Et qu'advienne le chaos

La rage, la soif de sang et les trous noirs alcooliques devinrent la seule forme de sérénité que je connusse [...] Je suis resté nombre d'années imbibé : j'ai obtenu un diplôme en auto-immolation et un doctorat en psychose chimiquement induite.
James Lee Burke - Lumière du monde
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 18 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Et qu'advienne le chaos

Scientifique MAJ lundi 26 juillet 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Hadrien Klent
Le Rayol : Attila, mai 2010
256 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-917084-18-2

Un monde décalqué

Mikael Korta, "une gigantesque intelligence scientifique mêlée à une perpétuelle mauvaise humeur", est le responsable de la branche "identification" de Biometrics Inc., une des plus grosses boites de surveillances américaines. Korta travaille sur l'iris qui, à son avis, remplacera bientôt les empreintes digitales pour la reconnaissance des individus. Korta est en relation avec April, une chercheuse anglaise qui bosse dans un petit labo sans moyens. April a fait une découverte majeure mais n'a pas les moyens de la valider, d'où les échanges avec Korta, sa boîte privée, ses capacité financières presque illimitées. April doute de Korta et de sa boite : "Qui sait ce qu'ils seraient capables de faire, s'il s'avérait qu'elle a vraiment prouvé ce qu'elle croit avoir prouvé ?" April a raison de douter : non seulement sa théorie est valide, mais Korta pense bien s'en servir pour être le dernier homme sur la terre... Au milieu de tout ça ? Un acteur français, un avocat anglais et bien d'autres "sur le même calque"... le compte à rebours a commencé !
Ah, quelle claque ! Une excellente entrée en matière, une "théorie des calques" qui vous fait vous demander "mais où a-t-il été chercher tout ça ?", une écriture qui paraît sèche au début mais qui sert parfaitement la narration, une histoire qui oscille entre Londres et les États-Unis (où vous êtes quand même plus coincé entre le bureau de Korta et celui de son psy qu'autre chose), une évolution de l'histoire inattendue (nous n'en dirons pas plus), d'excellentes scènes de désarroi quand certains se retrouvent seuls au monde, des personnages bien campés, rien ne manque à ce premier – et explosif – roman qui sera sans doute l'un des meilleurs de l'année.


On en parle : L'Indic n°7 |La Tête en noir n°145

Nominations :
Prix Nouvel Obs BibliObs du roman noir français 2011

Citation

Elle sourit encore. Il vaut mieux avoir le sens de l'humour, pour faire ce genre de recherches.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 26 juillet 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page