La Peur elle-même

Il n'y avait aucune trace de lutte dans l'appartement, ni de coups sur le corps de la fille, c'était écrit noir sur blanc dans le rapport. Le meurtre déguisé en suicide, c'est un bon sujet de roman, mais dans la réalité, ça n'arrive qu'une fois sur mille.
Gérard Lecas - Le Corps de la ville endormie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 20 septembre

Contenu

Roman - Thriller

La Peur elle-même

Fantastique - Énigme MAJ dimanche 01 août 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Laura Sadowski
Paris : Odile Jacob, mai 2010
246 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7381-2487-6
Coll. "Thriller"

Entre Brussolo et Werber...

Étudiante en médecine, Ariane Russell a peur de tout. Son nouvel appartement est son refuge, même lorsque des amis y font irruption pour pendre la crémaillère... Et un couteau de cuisine disparaît. Lorsqu'un résident de l'immeuble est assassiné avec ce même couteau, la réalité bascule. Quel est donc cet étrange immeuble où il manque un étage ?
Un point de départ assez captivant pour ce roman qui, par l'évocation d'un immeuble plus ou moins en huis clos, replié sur ses mystères, et d'un personnage sur la corde raide, évoque le meilleur Brussolo, celui des Emmurés ; de plus, Laura Sadowski sait tisser une atmosphère intrigante et assez surréaliste. Mais c'est au troisième tiers de ce court roman (enfin, selon les critères actuels) que les choses se gâtent : certes, les révélations qui s'accumulent son inattendues (on se retrouve entre Werber et un épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir"), mais nécessitent une sacrée suspension d'incrédulité pour être acceptables, le tout jusqu'à un happy-end un peu convenu. Dommage que ce côté un peu tiré par les cheveux gâche une impression générale positive par ailleurs...

Citation

Elle comprit que ce qui lui manquait d'une façon si pénible, presque déchirante, c'était son appartement. [...] Il fallait qu'elle retourne à son appartement, maintenant, tout de suite, elle ne pouvait rester loin de lui plus longtemps.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 28 juillet 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page