Un plat qui se mange froid

Ce monde ne se limite pas à ce que l'on nous en montre. Les plus grands mystères sont en nous. Nous ne sommes pas que des animaux guerriers qui avons pris le contrôle de notre planète. Nous sommes au début de l'aventure, et ceux qui nous retiennent aujourd'hui ne pourront rien y changer...
Gilles Legardinier - L'Exil des anges
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 25 mai

Contenu

Roman - Policier

Un plat qui se mange froid

Fantastique - Assassinat MAJ vendredi 03 septembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15,9 €

Annabelle Blangier
Paris : Elzévir, juin 2009
158 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-81140-109-2

Un roman qui se dévore

Julia Sanders débute comme journaliste. Elle apprend la mort dans un accident du fils ainé du docteur Harris. Certains évoquent un meurtre. Cela tombe bien puisqu'elle est la "fiancée" du deuxième fils. Sur les conseils pressants de sa chef de service elle va enquêter. Mais il n'est pas toujours intelligent de déterrer les cadavres d'une famille...
Commençons par le seul bémol : pourquoi une jeune écrivaine française décide-t-elle de situer son polar fantastique aux États-Unis, alors qu'il pourrait aussi bien s'inscrire dans un terroir qu'elle connait bien, où elle pourrait donner des détails vivants  ? Pour le reste, Annabelle Blangier s'inscrit dans le registre des Carlene Thompson et autres Patricia McDonald.
La famille est l'occasion voire l'origine des phobies : elle cache des secrets, enterre des vivants qui ont démérité, multiplie les injustices et devant le scandale, serre les coudes en cachant les horribles vérités ! Mais un meurtre, un œil extérieur, et rien de tel que la jeune fiancée innocente qui remue les marais putrides du passé, provoque la catastrophe. Annabelle Blangier serre son intrigue en suivant pas à pas son héroïne, en évitant les clins d'œil complices aux lecteurs, en découvrant la vérité en même temps que son personnage. Du coup lorsque son intrigue va basculer dans le fantastique (un fantastique léger) cela n'apparait pas une seule seconde plaqué ou faux. C'est d'ailleurs dans la description de ces scènes de meurtres et de dérèglements qu'elle sait montrer, par le détail frappant, la plus belle part de son talent.
Là où d'autres auraient multiplié les fausses pistes stériles et visibles, les scènes sentimentales entre les protagonistes, Annabelle Blangier se contente d'offrir une intrigue serrée, une écriture stricte, au rasoir, des personnages décrits pour être plus que des silhouettes mais sans fioriture excessive. Du coup Un plat qui se mange froid apparaît comme une excellente surprise d'un auteur débutant et qui montre là de belles prédispositions.

Citation

Elle resta un instant les yeux fixés sur l'objet portant le reflet de cet unique mot écrit en grand : VENGEANCE.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 26 août 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page