Il était une fois Marseille

Le temps semble filer plus vite à mesure qu'on vieillit. C'est comme une émission qui passerait en boucle, tous les soirs de la semaine. Mon métabolisme n'a jamais le temps de récupérer entre deux cuites. On s'en fout, je bois surtout du vin, et le vin, c'est bon pour la santé.
Laura Hird - Nouvelles d'Écosse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 juin

Contenu

Roman - Policier

Il était une fois Marseille

Social - Mafia - Urbain MAJ jeudi 24 juin 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

René Coppano
Paris : La Manufacture de livres, mars 2010
320 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 918-2-35887-011-5

Le prix d’un homme...

Marseille, 30 mai 1968. La révolution prend fin. Vincent et Angel font connaissance : la démerde pour ces ados jetés très tôt par la pauvreté dans la rue. Ils vont de mauvais coups pas méchants en mauvais engagements périlleux : le S.A.C. (Service d'Action Civique, ou les barbouzes de la république gaullienne) recrute. La chasse au rouge promet d'être rémunératrice… Juin 1987. Vincent et Angel se sont perdus de vue. Angel est un caïd à présent. Vincent est flic. Marseille les met de nouveau en présence, loin des excuses de l'enfance. Moins le face à face des westerns spaghetti qu'un affrontement plus subtil, car au premier regard, c'est toute la complicité de l'adolescence qui refait surface, ou plutôt, l'impossibilité de mentir : difficile de se dérober à l'œil qui vous a connu. Ce serait comme se tromper soi-même. Terrible, ce regard qui vient se vriller en l'autre jadis soi-même, ce regard qui cherche et voudrait retenir, dissimuler sans y parvenir, avancer prudemment vers l'alter ego dont aujourd'hui on ne sait plus que faire... sinon s'en détourner sans y croire, et regarder ensemble la ville, Marseille, devenue territoire plus qu'espace urbain, où épuiser ce que l'on est. Et c'est de fait Marseille l'héroïne de ce polar, convoquée dans ses mémoires, son histoire, ses figures. Un conte écrit sans feinte, avec dureté et passion. La personnalité de l'auteur n'y est évidemment pas pour rien : enfant de Marseille lui-même, Chef de la brigade de Répression du Banditisme, il nous en fait revivre les lieux les plus secrets avec une efficace vérité.

Citation

Tout homme avait un prix

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 14 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page