Carnet de la Noir'Rôde nº55

- Très drôle, LeBrock... Si c'est vraiment ton nom - Ouais, t'as une belle collection de cartes de visite... avec des noms et des métiers différents. - Elles me sont bien utiles quand il s'agit de mener des enquêtes. Mais vous n'avez pas la moindre idée de ce que ça signifie, pas vrai ?
Bryan Talbot - Grandville mon amour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 novembre

Contenu

Carnet de la Noir'Rôde n°55

Bulletin

MAJ jeudi 20 août 2009
Visuel de la revue Carnet de la Noir'Rôde n°
Pays : France





Prix: 1,50 €
Carnet de la Noir'Rôde n°55
Printemps 2016
Parution trimestrielle
24 p. : 15.00 x 21.00 cm
ISSN 0999-9132
Comment se procurer la revue ?

La Noir'Rôde
Adresse : Le Boticelli, Les Hameaux du Soleil, 06270 Villeneuve Loubet, France
E-mail : noirode@lanoirode.com
Téléphone : 0493228883
Site : http://www.lanoirode.com

Ce qu'il faut savoir sur la revue
Les Carnets de la Noir'Rôde paraissent quatre fois par an. Ils proposent des interviews et des chroniques littéraires. Une vision noire qui vient du sud de la France. La maquette est en noir et blanc, et ici ou là des illustrations originales parsèment allègrement un bulletin conçu par des fanas de littérature noire au bon sens aiguisé.

C'est l'heure du Carnet printanier de la Noir'Rôde, 55e du nom, avec une thématique récurrente mise en avant : le polar à la campagne, celui que les Américains appellent le "Nature Writing", et qu'ici on nomme le polar rural. Rural noir comme celui évidemment de Benoît Minville, présent en ces pages, mais surtout comme les deux nouveaux romans qui inaugurent ces carnets, celui de Sandrine Collette (plus ethnologique avec la Patagonie en toile de fond) et celui très corrézien de Franck Bouysse, un défricheur talentueux qui est un beau fer de lance de la collection "Territori" de La Manufacture de Livres (elle-même défricheuse de talents). Le Carnet est comme toujours très classique dans sa forme et son contenu. Des chroniques détaillées de Corinne Naidet, Jacques Lerognon et nombre de plumes qui se cachent derrière des pseudonymes alambiqués (n'est-ce pas Maguy Nesse ?), puis une rubrique poche très fournie triée par éditeurs et enfin un survol des festivals à venir. La formule a le mérite d'être efficace. Le contenu, lui, a celui d'être écrit par des personnes enthousiastes. Signalons que l'édito se ponctue par un hommage à Yal Ayerdhal, récemment décédé.

Sommaire :
Édito.
Chroniques (Il reste la poussière, de Sandrine Collette, Plateau, de Franck Bouysse, Si tous les dieux nous abandonnent, de Patrick Delperdange, Rural noir, de Benoît Minville, Sayonara, de Pascal Millet, La Cabane des pendus, de Gordon Ferris, Branches obscures, de Nikolaj Frobenius, Corrosion, de Jon Bassof, Rester groupés, de Sophie Hénaff, Suburra, de Carlo Bonini & Giancarlo De Cataldo, Le Pacte du petit juge, de Mimmo Gangemi & Fausse piste, de James Crumley) par Corinne Naidet, Diwan Braichies, Natacha Celas, Blanche Dechamblie, Arno Quandou, Maguy Naisse, Elwood Ford, Érica Berney, Omar Salah, Melissa & Louise Kaye.
Lire pas (trop) cher. Moisson poches (Saga maorie, de Caryl Férey, Mapuche, de Caryl Férey, Les Brillants, de Marcus Sakey, Bloody cocktail, de James M. Cain, Le Lézard lubrique de Melancholy Cove, de Christopher Moore, Les Mécanos de Vénus, de Joe R. Lansdale, De chair et d'os, de Dolores Redondo, Célestin Louise, de Thierry Bourcy, Hérétiques, de Leonardo Padura, Les Nuits de Reykjavik, d'Arnaldur Indridason, Molosses, de Craig Johnson, Little Bird, de Craig Johnson, La Vérité sur Anna Klein, de Thomas H. Cook, Retour à Watersbrige, de James Scott, La Revanche du petit juge, de Mimo Gangemi, Les Écailles d'or, de Parker Bilal, Dégâts des eaux, de Donald Westlake, Creole Belle, de James Lee Burke, Injection mortelle, de Jim Nisbet, Sous l'oelig;il de Dieu, de Jerome Charyn, Sylvia, de Howard Fast, Grossir le ciel, de Franck Bouysse, Six fourmis blanches, de Sandrine Collette, N'appelle pas la maison, de Carlos Zanón, La Danse de la mouette, d'Andrea Camilleri, Carrières noires, d'Éléna Piacentin, Les Arpenteurs, de Kim Zupan & Deep Winter, de Samuel W. Galey) par Corinne Naidet & Jacques Lerognon.
Festivals de printemps (19e Festival des littératures policières, noires et sociales de Besançon, 4e Salon du polar du Lavandou & 5e Les Pontons flingueurs d'Annecy).


Ouvrages chroniqués : Creole belle | Grossir le ciel | Il reste la poussière | La Cabane des pendus | La Danse de la mouette | Les Brillants | Les Écailles d'or | Les Nuits de Reykjavik | Little Bird | Mapuche | Molosses | Plateau | Rester groupés | Rural noir | Sayonara | Si tous les dieux nous abandonnent | Six fourmis blanches | Sous l'œil de Dieu | Suburra
jeudi 16 juin 2016

Pied de page