Nicolas Cluzeau pointe du doigt les changements introduits par le progrès - qu'il soit technologique ou sociétal -, et soulève les questions fondamentales de l'époque : montée de la gauche marxiste, rêve d'aller vers les États-Unis pour y fonder une société plus juste, derniers vestiges d'une société féodale).
En ce qui concerne les personnages, s'il apparait très logique que peu à peu le policier organise sa propre rédemption, Sonia est montrée dans son entière complexité : si elle DOIT venger sa famille qu'elle n'a pas connue, elle représente également le pays à l'origine indirecte de leur mort. James est un Amérindien qui se découvre des affinités avec le mode de vie "écologique" des Lapons - à tel point que Nicolas Cluzeau introduit dans le corps du roman des éléments fantastiques qui s'intègrent avec naturel -, et est amoureux de Sonia mais ne peut vivre avec la vengeance qu'elle porte en elle. L'auteur sait monter en véritables personnages les silhouettes secondaires (Sami le garde-chasse de Swahr, la prostituée, le vieil ami de la famille... et même le pasteur Stieg Larsson !) pour créer une humanité vivante et un roman difficile à lâcher avant la dernière page.

Citation

Mon grand, continue celui qui enfonce la lame dans sa gorge, ton argent, je n'y toucherais pour rien au monde.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 05 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page