La Vache qui lit nº114

Ce fut raté. Le sel des années avait blindé la peau du voisin et celui-ci ne sortit jamais du droit chemin. Sa famille fut soulagée lorsque la mère de Concho dut vendre sa maison pour aller vivre avec son fils dans un taudis loué au pied de la colline, imprégné d'une odeur de chèvre et de crotte qui n'était autre que celui de l'échec.
Antonio Ortuño - Méjico
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

La Vache qui lit n°114

Fanzine

MAJ lundi 29 décembre 2008
Visuel de la revue La Vache qui lit n°
Pays : France





Prix: Gratuit €
La Vache qui lit n°114
Novembre 2010
Parution mensuelle
12 p. : 15.00 x 21.00 cm
ISSN 0999-8276
Comment se procurer la revue ?

Héros de polar - La Vache qui lit
Adresse : 8, rue Galliéni, 87100 Limoges, France
E-mail : serge.vacher@wanadoo.fr
Téléphone : 0555773452

Ce qu'il faut savoir sur la revue
La Vache qui lit est un fanzine de longue date (1997) qui cite justement Victor Hugo : "Nous n'avons d'autre choix que le noir". Orchestré par Serge Vacher, le fanzine s'appuie sur les Bibliothécaires du Val de l'Aurence pour des mini-dossiers bibliographiques, les choix de lecture de Cathy et la sagacité de Gerardo Lambertoni.

L'on peut supposer que ce numéro de La Vache qui lit commence dans la rue. Car s'il est bien question de sports de combat - et plus particulièrement de boxe avec une légère incursion dans le monde du catch -, c'est avant tout de combats de rue dont nous parle Serge Vacher dans un édito très elliptique et particulièrement poétique. L'histoire d'un chien aux abois et dont on ne veut pas qu'il meure. L'histoire d'une gamelle que l'on tend et qu'il tente de happer. Celle d'une meute et de sa chienne. Bref, l'histoire d'une chienne de vie. Mais à La Vache, c'est du chien enragé que l'on bouffe. Et à ce jeu, Gerardo Lambertoni n'est pas le dernier. L'on peut juste regretter que son approche des polars traitant de la boxe soit trop réduite à la portion congrue. Qu'il ne s'étende pas un peu plus sur ces romans comme le fait dans un second round plus percutant un Serge Vacher requinqué. Du coup, doit-on vraiment mentionner ces romans résumés en une ligne et demie ? À noter que Le Chemin de l'Amérique, bande dessinée de Baru primée à Angoulême en 1991 et justement citée par Gerardo Lambertoni nous remémore l'excellent Petites coupures de Vincent Gravé sur un scénario de Joseph Incardona. Enfin, le combat achevé sans aucun KO, la tranche infos du numéro est fort pourvue, et l'on y retrouve un descriptif des séances mensuelles de Polardisons, l'événement policier limougeaud dont nous aurons l'occasion de nous faire relayeur dans les pages dépêches.

Sommaire
Édito, par Serge Vacher
Boxe !
Que du bon ! par Serge Vacher
Quelques mots de Gerardo (Le Suaire enchanté, de William Campbell Gault, Fat City, de Leonard Gardner, Contre les cordes, de Ferran Torrent, Cadeau de la maison, de Juan Madrid, Le Roi du KO, de Harry Crews, Le Chemin de l'Amérique, de Baru, Ciné Soledad, de Francisco Gonzalez Ledesma, Night Train, de Nick Tosches & La Mémoire courte, de Louis-Ferdinand Desprez), par Geroardo Lambertoni
Deuxième round (Iron Man, de William Riley Burnett, Du Punch dans l'air, de Ed Lacy, Big Man, de William McIlvaney, Sur le ring & Le Mexicain, de Jack London), par Serge Vacher
Infos...

Comité de rédaction : Serge Vacher
jeudi 18 novembre 2010

Pied de page