Personne n'est parfait

Toute sa vie était là : protéger ce fragile équilibre de la folie meurtrière des hommes. Éduquer, préserver, étudier. Jamais il ne s'en lasserait. Même aujourd'hui ou son cœur était d'humeur morose.
Karine Giébel - Jusqu'à ce que la mort nous unisse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 20 août

Contenu

Roman -

Personne n'est parfait

Psychologique MAJ mardi 03 août 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 10,2 €

Patrick Mosconi
Olivier Balez (illustrateur de couverture)
Paris : Syros, mars 2010
128 p. ; 21 x 13.5 cm
ISBN 978-2-74-850899-4
Coll. "Rat noir"

Drame familial

Damien vit en banlieue parisienne, il aime provoquer sa prof de français qui le lui rend bien. Elle le met à l'épreuve en lui demandant de raconter par écrit quelque chose de personnel et de le lire à toute la classe. Il relève le défi et révèle par ce moyen à l'une de ses trois amies, qu'il est amoureux d'elle. Il a de la chance, elle aussi. Elle s'appelle Djamila et sa famille vient de Kabylie. Heureux de cette nouvelle dimension dans sa vie, Damien en parle à ses parents. Mais là, stupeur, la réaction de son père est violente et incompréhensible. Lui qui, dans son éducation, prônait jusque-là la tolérance et l'ouverture d'esprit, tient des propos quasi racistes. L'impasse de leur dialogue et le malaise qui règne soudain dans la maison connaissent un tournant tragique quand le père est victime d'un accident et se retrouve à l'hôpital dans le coma.
Ce roman traite de la relation père-fils à cet âge particulier et délicat qu'est l'adolescence. Il aurait gagné en intérêt si les personnages avaient été un peu plus creusés, s'ils avaient été esquissé plus en profondeur car cela donne un roman à l'apparence superficielle sur un thème très intéressant et qui aurait mérité d'être plus approfondi.

Citation

Le ciel venait de me tomber sur la tête et je me sentais aussi froid qu'un paquet de viande congelée.

Rédacteur: Valérie Sebag lundi 14 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page