Prix du livre Inter

Et saisissant mon couteau, je l'ai déchirée, déchiquetée, éventrée... puis je lui ai coupé la langue avec les dents et l'ai avalée. Et à c'est à ce moment précis que j'ai atteint l'orgasme.
Maud Tabachnik - L'Impossible définition du mal
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Prix du livre Inter

MAJ 02 juin 2014

Actualité du prix


Historique du prix

Le Prix du livre Inter est peut-être le premier prix d'importance décerné par des lecteurs. Au départ, il y a la volonté de Paul-Louis Mignon de décerner un prix que les lecteurs pourront emmener avec eux pendant leurs vacances d'été. C'est ainsi qu'il voit le jour en 1975. L'idée, assez simple et amplement démocratique, tient pourtant de la gageure car les jurés vont être choisis sur candidature écrite auprès de la secrétaire du prix (en 2011, quatre mille lettres seront ainsi reçues). Vingt-quatre jurés - douze femmes et douze hommes idéalement répartis géographiquement - vont donc se réunir annuellement autour d'un président. Ce dernier sera un écrivain de renom. D'ailleurs, la première édition est gouvernée par Pierre Emmanuel, poète et membre de l'Académie française. D'année en année et d'édition en édition, la liste prestigieuse de Présidents du jury va s'allonger.
La sélection des dix livres en compétition, elle, est établie avec des critiques littéraires de la presse écrite et de la radio à partir d'une présélection d'une quarantaine d'ouvrages. Remis invariablement en mai ou en juin, le Prix du livre Inter bénéficie de l'aura de la radio française et tend à prouver qu'au milieu des autres prix installés il se démarque par une indépendance caractérisée et une ouverture d'esprit. Le jury sans cesse renouvelé ne peut être victime d'un lobbying éditorial, et il entend bien pérenniser cette originalité.
C'est ainsi qu'en 1990 Daniel Pennac est récompensé pour son roman La Petite marchande de prose (sous la présidence de Paul Guimard), troisième volet de sa saga Malaussène. Les deux autres étaient parus à la "Série noire"... En 1998, c'était au tour de Martin Winckler d'être primé pour La Maladie de Sachs (étrangement, le président était Daniel Pennac...). Le romancier allait par la suite écrire des romans de mauvais genres et deux ouvrages sur les séries télévisées américaines. Enfin, en 2014, c'est au tour de Céline Minard, avec Faillir être flingué, de recevoir un prix pour un roman western jubilatoire d'un jury présidé par Alain Mabanckou, autre écrivain de littérature de mauvais genres...

Palmarès :
2014 : Faillir être flingué, de Céline Minard (Rivages)
2013 : Sombre dimanche, d'Alice Zeniter (Albin Michel)
2012 : Supplément à la vie de Barbara Loden, de Nathalie Léger (P.O.L.)
2011 : Que font les rennes après Noël ?, d'Olivia Rosenthal (Verticales)
2010 : Les Hommes-couleurs, de Cloé Korman (Le Seuil)
2009 : Zone, de Mathias Énard (Actes Sud)
2008 : Le Boulevard périphérique, de Henry Bauchau (Actes Sud)
2007 : Ouest, de François Vallejo (Viviane Hamy)
2006 : La Chambre de la Stella, de Jean-Baptiste Harang (Grasset)
2005 : L'Étourdissement, de Joël Égloff (Buchet-Chastel)
2004 : L'Homme-sœur, de Patrice Lapeyre (P.O.L.)
2003 : La Petite Chartreuse, de Pierre Péju (Gallimard)
2002 : Un soir au club, de Christian Gailly (Minuit)
2001 : Apprendre à finir, de Laurent Mauvignier (Minuit)
2000 : Des anges mineurs, d'Antoine Volodine (Le Seuil)
1999 : En attendant le vote des bêtes sauvages, de Ahmadou Kourouma (Le Seuil)
1998 : La Maladie de Sachs, de Martin Winckler (P.O.L.)
1997 : Instruments des ténèbres, de Nancy Huston (Actes Sud)
1996 : Un secret sans importance, d'Agnès Desarthe (L'Olivier)
1995 : Madame Arnoul, de Jean-Noël Pancrazi (Gallimard)
1994 : Quoi de neuf sur la guerre ?, de Robert Bober (P.O.L.)
1993 : Des choses idiotes et douces, de Frédéric Boyer (P.O.L.)
1992 : Le Troisième Mensonge, de Agotha Kristof (Le Seuil)
1991 : La Voyeuse interdite, de Nina Bouraoui (Gallimard)
1990 : La Petite marchande de prose, de Daniel Pennac (Gallimard)
1989 : Petite Chronique des gens de nuit dans un port de l'Atlantique Nord, de Philippe Hadengue (Maren Sell)
1988 : Misayre ! Misayre !, de François Salvaing (Balland)
1987 : Qui se souvient des hommes..., de Jean Raspail (Robert Laffont)
1986 : L'Enfer, de René Belletto (P.O.L.)
1985 : Un cauchemar, de Jean-Jacques Brochier (Albin Michel)
1984 : La Mémoire d'Abraham, de Marek Halter (Robert Laffont)
1983 : Le Bouchot, de Hortense Dufour (Grasset)
1982 : La Lumière du Nord, de Marcel Schneider (Grasset)
1981 : Les Demoiselles de Beaumoreau, de Marguerite Gurgand (Mazarine)
1980 : Le Testament d'un poète juif assassiné, de Élie Wisel (Le Seuil)
1979 : La Décharge, de Béatrice Beck (Le Sagittaire)
1978 : L'Enfant de Bohème, de Daniel Boulanger (Gallimard)
1977 : Ana non, de Agustin Gómez-Arcos (Stock)
1976 : Le Ravenais ou l'Arbre du voyageur, de Jacques Perry (Albin Michel)
1975 : Des demeures et des gens, de Catherine d'Étchéa (La Table Ronde)

Liens Prix du livre Inter



Par Julien Védrenne








Pied de page