Prix Jean Amila-Meckert 2011

Tandis qu'il remontait l'avenue Junot, Ricky se dit qu'il avait eu raison. Qu'il avait sagement agi. Mais dans ce cas, d'où venait ce malaise persistant qu'il ressentait ?
Jake Lamar - Rendez-vous dans le 18e
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 07 mars

Contenu

Prix Jean Amila-Meckert - 2011

MAJ 02 mai 2011

Historique du prix

Le Prix Jean Amila-Meckert décerné à l'occasion du Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale de Arras a été créé par l'association Colères du présent en 2005. Il récompense le meilleur livre d'expression populaire et de critique sociale, et honore la mémoire de Jean Meckert alias Jean Amila, auteur populaire qui a beaucoup alimenté le catalogue de la fameuse "Série noire" des éditions Gallimard, et figure marquante de la classe ouvrière.
Ce n'est, vous l'aurez compris, pas un prix strictement policier, mais il touche à des thématiques noires, et nul doute qu'il figure des romans noirs dans la sélection annuelle, et que certains sont-seront primés.
Le prix est doté par le Conseil Général du Pas-de-Calais d'une somme de 4000 €. La sélection des livres se fait à la fois sur proposition de la médiathèque départementale, des membres de Colères du présent, des membres du jury composé d’écrivains, de professionnels de la culture et de la création artistique, de représentants syndicaux et de collectivités. Le jury est à chaque fois présidé par l'auteur lauréat de l'édition précédente. Par la suite, une première réunion définit les orientations du jury, trie les propositions, entérine une sélection avant une délibération fin mars, et une remise le 1er mai, jour de la Fête du travail. Au sein du Salon, les auteurs nommés sont invités, des lectures de leurs œuvres sont effectuées par des comédiens et des rencontres avec le public sont organisées. De plus, un espace Amila-Meckert est spécialement dédié.

Palmarès :
2012 : Le Mur le Kabyle et le marin, d'Antonin Varenne (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes")
2011 : Comment j'ai liquidé le siècle, de Flore Vasseur (Les Équateurs)
2010 : Le Quai de Ouistreham, de Florence Aubenas (L'Olivier)
2009 : Zulu, de Caryl Férey (Gallimard,"Série noire")
2008 : À l'abri de rien, d'Olivier Adam (L'Olivier)
2007 : Alger la noire, de Maurice Attia (Babel, "Noir")
2006 : Bleu de chauffe, de Nan Aurousseau (Stock)
2005 : La Chasse aux enfants, de Jean-Hugues Lime (Le Cherche midi)

Sélection et palmarès 2011

Le jury, présidé par Florence Aubenas (lauréate 2010 pour son ouvrage Le Quai de Ouistreham) était composé cette année de François Annycke, Claire Aude, Emmanuelle Beranger, Thierry Blavoet, Pierrette Bras, Jocelyne Camphin, Agnès Delbarre, Stéfanie Delestré, Caryl Férey, Max Gaillard, Thérèse Guilbert, Loïc Lantoine, Jérôme Leroy, Guy Lesniewski, Philippe Poupard, Jean-Bernard Pouy, Franck Vandecasteele, et Laurent Wiart.
Au terme d'une première délibération, les jurés ont annoncé à la fin du mois de mars les cinq titres retenus pour la dernière sélection :

- Orphelins de sang de Patrick Bard (Le Seuil)
- Cour Nord, d'Antoine Choplin (Le Rouergue)
- Photo de groupe au bord du fleuve, d'Emmanuel Dongala (Actes Sud)
- Plan social, de François Marchand (Le Cherche Midi)
- Comment j'ai liquidé le siècle, de Flore Vasseur (Les Équateurs)

Et le dimanche 1er mai, à 11 h 30 dans le réfectoire des moines du palais Saint-Vaast, l'annonce a été faite de l'ouvrage distingué : le jury a choisi de décerner le 7e prix Jean Amila-Meckert à Comment j'ai liquidé le siècle, de Flore Vasseur.
S'il n'y a pas d'intrigue criminelle ni d'enquête policière qui traîne en ces pages, on y trouve en tout cas l'humus pour qu'elles éclosent : il paraît que ce roman décapant décrit "un monde impitoyable dirigé par la monnaie" - l'ambiance idéale pour péter câbles et plombs, voire trucider son prochain...

Liste des ouvrages nommés

Orphelins de sang

Par Julien Védrenne

Pied de page