Coup de sang

Dernière règle du détective : ne jamais abandonner un ami.
Jeff Kanew - Un privé en escarpins
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Roman - Noir

Coup de sang

Hard boiled MAJ jeudi 02 septembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Declan Hugues
The Wrong Kind of Blood - 2006
Traduit de l'anglais (Irlande) par Aurélie Tronchet
Paris : Gallimard, septembre 2010
364 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-07-078413-4
Coll. "Série noire"

Le retour du privé

"Le soir de l'enterrement de ma mère, Linda Dawson sanglota sur mon épaule, me fourra sa langue dans ma bouche et me demanda de retrouver son mari. À présent, elle gisait, morte, sur le plancher de son salon, et le hurlement d'une sirène de police résonnait dans les collines environnantes." Le narrateur, c'est Ed Loy. La ville, où se passe le roman, c'est Dublin. Ed revient des États-Unis. Il y était détective privé. C'est pour ça que Linda, une ancienne petite amie, lui demande de l'aide. Règle numéro un : ne jamais mélanger travail et sentiments. Règle numéro deux : ne pas faire son numéro de privé face à des flics qui ne vous aiment pas. On passe le reste des règles, Ed Loy va l'apprendre à ses dépens...
La première phrase de cette chronique est également la première du livre ; avouez que c'est une belle ouverture de roman et sachez que le reste est à l'avenant. Dans la plus pure tradition hard boiled, Declan Hughes avec ce roman ouvre une série consacrée au privé Loy (le quatrième est sorti cette année) avec une histoire des plus classique (le gars qui revient au pays, qui se mêle de ce qu'il ne devrait pas...) mais au traitement robuste qui force l'admiration et qui nous change des polars très descriptifs dans des milieux apparemment peu connus.


On en parle : La Tête en noir n°147

Citation

Quand on veut la vérité, un détective privé est sans doute la dernière personne qu'il faut venir voir.

Rédacteur: Christophe Dupuis mercredi 11 août 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page