Brèves

Quand on est petit, on a peur du noir et du loup et d'un tas de conneries de ce genre. Après, ça passe. Parce qu'après il y a pire.
Guillaume Guéraud - Le Contour de toutes les peurs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 novembre

Contenu

Brèves n°93

Revue

MAJ mardi 10 mai 2011
Visuel de la revue Brèves n°
Pays : France





Prix: 12 €
Brèves n°93
Septembre 2010
trimestrielle
144 p. : 12.00 x 22.00 cm
ISSN 0248-4625

Ce qu'il faut savoir sur la revue
Créée en 1981, la revue Brèves, à raison de quatre livraisons annuelles, constitue, au fil des ans, une "anthologie permanente de la nouvelle". Ce sous-titre est des mieux choisis : en trois mots est indiqué clairement que l'on a affaire à l'une de ces publications qui ont la périodicité de la revue tout en ayant, du livre, le caractère permanent – l'objet que l'on garde près de soi et que l'on compulse de temps à autre. Des numéros spéciaux consacrés à un thème, une aire culturelle et/ou géographique ou à un écrivain particulier, se mêlent aux numéros courants dont le contenu panache des nouvelles, des dossiers, des interviews, des notes de lecture... mais peu, voire pas de sujets d'actualité brûlante – une périodicité trimestrielle ne se prêtant pas à une "prise directe" avec le trop-éphémère. Au fil des parutions c'est bien une "anthologie" qui se forme, en perpétuelle croissance comme un organisme vivant – une anthologie de textes évidemment mais aussi de documents. Conserver chaque numéro permet à l'amateur de récits brefs de se constituer un superbe panorama de la nouvelle et de choisir, au gré de ses envies, les régions dont il approfondira la découverte. Hors numéros épars se focalisant çà et là sur des sujets ou des auteurs spécifiquement noirs, chaque parution de Brèves peut receler une perle sombre ou sanglante en quelque endroit – le noir/polar a des affinités multiples et peut par nature croiser n'importe quel genre, de la cave au grenier en passant par la cuisine, les chambres et les nurseries. Aussi le k-libriste a-t-il tout intérêt à suivre cette revue de très près. D'autant que l'objet, de format allongé rappelant les livres d'Actes Sud, avec sa couverture souple pelliculée mat, est fort agréable à tenir en main.
Distribuée en librairie, elle est aussi vendue en ligne sur sur cette page du site-espace de l'édition indépendante Lekti-ecriture.com et sur le site de l'éditeur, L'Atelier du Gué. L'on peut également souscrire un abonnement.
Isabelle Roche

Pascal Garnier est disparu le 5 mars 2010. La revue Brèves lui rend un hommage sensible sous la direction d'Hubert Haddad, qui a réuni des plumes l'ayant connu à travers et hors ses livres. L'ensemble est un brillant équilibre entre nouvelles de l'écrivain et articles passionnés. Hubert Haddad, dès son introduction, décrit, peint, Pascal Garnier : "distrait zoologue des espèces criminelles rompu à tous les cauchemars de nos sociétés post-kafkaïennes", avant de lui laisser la parole à travers six nouvelles, le temps de se rendre compte de la douce poésie de cet acrobate des mots ("À cette époque, il n'y avait pas de fin, on vivait l'éternité au quotidien", in "Le Commerçant"), qui écrivait mais rêvait surtout à sa peinture. Qui ne profitera pas d'une retraite ("La retraite est un pays d'où on ne revient jamais", in "Le Commerçant"), que de toute façon il n'aurait jamais atteint. Tel est le lot des artistes. Parmi les nombreux hommages courts, qui s'attardent, retenons celui de Francis Mizio, qui dans un texte dont il a l'habitude, se joue des mots de façon, là, vraiment ludique. Usant du contrepied, s'amusant de ce prénom hautement philosophique dans son article "La proposition de Pascal", Francis Mizio s'extasie sur la justesse de cette expression : la pendule "propose" 15 h 17. Proposition choc. Et Francis Mizio de s'enhardir. Et nous d'apprécier. La revue se termine sur quelques tableaux de Pascal Garnier, et la réflexion d'un lecteur assidu découvrant ses peintures : "C'est le même cri muet que dans les romans. En plus désespéré."

Sommaire
Vue imprenable sur Pascal Garnier, par Hubert Haddad

Nouvelles, de Pascal Garnier
"L'un dans l'autre"
"Glacière"
"Le Commerçant"
"Hold up !"
"Les Pigeons de Fervaques"
"Vis-à-vis"

Rencontres / Lectures / Témoins
Lune captive, Par Jean-Claude Bologne
Vision du bleu, par Pierre Autin-Grenier
La Douceur du noir, par Christine Bini
Rencontres, par Dominique Baillon-Lalande
Pascal Garnier, maître du roman gris, par Georges-Olivier Châteaureynard
La Rousseur du soir, par Isabelle Roche
La Proposition de Pascal, par Francis Mizio
La Charité du crime, par Ingrid Thobois
Pascal Garnier ou l'élégance du bref, par Mélanie Edwards
Ce buisson de mots vif, par Christiane Baroche
Une heure en compagnie de Pascal Garnier, par Lalie Walker
La Bleuïte aiguë, par Brigitte Aubonnet
Je me souviens de Pascal Garnier, par Chantal Robillard
La Seule différence, par Marie-Florence Erhet
Cher Pascal, par Françoise Brégis
La Dernière, par Mouloud Akkouche
Pascal Garnier m'avait écrit, par Yves Guitton
C'est l'histoire d'un mec, il meurt, par Laurence Decréau
Journal 2010 (extrait), par Joseph Vebret
Pascal, par Olivier Mau

Bio-Bibliographie
Entretien Pascal Garnier, par Serge Cabrol
Pascal Garnier, peintre
Sa danseuse et son seul sport étaient la peinture, par Nathalie-Ange Garnier et Gilles Morales

Comité de rédaction : Mouloud Akkouche | Olivier Mau | Francis Mizio | Lalie Walker

Auteurs traités : Pascal Garnier (Interview, Nouvelle & Dossier)
mardi 10 mai 2011

Pied de page