Polygone

Ryan, c'est moi. Je suis dans une merde incroyable. Tu vas sans doute penser que je me fous de ta gueule, mais je suis sérieux, je te jure [...] Mon oncle a détourné mon avion et j'ai été placé dans une cellule, comme un animal.
Robert Muchamore - Cherub - 14 : L'Ange gardien
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 13 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Polygone

Fantastique MAJ samedi 31 juillet 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Xavier Bascour
Anduze : Le Faucon rouge, août 2009
246 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-918084-01-3

Dans la lignée de la collection "Angoisse"

Bastien, le narrateur, regrette son Gard natal et son idée de monter à Paris. Un jour, il s'entiche d'un coffre chez un étrange antiquaire... Or lorsqu'il y retourne, la boutique est fermée depuis des années ! Venue d'Écosse, Carla Brown, elle, se sent étrangère au village de Malaterre. Mais dans ce village, le passé plus ou moins lointain — dont la disparition de la jeune Maëlle — a tendance à refaire surface. Et qui est le mystérieux Keltchett, que le père de Bastien semblait tant redouter ?
Il est heureux de voir qu'il y a encore des courageux pour se lancer dans l'édition, fut-elle réduite, et offrir des bonnes surprises comme ce roman. Avec un point de départ digne d'un "Angoisse" de la grande époque, ce texte ambitieux mélangeant époques et mystères immémoriaux s'avère bien troussé avec des protagonistes crédibles et une intrigue à la progression rapide jusqu'à une série de révélations inattendues. Certes, à force d'entasser mystère sur mystère, la conclusion est un brin confuse, mais on a vu pire... L'un dans l'autre, une réussite imprégnée de fantastique et évitant l'écueil du roman de "terroir".

Citation

À Paris, j'étais un animal en cage. Un appartement d'à peine vingt mètres carrés qui engloutissait plus de la moitié de mon salaire d'instituteur, cela ne pouvait convenir au sauvageon que j'avais été, et que je resterai sans doute jusqu'à mon dernier jour.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 26 juillet 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page