Les Chemins de moindre résistance

Je me masturbe beaucoup. Ma libido ne me laisse pas de répit. Je vais éviter de le mentionner dans mon C.V.
Erwan Larher - Qu'avez-vous fait de moi ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 16 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Les Chemins de moindre résistance

Psychologique - Guerre MAJ jeudi 09 septembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,5 €

Guillaume Lebeau
Montréal : Coups de tête, septembre 2010
316 p. ; 20 x 12 cm
ISBN 978-2-923603-31-5

Actualités

De si précieux petits riens

Vin Snoopes est un adolescent atteint d'une forme rare de leucémie. Il décide de fuguer et de retrouver avant de mourir Thomas Ray, un écrivain de génie qui s'est retiré et vit de manière quasi clandestine. La seule question que se pose Irina, la médecin qui suivait Vines c'est pourquoi les forces de police cherchent à retrouver Vin, rapidement.
Ce n'est absolument pas un hasard mais le roman s'ouvre sur une scène en ex-Yougoslavie. Devant l'avancée des armées ennemies, un grand-père préfère se suicider après avoir tué sa petite fille que de supporter ce qu'il sait devoir arriver. C'est face à cette invasion du monde contemporain, face à la mort et la douleur, que les personnages principaux de cette histoire vont chercher des chemins de moindre résistance, des lignes de fuite, pour se sauver et vivre réellement, même si la réalité est là pour les rattraper de manière inexorable. Toutes les vies se construisent sur des fêlures et lorsqu'elles réussissent, c'est souvent parce qu'elles se construisent sur des mensonges telle la gloire de la maison d'édition de Thomas Ray. La seule solution, le seul moment de paix que rencontrent certains des personnages, c'est un instant de grâce, la seule description d'éléments naturels du livre : un bain d'eau chaude dans les glaciers islandais.
Nul doute que Guillaume Lebeau est un écrivain protéiforme. Connu pour sa trilogie plus thriller "La Dernière guerre : 2008-2011" ou pour ses instants gothiques dans la collection Club Van Helsing, il signe là un ouvrage plein de retenue, où les sentiments affleurent, où les personnages cherchent une vérité insaisissable. Entre la quête de l'écrivain et la course poursuite entre les services de police et le garçon, sans compter les raisons de cette poursuite, l'auteur aurait pu écrire un thriller monstrueux de pagination. Les Chemins de moindre résistance, qui emprunte aux romans noirs ou aux thrillers, épure à l'extrême les pistes pour ne conserver que l'ossature, l'écume tournant autour de ses trois personnages. Sans déflorer l'intrigue (même si le lecteur attentif repère très vite des signes le conduisant à appréhender la fin), les événements qui devraient amener des moments heureux sont esquissés et seront finalement contaminés par la folie du monde. L'adolescent parvient presqu'à réconcilier l'écrivain avec ce monde mais le retour sera sans lendemain. Seule, Irina, qui ouvre et clôture le roman en conservant sa foi dans l'humanité, dans le besoin de sauver des petites parcelles de joie et de vie, continue un chemin que l'on sent fragile. Un chemin de moindre résistance...

Citation

Sous la fureur, la totalité des ressources humaines semblaient perdre la face au profit des mouettes qui - elles - se jouaient des bourrasques en de graciles, sobres et élégantes envolées.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 10 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page