Le Visage vert

Ce n'est pas de la justice, ça, lança Nina. C'est de l'inquisition superstitieuse.
João Tordo - Le Bon hiver
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 16 octobre

Contenu

Le Visage vert n°16

Revue

MAJ mardi 23 juin 2009
Visuel de la revue Le Visage vert n°
Pays : France





Prix: 20,00 € €
Le Visage vert n°16
juin 2009

192 p. : 17.00 x 24.00 cm
ISSN 978-2-84304-484-7

Ce qu'il faut savoir sur la revue
Née en 1995, elle emprunte son nom à un roman de Gustav Meyrink (écrivain autrichien né en 1868 et mort en 1932 occupant une place de choix dans le domaine de la littérature fantastique) paru en 1916, Das grüne Gesischt – devenu Le Visage vert en français.
La revue s’intéresse au fantastique, mais aussi à l’anticipation ancienne, au bizarre, à l’absurde ou au mystère [...] Tel un archéologue dévoué aux marges de la littérature, Le Visage vert arpente les genres et les mouvements esthétiques liés à l’imaginaire. (citation extraite de la présentation figurant sur le site "officiel" de la revue.)
D’abord publiée par Joëlle Losfeld jusqu’en 2003, elle renaît de son silence en juin 2007 sous la conduite des éditions Zulma : le numéro 14 arrive sur les étals des libraires avec un habillage entièrement retaillé, par Dominique Bordes au maquettage et David Pearson à la couverture. Bien que non spécialisée dans le polar ou la littérature noire, on peut glaner, dans l'un ou l'autre numéro, quelques récits ou analyses très "k-librés"...

Outre le site déjà mentionné, il y a AUSSI un blog de la verte face hébergé par le site des éditions Zulma.

Petit décryptage
La sorcellerie, qu'elle soit observée en littérature ou ailleurs, n'a rien de très "polar" - mais, dans ce seizième numéro, il y a de ténébreuses chroniques très directement liées au champ couvert par k-libre puisque consacrées au détective Nick Carter. Personnage créé en 1886 par John R. Coryell, la plupart de ses aventures seront écrites par Frederick Van Rensselaer Dey, au point que ce dernier en revendique la paternité... Dans ce numéro est d'ailleurs publié la traduction d'un long article que F. Van Reeselaer Dey a publié le 19 février 1920 dans The American Magazine... Les lecteurs de k-libre seront aussi sensibles, sans doute, aux textes et au portrait de Jules Lermina, qui sont l'occasion de renvois à une autre revue bien connue ici, Le Rocambole (le numéro 43-44 contient en effet un dossier consacré à ce polygraphe français de la fin du XIXe siècle).

Sommaire
Éditorial, par la rédaction.
Johannes Ilmari Auerbach : "Le Concours de suicide" ; "Johannes Ilmari Auerbach", par Robert N. Bloch
Nick Carter : "Chroniques des ténèbres : Nick Carter", par François Ducos ; "Comment j’ai écrit un millier d’aventures de Nick Carter", par Frederick Van Rensselaer Dey
A.-M. Burrage : "Le Vent dans le grenier"
Yuan Mei : "Zi bu yu. Ce dont le maître ne parle pas" ; "Yuan Mei et son Zi bu yu", par Pierre Kaser
Jules Lermina : "L’écorché vivant" ; "Lermina et le supplice chinois des dix mille morceaux", par Jérôme Solal ; "Au-delà !", par J. Lermina
Sorcellerie et littérature allemande. Dossier coordonné par Michel Meurger. "Le bal des sorcières" (extrait des Aventures de Simplicius Simplicissimus, de Grimmelshausen), "Hans Jacob Christoffel von Grimmelshausen ou les désastres de la guerre", par Michel Meurger. "Le juge des sorcières", par Karl Hans Strobl, "Karl Hans Strobl : la chair et le diable", par Michel Meurger. "La Pie sorcière", par Hans Watzlik, "D’un pays perdu, Hans Watzlik", par Michel Meurger. "La Tentation", par Michael Siefener. "“Gravissons le Brocken ensemble” : le thème sorcellaire dans la littérature germanophone de Grimmelshausen à Strobl", par Michel Meurger
Bibliographie.

mardi 23 juin 2009

Pied de page