Les Grandes affaires criminelles

Je le répète, j'ai l'intime conviction que des sept personnes assemblées dans cette pièce, l'une est un criminel dangereux, probablement un aliéné.
Agatha Christie - Dix petits nègres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 22 mai

Contenu

Les Grandes affaires criminelles n°Hors série 1

Magazine

MAJ mercredi 24 février 2016
Visuel de la revue Les Grandes affaires criminelles n°
Pays : France





Prix: 12,90 €
Les Grandes affaires criminelles n°Hors série 1
Janvier 2016
Parution aléatoire
130 p. : 21.00 x 28.00 cm
ISSN 2275-5454

Ce qu'il faut savoir sur la revue
Anthony Frot, qui a été le directeur de la collection "Grandes Affaires Criminelles" chez De Borée de 2007 à 2010 est devenu éditeur coordinateur chez Oracom, maison éditant des magazines sur le design, le développement personnel, la photographie, la gestion du Web, la cigarette électronique, le sport, les mobiles, la santé, le jardin, les mandalas... et maintenant l'histoire ! Avec Mythologie(s), Les Grandes Affaires de l'Histoire et Les Grandes Batailles : la Seconde Guerre mondiale, Les Grandes Affaires Criminelles prennent place dans cette nouvelle thématique.
Difficile de se faire une place en presse au sein du rayon particulier des magazines spécialisés. Les prix sont conséquents (en ce qui concerne celle-ci 9,50 €.) car il n'y a pas de publicité intérieure. Le magazine spécialisé doit donc offrir un plus par rapport au magazine grand public. Ici, ce sera l'iconographie et la concision de la rédaction.

Anthony Frot, le maître d'œuvre de cette revue a concocté ce premier hors série sur une thématique précise. Parmi les rédacteurs, Vincent Brousse et Philippe Grandcoing ont déjà consacré deux tomes à ce sujet chez l'éditeur De Borée. Ils sont rejoints ici par Alain Dommanget, Thierry Desseux, Christophe Belser et Jean-François Miniac. Ce dernier nous livre aussi quelques portraits à la "sanguine"...
Ces grands évènements sont classés chronologiquement de 1792 avec le drame d'Étampes (une révolte populaire contre le prix du blé qui conduisit au lynchage du maire), à 1962 (l'assassinat d'un agent secret du PCA - Parti Communiste Algérien par deux tueurs de l'OAS- Organisation Armée Secrète). Martyr de la Révolution, Lepelerier de Saint Fargeau, ascendant de Jean d'Ormesson, a été tué par un monarchiste, tandis que le cadavre de la pauvre Princesse de Lamballe a été traîné dans Paris, sa tête au bout d'une pique brandie sous les yeux du couple royal. Le condamné Claude Gueux a inspiré Victor Hugo, le Duc de Choiseul-Praslin a massacré sa femme, Soleilland a assassiné une fillette et fait tremblé le Président de la République qui lui accordé sa grâce... Bonnot, les banquiers roublards Marthe Hanau et Albert Oustric, le Bonnet Rouge, le ministre Malvy, l'affaire Jean Galmot qui conduisit des Guyanais à se faire juger à Nantes en 1931... autant d'affaires et bien d'autres encore qui eurent des effets directs ou indirects sur le gouvernement. On retiendra la "petite" affaire François Desclaux (ancien directeur de cabinet, mobilisé comme payeur principal) qui détourne des provisions destinées aux valeureux Poilus en 1915 avec l'aide de sa maîtresse (honte sur lui !).
Contrairement aux affaires criminelles "ordinaires" qui reposent généralement sur une progression simple, les affaires politiques ont, elles, besoin d'explications supplémentaires, en amont et en aval, pour les enjeux politiques justement. Les rédacteurs doivent donc se montrer très précis et concis dans si peu d'espace et ce n'est pas une mince affaire. Si les événements sont parfaitement traités, les lire à la suite, comme dans une banale revue, peut s'avérer ardu tant les indications sociales et politiques sont importantes. Voilà donc un hors série à lire petit à petit...
Là encore, comme d'habitude, la moisson est riche de documents. Outre les nombreuses photos de procès, on retiendra Marthe Hanau avec ses béquilles (nettement moins glamour que Romy Schneider qui joua son rôle), les gravures incroyables du Petit Journal de 1907 sur le sadique Albert Soleilland (son alibi reposait sur un spectacle du Ba-Ta-Clan), le schéma de la chambre du crime de la duchesse de Choiseul-Praslin avec ses traces de sang soigneusement consignées, et la sage pose de Bonnot, en studio, arborant chaîne de montre et col cassé, avec madame assise, en chignon et grande chaîne, toute raide dans sa robe sombre à plis avec le fils bébé au premier plan en robe de dentelle avec sa mignonne trompette. Ah ! Ces anarchistes !

Sommaire :
Édito, par Anthony Frot

Portfolio. Les images du crime.

Les grandes affaires criminelles politiques.
Du sang sur le blé : le drame d'Étampes. Par Philippe Grandcoing.
L'affaire Lepeletier de Saint-Fargeau ou la vengeance du roi. Par Philippe Grandcoing.
La princesse de Lamballe ou le cadavre outragé. Par Philippe Grandcoing.
Brune, le maréchal massacré. Par Philippe Grandcoing.
Un lieu, deux hommes : Clairvaux, Claude Gueux, Victor Hugo. La peine de mort en question. Par Alain Dommanget.
L'énigme Choiseul-Praslin ou le crépuscule de la monarchie de Juillet. Par Philippe Grandcoing.
Montcharmont : de la guillotine à Victor Hugo. Par Thierry Desseux.
Le prince et le journaliste. Par Thierry Desseux.
L'affaire Soleilland : une flambée sécuritaire à la Belle Époque. Par Jean-François Miniac.
Bonnot roule des mécaniques, la police aussi. Par Jean-François Miniac.
Grande Guerre et petits calculs. Par Jean-François Miniac.
Trahison morale. Par Jean-François Miniac.
Un coupable idéal. Par Christophe Belser.
Le meurtre du père. Par Jean-François Miniac.
Saint Oustric, priez pour eux ! Par Jean-François Miniac.
Le premier "Hanau" de la chaîne. Par Jean-François Miniac.
"Le complot alsacien", procès politique à Colmar. Par Christophe Belser.
Les pétards mouillés. Par Jean-François Miniac.
L'assassinat de l'amiral Darlan, la fin de l'hypothèse "vichysto-résistante". Par Vincent Brousse.
Telle est la question. Par Jean-François Miniac.

Comité de rédaction : Christophe Belser
lundi 29 février 2016

Pied de page