Les Soldats de la nuit

Les boucaniers étaient quelque chose de plus relevé qu'une vulgaire bande de pillards. Ils formaient une république flottante avec des lois, des usages et une discipline.
Arthur Conan Doyle - Pirates
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 novembre

Contenu

Roman - Espionnage

Les Soldats de la nuit

Historique - Géopolitique - Guerre MAJ samedi 21 août 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Alan Furst
Night Soldiers - 1988
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch
Paris : L'Olivier, juin 2010
560 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-87929-695-1

Actualités

  • 28/06 Prix littéraire: Hervé Le Corre recalé au Boccace
    Stéphane Michaka nous avait alerté d'un mail non moins alerte sur l'affection que portait au polar l'association Tu connais la nouvelle ? La sélection pour le 2e Prix Boccace, qui couronne, vous l'aurez deviné, un recueil de nouvelles, avait fait une place à l'excellent Derniers retranchements, d'Hervé Le Corre (Rivages-Noir). Il n'a semble-t-il guère fait le poids face au Trésor de la guerre d'Espagne, de Serge Pey (Zulma). Le Prix lui a été décerné ce dimanche 24 juin à l'occasion de la Fête de la nouvelle qui s'est déroulée au Château de Chamerolles dans le Loiret.
    "La force de Serge Pey réside dans sa capacité à introduire de la poésie dans l'horreur. Tout est langue, tout est signe, tout est bibliothèque. La langue poétique de Pey, formidablement efficace, décode, déchiffre le monde à travers de courtes nouvelles terribles, audacieuses, insolites , graves ou tendres. Aller à la recherche du 'trésor de la guerre d'Espagne' c'est prendre le risque de chavirer et de ne pas sortir indemne de sa quête !" tels sont les propos d'un jury composé de Christiane Baroche, Frédérique Clémençon, Maylis de Kerangal, Gérard Audax, Jean-Marie Blas de Roblès, et Hervé Le Tellier. Lorsque l'on connait la qualité des textes publiés par Zulma, l'on ne peut que se réjouir d'un tel choix porté sur un recueil dont la thématique n'est pas éloignée du noir, tant l'on sait qu'il a donné de nombreux récits noirs et policiers (aujourd'hui encore, Maurice Gouiran avec Franco est mort jeudi en est une illustration ; un peu plus loin dans le temps, Alan Furst avec ses récits d'espionnage y fait souvent des haltes comme dans Les Soldats de la nuit). Il n'en demeure pas moins que Hervé Le Corre est l'un des rares auteurs de noirs chez qui la nouvelle est un art de l'écrit avec Marc Villard. Gageons qu'il se fera connaitre au Château de Chamerolles ou ailleurs avec plus de réussite !
    Liens : Franco est mort jeudi |Stéphane Michaka |Hervé Le Corre |Alan Furst |Maurice Gouiran |Maylis de Kerangal |Marc Villard

Les nouveaux gentilshommes de fortune

Les soldats de l'ombre sont ceux qui commencent à se lever à l'orée des années 1930 et à œuvrer justement dans l'ombre des soldats en uniforme. Un peu partout dans le monde, avec l'arrivée massive de départements d'espionnage, il importe de former une multitude d'agents et de poser une gigantesque toile dont le but premier est de contrecarrer les agences ennemies (et même bien souvent celles des pays alliés). À l'instar de "Lucien", ancien publiciste américain, membre de l'OSS et qui organisa des réseaux de résistance en France, ces soldats de l'ombre, une fois de retour au pays, sont condamnés à ne pas parler de ce qu'ils ont fait, et à minimiser leur rôle dans la guerre, quitte à passer pour des planqués. Dans l'ombre tu as été, dans l'ombre tu resteras.
En 1934 en Bulgarie, les fascistes s'imposent au pouvoir, et dans la rue font régner la terreur. Khristo Stoïanev voit sont frère se faire tabasser à mort. Les agents du NKVD, le service secret russe de Staline, sont aux aguets du moindre élément revanchard qui pourrait être retourné. Stoïanev se retrouve à Moscou où il subit un entraînement rigoureux et dangereux : la mort est au tournant et frappe les éléments les moins intelligents mais aussi ceux qui font étalage de leur intelligence. Sa formation terminée, il va se retrouver en Espagne durant la Guerre civile, puis en France sous l'occupation allemande avant de retourner en Bulgarie à la fin de la Seconde Guerre mondiale à la recherche de ses racines.

Avec Les Soldats de la nuit, Alan Furst continue son œuvre consacrée aux romans historiques d'espionnage. Il s'attarde sur cette première génération d'espions du NKVD sur un rythme épique. L'on suit avec fascination et effarement cette partie d'échecs initiée par Staline. L'effet hautement retors d'une administration russe capable de privilégier une épuration interne et par là-même contribuer à la perte de ses objectifs (l'épisode historique de la Guerre d'Espagne avec la volonté de Staline de récupérer l'or espagnol et d'éliminer le POUM est tout bonnement retranscrit de façon ahurissante). Autour de Stoïanev, d'autres héros de l'ombre, véritables caractères dotés d'un humanisme étonnant, d'une conscience sans cesse mise à l'épreuve, et d'un honneur ou irréprochable ou calculateur, dont la plupart vont mourir plus ou moins dignement. Stoïanev est peut-être le dernier des héros romantiques. Dans une guerre terrible où le fracas des chars s'associe aux bombardements intensifs, lui va son petit bonhomme de chemin, entre dans la Résistance française par choix, découvre des gens ordinaires qui agissent de façon extraordinaire, pour qui les notions de liberté et de solidarité veulent dire quelque chose, et implique qu'ils se mettent en danger, tout naturellement, presque sans réfléchir. Mais sans cesser d'être observé par ses amis ou ennemis du NKVD (on ne sait pas toujours, il est un pion fou lâché dans un monde en fureur, et seules ses aptitudes font qu'il échappe à la mort par le NKVD : on peut toujours avoir besoin de lui). Il est là, actif et pourtant traverse une époque chaotique sans prendre gare à sa petite personne, comme s'il était fataliste ou pire, qu'il n'attache aucune importance à sa vie. Alan Furst réalise là peut-être son roman le plus magistral, avec une tension omniprésente et une qualité narrative d'exception. Mais c'est là le talent d'Alan Furst : ce genre de remarque peut s'écrire pour chacun de ses nouveaux romans édités en français, et l'on se prend à se demander pourquoi il a fallu plus de vingt ans pour le découvrir en France.

Citation

C'est un grave travers de notre caractère, de notre tempérament slave. Nous souffrons d'une noirceur de l'âme et nous tombons amoureux de notre malheur.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 26 juillet 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page