Droit de Véto

Menace-moi avec ton flingue, force moi à te sucer. Je le ferai. Et puis tu me buteras après. Que t'ailles pas en cabane pour rien.
Sophie Di Ricci - Moi comme les chiens
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 mars

Contenu

Roman - Policier

Droit de Véto

Tueur en série - Médical - Vengeance MAJ mardi 15 juin 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Léo Lapointe
Villeneuve-d'Ascq : Ravet-Anceau, mars 2010
286 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-35973-086-9
Coll. "Polars en Nord", 59

Désordre vétérinaire...

L'adjudant Paul Beauvillain vient d'être nommé à Nouvion-en-Ponthieu. Une caserne de gendarmerie refaite à neuf, mais quelque peu isolée. Une promotion tout de même, pour cet empêcheur d'enquêter en rond, que sa hiérarchie espère ainsi enterrer en beauté dans un coin perdu de la baie de Somme, à verbaliser les vaches broutant hors pâturage. Mais c'est compter sans le hasard. Funeste : on relève le cadavre d'un notable dans le périmètre de sa juridiction. Le parquet a beau vouloir confier l'affaire à un fringant Capitaine des plus élégants, notre adjudant réussit à démontrer qu'il ne peut s'agir d'un crime de maraudeurs, comme tous voudraient l'entendre afin de boucler l'affaire au plus vite. Et Beauvillain de s'obstiner à rassembler des indices, à défaut de preuves. Des indices qu'il finit par collecter dans toute la France : c'est que les vétos se mettent à tomber comme des mouches, ici et là... Il en meurt à la pelle, avec pour point commun que les défunts ont tous fait leurs classes ensemble. Lorgnant du côté des écoles, Beauvillain y déterre de sévères dérapages lors de bizutages particulièrement tordus. Les traces en sont du reste toujours visibles, sous les traits par exemple d'un jeune homme né d'un viol... Affaire de mœurs ? Peut-être... L'occasion en tout cas de passer au scalpel des mœurs malsaines à l'abri des enclos, des haines tenaces dissimulées par de beaux paysages, qui nous valent de longues envolées lyriques. La campagne, il n'y a pas à dire, ça vous pose un crime...

Citation

Ce crime avait quand même apporté un peu de sel dans la morne plaine à betteraves.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 14 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page