Train bleu train noir

fleuriront, dès lors, ces points aveugles du droit si propices à l'exercice d'une police sauvage des conduites leur tenant lieu de contrôle social.
Jil De Rauc - Théorie du crime parfait : contribution à une définition juridico-éthique de la violence morale
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 mars

Contenu

Roman - Noir

Train bleu train noir

Historique - Vengeance MAJ mardi 13 juillet 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9 €

Maurice Gouiran
Paris : Jigal, mai 2010
254 p. ; 17 x 10 cm
ISBN 978-2-914704-70-0
Coll. "Polar"

Épuration ethnique...

Deux trains au départ de Marseille. Deux trains prennent la même direction : le Nord. Dans l'un, les supporter de l'OM, qui se rendent à la finale qui verra leur club affronter le Milan AC. Dans l'autre, des milliers de déportés entassés dans les wagons de la mort... Et dans les deux, Robert et Michel. À cinquante ans d'intervalle. Robert en 1943, le petit Miche – Michel - sur les épaules, qu'il jette littéralement par la lucarne du wagon pour qu'il se sauve. Et la foule des raflés. Juifs, métèques, promis à la mort des barbare nazis. Robert Et Miche en 1993, armés, tendus. Parce qu'un soir par hasard, Robert a reconnu parmi les dirigeants du Bayern de Munich, où se disputera la finale, l'homme qui l'a séparé de sa femme et de sa fille, englouties dans la sinistre gueule des camps. L'approcher. Se faire justice quand la Justice a défailli. Robert entraînant dans son projet Miche et le narrateur.

Roman on ne peut plus sensible, affrontant une page sombre, dit-on d'ordinaire, de notre histoire commune, pour lui rajouter un chapitre qui n'a pas fait mémoire ailleurs qu'à Marseille, livrée un jour à la lâcheté. Nuit du 22 au 23 janvier 1943, la ville est bouclée par les SS et huit mille policiers français en tenue, qui fouillent les rues à la recherche de juifs, n'en trouvent pas et ramassent tout ce qui peut faire métèque pour satisfaire l'appétit de l'ogre nazi. C'est cette sale besogne que le livre raconte, tricotant le passé au présent pour révéler les mêmes lâchetés à l'œuvre aujourd'hui, autrement, si loin aimerait-on croire, mais si près de nous, si proches que l'on se prend à redouter que l'épuration ethnique dont la ville fut le théâtre, en janvier 1943, ne soit de nouveau possible... Un Gouiran assénant, cette fois encore, son poing comme une massue sur les encoignures nauséeuses de l'Histoire.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°40

Citation

Demain, je serai un assassin.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 17 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page