Les Yeux des morts

Nuage Furieux ne bougea pas et ce fut à cet instant que sa haine surgit. Il n'aurait pas su lui-même donner un nom à ce qu'il ressentait. Mais il savait que c'était un sentiment agréable tout en étant très douloureux.
Camilla Läckberg - La Sirène
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 19 novembre

Contenu

Roman - Policier

Les Yeux des morts

Psychologique - Médical - Procédure MAJ jeudi 21 avril 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15,9 €

Elsa Marpeau
Paris : Gallimard, septembre 2010
258 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-07-012838-9
Coll. "Série noire"

Actualités

  • 25/05 Édition: Parutions de la semaine - 25 mai
    Outre les anciennetés qui se lisent toujours avec délectation (replongez-vous dans les romans d'Agatha Christie !), nous ne saurions trop vous conseiller de jeter quelques paires d'yeux sur les nouveaux romans de Carl Hiaasen, Bernardo Fernández, Frédérique Molay, James Sallis ou encore Paco Ignacio Taibo II. Nous le savons, et pas seulement de Marseille, comme disait Pierre Desproges, ce sont pour l'essentiel des romans noirs. Eh bien, si vous n'aimez pas, replongez-vous dans les romans d'Agatha Christie (comment ça, nous tournons en rond ?). Sinon, pour les inconditionnels, il reste toujours le nouvel opus de Mary Higgins Clark, ou la réédition de La Rivière noire, d'Arnaldur Indridason... Vous avez également la possibilité de faire votre choix (en petits ou grands caractères) :

    Grand format :
    Sombres créatures, de Doug Allyn (Télémaque, "Entailles")
    Tahoé : l'enlèvement, de Todd Borg (Ma, "Roman thriller")
    Les Années perdues, de Mary Higgins Clark (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Cousu main, de Carl Hiaasen (Les 2 terres)
    Avant la fin, de Liz Jensen (Le Seuil, "Policiers")
    Déjeuner sous l'herbe, de Frédérique Molay (Fayard, "Noir")
    Qui a tué Mamadou ? de Gérard Pince (Godefroy de Bouillon)
    Mangé cochon à Karukera : drôle de tambouille en Guadeloupe, de Germain Sensbras (L'Harmattan, "Lettres des Caraïbes")
    Meurtre en Périgord, de Martin Walker (Le Masque)

    Poche :
    La Rivière noire, d'Arnaldur Indridason (Points, "Policiers")
    Suite rouge, de François Boulay (Folio, "Policier")
    Affaires de famille, d'Agatha Christie (LGF, "Policier")
    Meurtres en Mésopotamie, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    La Mort dans les nuages, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Train bleu, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Les Vacances d'Hercule Poirot, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Ouragan sur le cairn, de Alain Emery (Ouest et compagnie, "Roman policier")
    Villa des Quatre-Vents, de Jean Failler(Le Palémon)
    Hielo Negro, de Bernardo Fern&a&cute;ndez (J'ai lu, "Policier")
    Un léger bruit dans le moteur, de Jean-Luc Luciani (L'Écailler, "Le Petit écailler")
    La Prophétie du dernier jour, de Scott Mariani (City, "Poche. Thriller")
    Les Yeux des morts, d'Elsa Marpeau (Folio, "Policier")
    Les Cendres froides, de Valentin Musso (Points, "Thriller")
    Dans l'ombre, d'Édouard Philippe & Gilles Boyer (LGF, "Policier")
    L'Œil du criquet, de James Sallis (Folio, "Policier")
    Défunts disparus, de Paco Ignacio Taibo II (Rivages, "Noir")
    Les Extravagantes. 1, de Gilda Tang (Ovadia, "Intrigues & destinées")
    Bac mention meurtre : Ploërmel-Vannes, de Guénolé Troudet (Ouest et compagnie, "Roman policier")
    Les Filles de Dinard, de Roger-Guy Ulrich (Ouest et compagnie, "Roman policier")
    Hong Kong express, de Gérard de Villier (Gérard de Villiers, "SAS")

    Grands caractères :
    Red room lounge, de Megan Abbott (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Crains le pire, de Linwood Barclay (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    L'Hermine était pourpre, de Pierre Borromée (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Remède mortel, de Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Le Dévouement du suspect X, de Keigo Higashino (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Le Crime de la momie, de Christian Jacq (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Cyanure, de Camilla Läckberg (À vue d'œil, "Collection 18-19")
    L'Homme de Lewis, de Peter May (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Les Charmants travers de nos semblables, de Alexander McCall Smith (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    La Maison du lys tigré, de Ruth Rendell (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Liens : Red Room Lounge |La Rivière noire |La Rivière noire |Crains le pire |Remède mortel |Le Dévouement du suspect X |L'Homme de Lewis |Les Cendres froides |Megan Abbott |Arnaldur Indridason |Linwood Barclay |François Boulay |Agatha Christie |Carl Hiaasen |Keigo Higashino |Camilla Läckberg |Jean-Luc Luciani |Elsa Marpeau |Peter May |Alexander McCall Smith |Frédérique Molay |Valentin Musso |Ruth Rendell |James Sallis |Paco Ignacio Taibo II

  • 27/06 Prix littéraire: Sélection 2011 du GPLP
  • 09/02 Prix littéraire: Sélections pour les prix Nouvel Obs-BibliObs 2011
  • 19/01 Association: Polars en Cercle à Lyon (69)
  • 09/01 Radio: Thrillers français au Cercle polar
  • 14/12 Festival: Quais du polar 2011 - infos supplémentaires
  • 17/09 Édition: Parutions de la semaine - 17 septembre

Comment éviter le premier accroc...

Les yeux des morts sont ceux de ces cadavres pris en photos par Gabriel, un gestionnaire de scène d'infraction de la PJ, et qu'il punaise sur les murs d'une pièce de son appartement. Ceux dans lesquels une croyance populaire affirmait que l'on pouvait voir le visage de leur assassin. Gabriel, une fois a plongé dans un de ces yeux pour mieux se voir, lui, en train de photographier le visage d'un mort. Avec Nadja, il forme un duo de choc cimenté par une ancienne relation terminée dans la douleur. Aux abords de l'hôpital parisien Lariboisière, un adolescent qui se shootait est retrouvé mort, du chlorure de potassium dans les veines et une minuscule coupure au scalpel à un poignet. Pour la PJ, au bout de sept jours, le dossier sera classé. Sans aucun doute un règlement de compte drogué-fournisseur. Seulement voilà, Gabriel n'y croit pas. Il est certain qu'un passager noir erre dans les couloirs de Lariboisière pour mettre fin aux douleurs de certains. Et pour le prouver, il ne va pas hésiter à faire une tentative de suicide au Lexomil et autres substances pour s'y retrouver. Une tentative de suicide qui risque fort d'entraîner une tentative de crime.
Se prénommer Elsa et intituler son roman Les Yeux des morts n'est certainement pas innocent. On a beau découvrir les citations en exergue des trois parties, on n'y trouve aucune référence à Aragon. Le seul autre rapport, assez tiré par les cheveux, réside dans justement ces trois parties (Triolet-trois : bof, bof). Elsa Marpeau, d'ailleurs, décline ses racines littéraires : Cormac McCarthy, Harry Crews et le Cantique des Cantiques. De quoi bien la cerner (en y rajoutant donc Aragon et Elsa Triolet). À partir de là, une seule certitude : le roman va être noir. D'autant plus noir que quasiment toute l'intrigue va se dérouler dans l'hôpital de Lariboisière, et que quiconque a effectué un séjour hospitalier sait que le blanc prédomine, et que donc le rouge et le noir vont trancher là-dessus. Les amateurs d'Urgences en seront pour leurs frais. Elsa Marpeau s'est attardée sur une équipe médicale de psychotiques névrosés, conduite par Louise Delaunay qui a du sang de serpent dans le corps. Et Gabriel, à force de sonder toutes ces personnalités va s'engouffrer dans un puits sans fond qui l'emmènera tout droit affronter ses propres démons. Et il en faut pour conserver tel un tueur en série une image des nombreux morts qu'il a côtoyés. Avec une écriture froide et chirurgicale, Elsa Marpeau déroule son intrigue, et s'attarde sur tous ses personnages avec évidemment priorité donnée à Gabriel. On lui pardonne la fin qui n'en finit pas tant ce roman ne laisse pas insensible, et remue quelque chose en nous. Preuve s'il en est que c'est un excellent roman de rentrée littéraire. Elsa Marpeau a évité le premier accroc...


On en parle : Alibis n°38 |La Tête en noir n°146

Nominations :
Prix Nouvel Obs BibliObs du roman noir français 2011
Prix des Lecteurs Quais du Polar 2011
Prix Mystère de la Critique 2011
Grand prix de la littérature policière - roman français 2011
Prix Polar Michel Lebrun 2011

Citation

Ses yeux avaient une lueur de sauvagerie. On aurait dit qu'elle voulait le mettre en pièces. Comparée à la race mâle, elle m'a semblé une bête tout aussi féroce.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 16 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page