L'Enfant perdu

Il était une frayeur ancienne qui sortait maintenant de sa cachette pour lui sauter au visage, la gueule béante.
Arnaldur Indridason - La Muraille de lave
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 18 juillet

Contenu

Roman - Policier

L'Enfant perdu

Enlèvement - Disparition MAJ vendredi 27 août 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

John Hart
The Last Child - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sabine Boulongne
Paris : Jean-Claude Lattès, juin 2010
504 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7096-3416-8

Actualités

  • 07/03 Prix littéraire: Prix des lecteurs du Livre de Poche
  • 02/09 Édition: Parutions de la semaine - 2 septembre
    Avec le mois de septembre débute traditionnellement la rentrée littéraire. Mais en cette semaine les nouveautés restent peu nombreuses. S'il fallait chercher l'événement, la publication, alors ce serait sûrement du côté d'Albin Michel. En effet, outre Lisa Gardner avec Derniers adieux dont le talent et l'affiliation aux Nouvelles reines du crime américain ne cessent de se confirmer, il y a la parution du nouveau roman de Jean-Christophe Grangé. Le Passager est du Grangé pur jus avec une intrigue aux multiples ramifications, aux rebondissements incessants, le tout conduit d'une main de maître pour un page turner efficace mais somme toute froid. Le reste des parutions est surtout marqué par l'Histoire. Même Laurent Guillaume n'échappe pas à l'envie de s'immerger dans la presque Antiquité avec une nécromancienne, des conspirateurs, et Trajan en empereur menacé. Que dire de Jean Contrucci ? L'homme des "Nouveaux mystères de Marseille" nous propose le meurtre d'une femme au côté de son amant entre littérature romantique et médecine savante. Le père de Raoul Signoret a ses aficionados. Nous vous parlerons bien entendu plus longuement de ce nouvel épisode. Les éditions 10-18 proposent également un nouvel opus signé Claude Izner, histoire de mieux nous plonger dans le Paris des années 1920. Quant au reste, eh bien, c'est avant tout à vous de faire votre choix !

    Grand format :
    Divine justice, de David G. Baldacci (Michel Lafon, "Thriller")
    Le Complot Romanov, de Steve Berry (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Le Trésor retrouvé des Templiers, de André Besson (France-Empire)
    La Somnambule de la villa aux loups, de Jean Contrucci (Jean-Claude Lattès)
    Derniers adieux, de Lisa Gardner (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Le Ban de l'injustice, de Simone Gélin (Les Nouveaux auteurs)
    Le Passager, de Jean-Christophe Grangé (Albin Michel, "Thrillers")
    La Louve de Subure, de Laurent Guillaume (Les Nouveaux auteurs, "Policier historique")
    L'Usurpateur, de Jaal (Pjs)
    Rosewood : la dernière énigme de la guerre froide, de Michel Meyer (Odile Jacob)
    L'Ange et la toile, de Fabien Not (Presses du Midi)
    Place des Savanes, de Jean-Claude Pirotte (Le Cherche Midi, "Romans")
    Tony et Susan, de Austin Wright (Le Seuil, "Policiers)

    Poche :
    Haro, de Michel Aurel (Au pays rêvé, "Roman noir")
    La Tour noire, de Louis Bayard (Pocket, "Best")
    Un employé modèle, de Paul Cleave (LGF, "Thriller")
    Le Pain des fossoyeurs, de Frédéric Dard (Fleuve noir)
    Ceux qui s'en sont allés = The People Who Went Away, de Nicci French (Langues pour tous, "Les Langues pour tous")
    Lâche déraison, de Nick Gardel (Baleine, "Le Poulpe")
    Marée sombre, de Andrew Gross (J'ai lu, "Thriller")
    L'Enfant perdu, de John Hart (LGF, "Thriller")
    Les Souliers bruns du quai Voltaire, de Claude Izner (10-18, "Grands détectives")
    Preuves mortelles, de Judith A. Jance (J'ai lu, "Frissons")
    Le Mercredi des cendres, de Percy Kemp (Points, "Thriller")
    Autobiographie d'une tueuse, de Brigitte Kernel (J'ai lu, "Littérature générale")
    Le Dernier souffle, de Denise Mina (J'ai lu, "Policier")
    Ni chair ni sang, de Ruth Rendell (LGF, "Policier")
    Katiba, de Jean-Christophe Rufin (Folio)
    Les Anges se font plumer, de San Antonio (Fleuve noir, "San Antonio")
    Champagne pour tout le monde ! roman un peu con, mais néanmoins très beau, de San Antonio (Fleuve noir, "San Antonio")
    Les Huit émeraudes, de Patricia Wentworth (10-18, "Grands détectives")
    Liens : La Tour noire |Derniers adieux |Louis Bayard |Paul Cleave |Jean Contrucci |Frédéric Dard |Nicci French |Lisa Gardner |Laurent Guillaume |John Hart |Claude Izner |Percy Kemp |Ruth Rendell | San-Antonio

La quête d'un frère pour retrouver sa jumelle.

Le prologue relate la lutte d'un enfant chétif contre un aigle dans la Réserve du Fleuve Alligator. Johnny, à treize ans, dort peu. Il explore les rues, secoue les serrures. Puis il rentre s'occuper de sa mère quand Ken n'est pas là. Depuis un an sa vie a changé. Sa mère est devenue fragile et Ken est entré dans sa vie comme le prédateur qu'il est. Leur maison, aux limites de la bourgade, est un vrai taudis. Des médicaments traînent partout. C'est ainsi depuis qu'Alyssa, la sœur jumelle de Johnny a disparu, il y a un an. Le seul témoin avait affirmé : "Elle avait marché droit vers la voiture, tout sourire, quand la portière s'était ouverte." Son père, qui devait l'attendre à la sortie, se sent responsable et disparaît. L'enfant, pour faire des courses, prend le vieux break de son père. Il se rend dans une épicerie où il n'est pas connu, loin de chez lui, par des routes secondaires. Mais cela ne suffit pas pour éviter la rencontre avec l'inspecteur Clyde Hunt. Celui-ci porte, aussi, les marques d'une année difficile. Il a fait du dossier Alyssa, son obsédante priorité. Johnny, bien que bon élève, manque régulièrement la classe. Il traîne, scrute, s'attarde au bord de la rivière. Son copain Jack, qui pratique également l'école buissonnière, le rejoint souvent. Ce jour-là, après le départ de Jack, il s'assoupit et se réveille alors que l'après-midi est bien avancée. Il s'apprête à partir quand il entend des bruits de moteurs malmenés. Il voit une moto percutée par une voiture. Le motocycliste, éjecté, tombe près de Johnny. L'homme se meurt. Il saisi l'enfant et lui dit : "Je l'ai trouvé." À la demande "Qui ça ?" il répond : "La fille qu'on a enlevée", puis : "Cours." Johnny réalise alors qu'il ne s'agit pas d'un accident. Une ombre descend de la voiture. L'enfant est fou de joie. Pour lui, le mourant parlait d'Alyssa. Mais son espoir est vite déçu. Il s'agit du cadavre d'une autre fillette, enlevée tout récemment...
John Hart plante le décor de son nouveau roman dans le comté de Raven, en Caroline du Nord, le cadre qui lui a déjà servi pour La Rivière rouge, (J.-C. Lattès, 2009). Il aime intégrer ses intrigues et ses personnages dans un univers rural, proche d'une rivière. Celle-ci est un élément essentiel qui occupe une place privilégiée dans la vie des héros. L'auteur en décrit le cours, les berges, les activités qu'elle génère, avec une grande tendresse, presque avec amour. L'enfance tient également une place importante dans les romans de John Hart, soit que le héros relève de cet état, soit que des réminiscences, avec le poids de traumatismes subis, influencent leur vie d'adulte.
L'auteur a l'art de brosser des portraits saisissants. D'abord celui de Johnny, un enfant coincé entre deux âges. Il est lié à sa sœur par la gémellité et doit se conduire, vis-à-vis de ses recherches ou de sa mère, comme un adulte, mais reste, aux yeux de tous comme un enfant, un enfant dont l'attitude déroute, dérange. Puis, il dévoile le personnage de Hunt, ce policier qui fait de cette disparition une affaire personnelle, qui devient obnubilé, possédé par elle au point de négliger ses autres dossiers, sa famille... John Hart fait ainsi défiler une galerie de personnages où chacun porte une part d'ombre, plus ou moins grande, entre ambition, tromperies, secrets inavouables... The Last Child, traduit en L'Enfant perdu, (attention à l'orthographe !) révèle dans un récit impressionnant, le parcours d'un adolescent du paradis de l'enfance vers l'enfer du monde adulte.


On en parle : Alibis n°37

Citation

Il atterrit à ses pieds avec un bruit sourd et des craquements d'os. Il avait un bras tordu dans le dos, tout de travers, et son torse semblait défoncé. Il avait les yeux ouverts.

Rédacteur: Serge Perraud dimanche 04 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page