Prix Ahmadou-Kourouma

On a tranché la veine jugulaire d'Emily. Ses poignets et ses paumes sont criblés d'entailles, ce qui indique qu'elle a été attaquée à l'aide d'un couteau et qu'elle a tenté de se défendre.
James Ellroy - Reporter criminel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 décembre

Contenu

Prix Ahmadou-Kourouma

MAJ 04 mai 2015

Actualité du prix


Historique du prix

Le prix Ahmadou-Kourouma est un prix littéraire généraliste décerné par le Salon africain du livre, de la presse et de la culture au sein du Salon du livre de Genève portant le nom de l'écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma (1927-2003). Soutenu par la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC) et par l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), il récompense depuis 2004 un ouvrage, un essai ou une fiction consacré à l'Afrique noire, et dont l’esprit d'indépendance, de lucidité et de clairvoyance s'inscrit dans le droit fil de l'héritage légué par le grand écrivain ivoirien. Ce prix a été inauguré de la plus terrible des manières avec un ouvrage témoignage sur le génocide du Rwanda. Il n'est nul besoin en ces pages d'expliquer pourquoi les guerres civiles avec leurs conséquences dramatiques sont un terreau de la littérature noire, policière et sociale. L'actualité ne cesse aujourd'hui de déverser son flot d'horreur avec la poussée des intégrismes et les populations qui fuient pour des raisons économiques ou de guerre - bref : pour leur survie. Dans ce contexte, il se trouvera toujours un ouvrage récompensé pour être k-libré.

Palmarès :
2015 : Terre Ceinte, de Mohamed Mbougar Sarr (Présence africaine)
2014 : Ceux qui sortent dans la nuit,de Mutt-lon (Grasset)
2013 : Le Terroriste noir, de Tierno Monénembo (Le Seuil)
2012 : Notre-Dame du Nil, de Scholastique Mukasonga, (Gallimard)
2011 : Photo de groupe au bord du fleuve, d'Emmanuel Dongala (Actes Sud)
2010 : Si la cour du mouton est sale, ce n'est pas au porc de le dire, de Florent Couao-Zotti (Le Serpent à plumes)
2009 : Solo d'un revenant, de Kossi Efoui (Le Seuil)
2008 : Le Bal des princes, de Nimrod (Actes Sud)
2007 : Le Paradis des chiots, de Sami Tchak (Mercure de France)
2006 : Babyface, de Koffi Kwahulé (Gallimard)
2005 : Matins de couvre-feu, de Tanella Boni (Le Serpent à plumes)
2004 : Survivantes : Rwanda, dix ans après le génocide, d'Esther Mujawayo & Souâd Belhaddad (L'Aube)

Liens Prix Ahmadou-Kourouma



Par Julien Védrenne








Pied de page