Prix du premier roman policier de la Ville de Lens 2011

Un espion russe infiltré est presque à coup sûr, de nos jours, quelqu'un qui est diplômé de l'université de New York, a escaladé les échelons en interne a une liaison avec une personne qui occupe un poste important dans un domaine stratégique — finance, industrie, politique, médias notamment — et finira par travailler au sommet dans une institution sensible.
Raymond Khoury - Manipulations
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 09 décembre

Contenu

Prix du premier roman policier de la Ville de Lens - 2011

MAJ 31 mars 2011
L'Été tous les chats s'ennuient

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €
Philippe Georget
La série est avant tout une suite d'individus
Sebag est policier à Perpignan. Il a perdu le feu sacré car il est un peu en crise : il se demande si sa femme restée jeune et belle ne le trompe pas, et il voit ses enfants s'éloigner de lui...
Lire la suite

Historique du prix

Créé en 2007, ce prix est un des rares en France à être décerné à un premier roman. Cela dans le but avoué de contribuer à la reconnaissance de nouveaux écrivains.
Les opérations se déroulent sur le long terme... Il y a tout d'abord une présélection effectuée par l'équipe de la médiathèque Robert Cousin parmi les "premiers polars" publiés entre le 30 juin d'une année et le 1er juillet de la suivante. Un ensemble de livres sont retenus en septembre qui vont être échangés entre les membres du comité de sélection, qui se réunissent une fois par mois pour délibérer et partager leurs impressions. De cet ensemble émerge, en janvier, la liste des ouvrages finalistes qui seront soumis au jury, constitué de professionnels de l'édition et du monde judiciaire, rassemblés autour du lauréat de l'année précédente.
Le titre du livre élu est dévoilé le jour de l'ouverture du salon du livre policier qui a lieu le dernier week-end de mars, et la récompense s'accompagne d'espèces sonnantes et trébuchantes pour l'heureux auteur.

Palmarès :
2014 : Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié)
2013 : Le Chant des âmes, de Frédéric Rapilly (Critic)
2012 : Maelstrôm, de Stéphane Marchand (Flammarion)
2011 : L'Été tous les chats s'ennuient, de Philippe Georget (Jigal)
2010 : Opale, de Stéphane Lefebvre (Les Nouveaux auteurs)
2009 : Le Magicien, de Jean-Marc Souvira (Fleuve noir)
2008 : Omaha crimes (PTC),de Michel Bussi
2007 : Les Fille de la Toussaint, de Pierre Petit (Jeanne-d'Arc)

Sélection et palmarès 2011

La sélection finale comptait quatre romans :
- Méfie-toi d'Assia !, de Bernard Boudeau (In octavo)
- Morts thématiques, d'Éric Fouassier (Pascal Galodé)
- L'Été tous les chats s'ennuient, de Philippe Georget (Jigal)
- Entre deux, de Robert Louison (éditions du Pierregord)

Le samedi 26 mars, jour d'ouverture du salon, le jury a annoncé qu'il avait élu L'Été tous les chats s'ennuient, ce qui vaut à son auteur Philippe Georget de recevoir, outre de chaleureuses félicitations, un chèque de 1500 €.
C'est aussi une sacrée bouffée d'émotion qui lui est montée aux joues, parce qu'un premier prix pour un premier roman, ça a tout de même une saveur particulière. Et Philippe Georget, interrogé "à chaud" par courriel, a envoyé à la rédaction ce message plein d'humour, où se perçoit, vibrant à fleur de phrase, ce qu'il a ressenti ce samedi-là. Et qui restera sans doute longtemps gravé dans sa mémoire...

Bonjour,
Alors, Lens…
Je suis heureux et fier d'avoir décroché ce prix, bien évidemment. D'autant que le prix du 1er roman, si on le rate la première fois, il n'y a guère moyen de se rattraper, n'est-ce pas ? À moins de leur faire, aux Lensois, le coup de Romain Gary. Il faudra d'ailleurs que j'y réfléchisse dans quelques années...
Je suis aussi extrêmement soulagé. Après un "Merci", c'est un "Ouf" que j'ai laissé échapper à Lens. Car avec
L'Été, tous les chats s'ennuient, j'avais eu la chance et l'honneur d'être sélectionné pour une petite dizaine de prix et, jusqu'ici : RIEN. Je craignais de terminer bredouille et j'en avais un peu assez d'applaudir le vainqueur (prix Sang pour Sang Polar, Cognac, Villeneuve lez Avignon, prix Michel Lebrun, prix Arsène Lupin). Mais cette fois-ci, c'est bon, j'en tiens un et on ne me l'enlèvera plus. Je vais pouvoir vivre la suite (prix Plume de Glace, prix Mauves-sur-Loire et... prix SNCF) avec davantage de sérénité. Enfin peut-être...
L'ambiance était sympathique, simple et chaleureuse. Le Nord, tel que l'on me l'avait décrit !
Le prix m'a été remis par Danièle Thiéry, ancien commissaire de police et auteur de polar. La cérémonie a été des plus classiques: discours de l'adjoint à la Culture, puis du député-maire (ou sénateur-maire, je ne suis plus sûr). Enfin remise du prix, et cours laïus du vainqueur (en résumé, ce que j'ai écrit plus haut, sur la fierté et le soulagement). J'ai un peu gaffé en oubliant, sous le coup de l'émotion, d'embrasser la présidente. Il a fallu qu'elle me rappelle ce point du protocole et j'espère qu'elle ne m'en tient pas rigueur.
Sinon, je n'ai pas discuté avec les membres du jury et, depuis que j'ai lu votre question, je commence à le regretter. Peut-être que j'ai eu peur qu'en discutant, ils s'aperçoivent qu'ils s'étaient trompés de roman.
Voilà pour l'essentiel. Si vous avez d'autres questions...

Liste des ouvrages lauréats

L'Été tous les chats s'ennuient

Liste des ouvrages nommés

Méfie-toi d'Assia ! | Morts thématiques

Par Julien Védrenne

Pied de page