La Vache qui lit nº121

La suggestion est un phénomène courant dans la vie de chacun de nous. Des vagues de crimes et de suicides s'expliquent par le pouvoir de suggestion sur l'esprit.
George Archainbaud - Treize femmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 novembre

Contenu

La Vache qui lit n°121

Fanzine

MAJ lundi 29 décembre 2008
Visuel de la revue La Vache qui lit n°
Pays : France





Prix: Gratuit €
La Vache qui lit n°121
Juin 2011
Parution mensuelle
12 p. : 15.00 x 21.00 cm
ISSN 0999-8276
Comment se procurer la revue ?

Héros de polar - La Vache qui lit
Adresse : 8, rue Galliéni, 87100 Limoges, France
E-mail : serge.vacher@wanadoo.fr
Téléphone : 0555773452

Ce qu'il faut savoir sur la revue
La Vache qui lit est un fanzine de longue date (1997) qui cite justement Victor Hugo : "Nous n'avons d'autre choix que le noir". Orchestré par Serge Vacher, le fanzine s'appuie sur les Bibliothécaires du Val de l'Aurence pour des mini-dossiers bibliographiques, les choix de lecture de Cathy et la sagacité de Gerardo Lambertoni.

Deuxième numéro de la fournée des numéros en retard de La Vache qui lit, le 121 porte le ras le bol de Serge Vacher, qui attend les grandes vacances avec impatience, enfin, quand on vous dit impatience, il semblerait qu'un demi lui permette de voir cette attente d'un autre œil. Faisons fi des turpitudes passées du grand Serge et attardons-nous quelque peu sur ce numéro. Une fois n'est pas coutume, les contributeurs externes sont au nombre de deux. Si l'on connait déjà Jean Myard, qui s'attache à la procédure américaine en droite ligne de Chicago pour mieux évacuer l'affaire sise dans un certain Sofitel, Hubert Holle nous semble un nouveau venu. Dans un article en double page, il nous propose une vision en noir et blanc des excellentes et anciennes adaptations en bichromie et en bande dessinée de l'œuvre que Richard Stark a consacré à son héros Parker. Le reste est rien moins qu'habituel, avec les mêmes travers que l'on regrette : Serge Vacher propose dans sa rubrique Que du bon ! un portrait de Caryl Férey. Un patchwork, dirions-nous puisque assemblage de trois portraits trouvés ici et là...

Sommaire :
Édito, par Serge Vacher.
B. D. : Parker, par Darwin Cooke (Le Chasseur & L'Organisation, adaptations des romans de Richard Stark), par Hubert Holle.
Jean Myard a lu pour vous (Innocent toujours, de Scott Turow).
Que du bon ! (Zulu, de Caryl Férey - accompagné d'un portrait de l'auteur -, Papillon de nuit, de James Sallis & Tue ton patron, de Jean-Pierre Levaray illustré par Gil Libertalia & Unitey Rockers), par Serge Vacher.

Comité de rédaction : Serge Vacher

Auteurs traités : Caryl Férey (Portrait)
Ouvrages chroniqués : Parker : le chasseur | Parker : l'organisation | Zulu
mardi 13 décembre 2011

Pied de page