Soupe tonkinoise

"Je suis en train de mourir. Tu veux un thé ?"
Jaume Cabré - Confiteor
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 novembre

Contenu

Roman - Noir

Soupe tonkinoise

Historique - Tueur en série MAJ dimanche 19 décembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Jan Thirion
Labège : TME, avril 2010
344 p. ; 22 x 12 cm
ISBN 978-2-915188-17-2
Coll. "Collection noire d'Histoire"

Actualités

  • 13/07 Prix littéraire: L'Embouchure a son prix policier
    Très exactement du côté de Toulouse : les policiers de Haute-Garonne, inspirés par le fameux prix du Quai des Orfèvres, ont décidé de créer leur prix littéraire, baptisé prix de L'Embouchure. Rien à voir avec le caractère "bien" ou "mal" embouché de l'agent de sécurité habilité à enregistrer vos plaintes et autres mains courantes... il s'agit simplement d'une référence au nom du boulevard qui longe le commissariat central de Toulouse.
    La récompense a été créée à l'initiative de l'Amicale du personnel de la police de Haute-Garonne ( APPN31) et sera décernée à un roman policier régional. Certains des membres de l'Amicale se sont constitués en comité de lecture et ont d'abord sélectionné neuf polars parus au cours de l'année 2010. De ceux-là ils en ont retenu quatre dont la liste vient d'être rendue publique :
    - Le Bourreau de Puigcerdà, de Daniel Hernandez (Mare Nostrum)
    - Soupe tonkinoise, de Jan Thirion (TME)
    - Toulouse vertigo, de Marie-Christine Janton (Les Nouveaux Auteurs)
    - Je ne vous aime pas, d'Éric Cherrière (Le Cherche Midi)
    Le comité de lecture annoncera son choix lors du prochain festival international des littératures policières, organisé par l'association Toulouse, polars du Sud, qui se déroulera en octobre prochain.
    L'auteur du roman élu recevra un Ipad en guise de récompense, précise l'article publié sur le site du journal La Dépêche. Ce bel objet hi tech a, paraît-il, inspiré le dessinateur Jiho, qui a réalisé l'affiche du prix...
    Liens : Je ne vous aime pas |Jan Thirion |Éric Cherrière |Toulouse, polars du Sud

  • 19/04 Prix littéraire: Jan Thirion primé à Balma (31)
  • 25/09 Festival: Toulouse, polars du Sud hors les murs...

L'amour comme un chou à la crème rance

Héli Auguste Thirion est militaire au Tonkin. Comme il a su se débrouiller dans des affaires mystérieuses, il a une réputation de policier. Aussi, lorsqu'il est convoqué par son chef, le colonel Manchecol, il se doute bien qu'il va devoir encore une fois démêler des fils étranges. Mais il ne s'agit que de retrouver l'officier Lamourette, qui a disparu. Thirion accepte, ne serait-ce que pour revoir la femme du colonel qui semble ne pas lui être indifférente.
Au même moment, un mystérieux tueur en série entreprend de liquider des prostituées tonkinoises. Lamourette en fréquentait. Aurait-il surpris quelque chose ? Et quel rapport avec ce groupe secret de francs-maçons qui a décidé de vénérer le chou à la crème ?

Les éditions TME ont lancé une collection historique qui a le mérite de publier peu (dans un format particulier) ce qui permet de choisir et de privilégier la qualité. Jan Thirion est un auteur discret mais dont les textes ont toujours eu aussi le bon goût de cette qualité. La jonction des deux ne pouvait que permettre une bonne surprise, et c'est le cas.
Tout d'abord, le cadre choisi : les colonies asiatiques au début du XXe sont rarement évoquées. C'est là l'occasion de dresser un portrait captivant du microcosme régional. Le militaire enquêteur voyage à travers les couches de la société : les pauvres tonkinois, la bourgeoisie indigène qui joue à la collaboration et envisage des mariages entre les soldats et ses enfants comme ascenseur social, les petits blancs et le groupe militaire qui essaie de remplir son rôle de "civilisateur" et de "pacificateur". Deux personnages surnagent à travers ce magma humain : un photographe qui répond aux commandes mais se sert de son temps libre pour photographier ce qu'il considère comme la réalité sociale du pays, et un indigène cultivé, responsable des forces de police, qui essaie de parler des poètes français à des interlocuteurs de Métropole qui semblent en savoir beaucoup moins que lui. Ce policier ressemble un peu au personnage central d'un ancien roman de Jim Thompson : il sait qu'il ne doit pas appliquer la justice brute, mais celle que l'on attend qu'il applique pour le bien-être de la civilisation.
Du coup, le roman décrit très bien sans pathos ni côté moralisateur des marges peu fréquentables de la colonisation : vision dantesque des condamnations à mort et des guillotinages à la chaîne, départ de forçats vers des îles inhospitalières. Le centre du roman révèle encore pire : les femmes locales se sont mises en ménage avec des soldats. Elles ont des enfants et ont été exclues de la société traditionnelle. Au moment du départ des troupes, elles découvrent que les militaires ne les emmèneront pas (et l'on pense à la folie douce de Le Vigan dans Goupi mains rouges). Peu après, on enferme les enfants dans des pensionnats car ils ont un statut particulier. Les femmes assistent au départ des bateaux qui emmènent les enfants et se jettent à l'eau pour se noyer, ayant perdu à la fois leur honneur, leur amour, leur progéniture et leur futur...
Le personnage central du roman, Thirion, est décrit avec finesse. Même si l'on devine certaines péripéties, on se surprend à accepter son mélange entre la rouerie obstinée du détective et des éléments fleur bleue. Les autres personnages acquièrent très vite une force surprenante, que ce soient le policier lettré, le photographe, la femme du colonel, un chasseur de rats ou un homme obsédé par la chasse des taupes...
Jan Thirion parvient à rendre, par un style qui sait osciller entre la rapidité d'une scène décrite avec force et des plongées dans la moiteur, et la lenteur, l'atmosphère étrange que devait revêtir une colonie entre l'exotisme et l'aventure rêvée, la bureaucratie nécessaire mais pesante, le fossé des cultures symbolisé par cette scène où Thirion est invité a poser sur la photo de groupe d'un notable local pour ensuite découvrir cette photo dans le journal, signalant ses fiançailles avec la fille du notable.

Citation

Chaque crocodile symbolise la tombe mouvante de chaque français mort sous ces latitudes ; le Tonkin est un vaste cimetière d'écailles et de dents adaptées au découpage rapide de la viande.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 19 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page