La Vache qui lit nº128

Mais le contremaître, un type louche comme j'en ai rarement vu, et le gars de la compagnie de chemin de fer, ils ont fait un foin de tous les diables, si vous me passez l'expression. Les ouvriers eux-mêmes devenaient belliqueux.
Ann Granger - Un intérêt particulier pour les morts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

La Vache qui lit n°128

Fanzine

MAJ lundi 29 décembre 2008
Visuel de la revue La Vache qui lit n°
Pays : France





Prix: Gratuit €
La Vache qui lit n°128
Avril 2012
Parution mensuelle
12 p. : 15.00 x 21.00 cm
ISSN 0999-8276
Comment se procurer la revue ?

Héros de polar - La Vache qui lit
Adresse : 8, rue Galliéni, 87100 Limoges, France
E-mail : serge.vacher@wanadoo.fr
Téléphone : 0555773452

Ce qu'il faut savoir sur la revue
La Vache qui lit est un fanzine de longue date (1997) qui cite justement Victor Hugo : "Nous n'avons d'autre choix que le noir". Orchestré par Serge Vacher, le fanzine s'appuie sur les Bibliothécaires du Val de l'Aurence pour des mini-dossiers bibliographiques, les choix de lecture de Cathy et la sagacité de Gerardo Lambertoni.

L'on avait connu Serge Vacher amoureux fou mais pas transi d'Harry Crews. Quoi de plus normal alors que de le voir rendre un hommage sensible alors même qu'il est décédé à soixante-seize ans. Et Serge Vacher d'insister sur cette filiation avec Jim Thompson, de rappeler son autobiographie de zéro à dix ans, qui se conclue sur le bord des rails, Des mules et des hommes. Mais cet excellent numéro de La Vache qui lit, hormis quelques redites fort compréhensibles au regard de l'actualité politique actuelle (d'ailleurs Serge Vacher vous propose d'éteindre le poste de télévision, de radio, et de lire) concernant deux romans de Jean-Hugues Oppel et James Ellroy (il y aurait du Taboïds derrière que ça ne nous étonnerait pas...) propose un article assez fouillé de Claude Mesplède sur le roman et la guerre, et enregistre l'arrivée de Michèle G. en qualité de chroniqueuse émérite, et qui s'offre deux premiers choix de qualité (on appréciera au passage la petite coquille concernant un éditeur, qui pourrait être sujette à interprétation : Callmeister).

Sommaire :
Édito, par Serge Vacher
Avertissement : le rédac' est une feignasse ! par Serge Vacher
Chroniques de Claude Mesplède - Les guerres ont souvent servi de décor à des fictions policières tant ces périodes tourmentées s'accordent avec l'atmosphère du thriller et du roman noir. Plusieurs romans en fournissent à nouveau une brillante illustration (Périls en ce royaume, d'Alain Berenboom, La Ville sans regard, de Mathias Bernardi & Jusqu'à ce que mort s'ensuive, de Roger Martin)
M. G. a lu pour vous (Chicago en flammes, de Eugène Izzo & Lonesome Dove, de Larry McMurtry)
Harry Crews est mort, par Serge Vacher (portrait suivi de la chronique de Le Faucon va mourir, de Harry Crews)
Que du bon ! (French Tabloïds, de Jean-Hugues Oppel), par Serge Vacher
Infos (Alibi n°6 & La Tête en noir n°155)

Comité de rédaction : Claude Mesplède | Serge Vacher

Auteurs traités : Harry Crews (Article)
lundi 30 avril 2012

Pied de page