L'Oiseau de mauvais augure

Pourtant, je tremble encore au rappel de la sentence que Stéphanie a prononcée. Je vais devoir lutter afin d'empêcher que ne soit tuée une femme que je hais.
Brice Pelman - Rétrospective du polar français : Brice Pelman
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 août

Contenu

Roman - Policier

L'Oiseau de mauvais augure

Vengeance - Assassinat MAJ lundi 09 août 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Camilla Läckberg
Olyscksfågeln - 2006
Traduit du suédois par Lena Grumbach, Catherine Marcus
Arles : Actes Sud, mai 2010
363 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-7427-9106-4
Coll. "Actes Noirs"

Actualités

  • 16/05 Édition: Parutions de la semaine - 16 mai
  • 16/09 Édition: Parutions de la semaine - 16 septembre
    Inutile d'y aller par quatre chemins ! Les parutions de la semaine sont asphyxiées par Harlan Coben : en grand format avec Remède mortel, la nouveauté de chez Belfond, en poche chez Pocket qui réédite dans une nouvelle édition l'intégralité de ses romans, et en gros caractères, enfin, chez Feryane avec Faute de preuves.
    Mais il serait dommage de se limiter à ces thrillers alors que des romans d'Olivier Bordaçarre, Laura Lippman et Carlos Salem pointent le bout de leur nez, et qu'en poche se découvrent ceux de Jean-François Vilar ou même Francisco Gonzalez Ledesma. Signalons également la résurrection de la maison d'édition L'Écailler (anciennement du sud) avec deux romans de Marie Neuser et Noël Simsolo.
    Comme d'habitude, vous restez maîtres de vos choix...

    Grand format :
    La Force tranquille, de Olivier Bordaçarre (Fayard, "Noir")
    Remède mortel, de Harlan Coben (Belfond, "Noir")
    Un corbeau au presbytère, de Caroline Graham (Pygmalion, "Policiers")
    Printemps, de Mons Kallentoft (Le Serpent à plumes, "Serpent noir")
    L'Arbre au poison, de Erin Kelly (Jean-Claude Lattès)
    L'Évangile selon Francy, de Amanda Lind (First, "Thriller")
    Tes dernières volontés, de Laura Lippman (Le Toucan)
    Pilleurs d'amphores, de Gérard Loridon (Presses du Midi)
    Force brute, de Andy McNab (Nimrod)
    Flétrissure, de Nele Neuhaus (Actes sud, "Actes noirs")
    Je tue les enfants français dans les jardins, de Marie Neuser (L'Écailler)
    Une si petite mort, de P. J. Parrish (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Lieutenant Eve Dallas. 19-20, Visions du crime ; Sauvé du crime, de Nora Roberts (J'ai lu, "J'ai lu grand format")
    L'Honneur d'Edward Finnigan, de Anders Roslund & Börge Hellström (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Je reste roi d'Espagne, de Carlos Salem (Actes sud, "Actes noirs")
    Bob Dylan et le p'tit quinquin, de Noël Simsolo (L'Écailler)
    Rouge Connemara, de Seamus Smyth (Fayard, "Noir")
    Séquestrée, de Chevy Stevens (L'Archipel)
    Dernière piste, de Taylor Stevens (Presses de la Cité, "Sang d'encre")

    Poche :
    Gurs 10.39, de Patrick Amand (Le Caïman)
    Blackburn, de Alex Barclay (J'ai lu, "Policier")
    Désordre du Tempe, d'Alain Blocier (Krakoen, "Forcément noir")
    Balle de match, de Harlan Coben (Pocket, "Noir")
    Une chance de trop, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Dans les bois, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Disparu à jamais, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Faux rebond, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Innocent, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Juste un regard, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Mauvaise base, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Ne le dis à personne, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Peur noire, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Promets-moi, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Rupture de contrat, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Du sang sur le green, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Sans un adieu, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Sans un mot, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Temps mort, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    La Princesse du Burundi, de Kjell Eriksson (Babel, "Noir")
    La Vie de nos morts, de Francisco Gonzalez Ledesma (Rivages, "Noir")
    Les Vents mauvais, de Michael Marshall (J'ai lu, "Thriller")
    Le Chant des sirènes, de Val McDermid (J'ai lu, "Thriller")
    Dans la vallée de l'ombre de la mort, de Kirk Mitchell (Folio, "Policier")
    Le Sixième commandement, de William Muir (Folio, "Policier")
    Le Seigneur de la mort, de Eliot Pattison (10-18, "Domaine policier")
    Le Bar parfait, de Jean-Bernard Pouy (Atelier in 8, "PolaroId")
    Frères de sang, de Richard Price (10-18, "Domaine policier")
    Nager sans se mouiller, de Carlos Salem (Babel, "Noir")
    Petite musique de la mort, de Frank Tallis (10-18, "Grands détectives")
    Djemila, de Jean-François Vilar (Folio, "Policier")

    Grands caractères :
    Faute de preuves, de Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Les Silences de Margaret, de Paul Couturiau (Feryane Livres en gros caractères, "Roman")
    Tu l'aimais quand tu l'as fait ? de Hélène Couturier (Feryane Livres en gros caractères, "Détente")
    L'Oiseau de mauvais augure, de Camilla Läckberg (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Arrêtez-moi là ! de Iain Levison (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    L'Importance d'être impuissant, d'Alexander McCall Smith (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    La Révélation de Noël, de Anne Parry (La Loupe)
    Portobello, de Ruth Rendell (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Les Caves du Majestic, de Georges Simenon (La Loupe, "Policier")
    Guerre sale, de Dominique Sylvain (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Liens : Frères de sang |Nager sans se mouiller |Les Caves du Majestic |Guerre sale |Séquestrée |Patrick Amand |Antoine Blocier |Olivier Bordaçarre |Mons Kallentoft |Camilla Läckberg |Iain Levison |Alexander McCall Smith |Val McDermid |Anne Perry |Jean-Bernard Pouy |Richard Price |Ruth Rendell |Carlos Salem |Georges Simenon |Taylor Stevens |Dominique Sylvain |Frank Tallis |Chevy Stevens |Amanda Lind

À consommer avec modération

Tanumshede, petite ville de Suède, s'apprête à accueillir une émission de télé-réalité. Les potentats locaux espèrent bien des retombées économiques avec cette mise en avant médiatique, la police devant assurer le service d'ordre pour éviter tout débordement. Erika Falck s'occupe de sa sœur et par la même occasion de ses neveux tout en gardant en ligne de mire son mariage avec l'inspecteur Patrick Hedström. La nouvelle enquêtrice Hanna Kruse, tout fraîchement nommée dans la ville, entretient des relations énigmatiques avec son compagnon, psychologue auprès des jeunes participants de l'émission susnommée. Une femme meurt dans un accident de voiture, et la police découvre dans son sang un taux d'alcoolémie anormalement élevé pour une femme qui, selon ses proches, ne buvait jamais.
Puis une des jeunes participantes de l'émission est assassinée, son corps abandonné dans une benne à ordures. La police locale a donc du pain sur la planche et Patrick Hedström travaille nuit et jour, sans répit pour se consacrer aux préparatifs de son futur mariage. Il apprend que l'automobiliste défunte avait quitté son mari pour vivre avec une femme, que d'autres morts au volant comportent des similitudes avec cet accident.
Camilla Läckberg s'attache à la description d'une galerie de portraits très réussie, du politicien local aux jeunes adolescents transformés en bêtes de cirque pour les besoins de la télévision, au mari délaissé ; de la veuve lesbienne à la sœur dépressive, touchée par un traumatisme dont on ne se remet que difficilement. Elle rend magistralement vivante cette bourgade avec ses habitants aux destins différents et banalement humains.
Cependant, pourquoi ressortir une histoire vieille de plusieurs décennies, qui tombe du ciel, dont personne n'a jamais entendu parler pour résoudre les différents assassinats ? Du coup, les trois cent vingt premières pages semblent s'évanouir et toute la construction du roman avec. Les quarante dernières pages se lisent avec amertume et sans intérêt car la facilité dans laquelle verse l'auteur prend le dessus et laisse coi. En effet, toutes les pistes précédemment suivies par Patrick Hedström s'évanouissent en un claquement de doigt et laissent la place à un dénouement venu d'on ne sait où. De quoi se sentir lésé et s'interroger sur l'enthousiasme que provoque le roman de Camilla Läckberg.


On en parle : Alibis n°36

Citation

Ce que je sais, c'est que la statistique montre que plus il faut de temps pour résoudre une affaire, plus l'espoir d'y arriver diminue.

Rédacteur: Axelle Simon vendredi 22 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page