k-libre - auteur - Jean-Luc Defromont

Si j'hésitais plus longtemps, mes nerfs allaient lâcher ou j'allais m'évanouir de fatigue. Je n'avais plus beaucoup de jus, mais je n'allais pas abandonner, pas encore. Il fallait en finir. Je devais mettre un terme à tout ça. Alors je pris une profonde inspiration, puisai le peu d'énergie qui me restait, m'efforçai d'oublier les douleurs qui me parcourait le corps.
Victor Gischler - Coyotte Crossing
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 octobre

Contenu

Jean-Luc Defromont

MAJ mardi 21 septembre 2010
© D. R.

Biographie Jean-Luc Defromont


Naissance à Casablanca .
Jean-Luc Defromont naît en 1964 à Casablanca où il effectue toute sa scolarité. Lost in translation dès l’enfance ! Mais il lui faudra bien du temps et des dérives (géo)graphico-existentielles pour embrasser le métier de traducteur.
Il commence par étudier les lettres modernes à Paris (qui lui paraît New York). Il entre à Normale Sup puis passe une agrégation d'anglais et va pratiquer la langue à Londres. Il enseigne l'anglais à la fac à Caen puis à Paris. Il s'amuse à traduire des romans à l'eau de rose pour la collection "Harlequin". Lorsque le démon du Midi le prend, il redescend vers le Sud, Milan pendant un an, puis Bari où l'envoie l'Ambassade de France et où il enseigne le français. Il apprend l'italien sur le terrain avant d'utiliser cette nouvelle acquisition professionnellement. Il commence à traduire de façon épisodique, pour le plaisir, d'abord de l'anglais, puis de l'italien.
En 2004, c'est le grand saut : il prend un congé sabbatique (qui se prolonge) pour se consacrer entièrement à la traduction (de textes de fiction, d'essais, de pièces de théâtre, d'articles, de livrets de CD, de textes de mode et design etc.). Des rencontres littéraires fortes marquent son parcours de traducteur : entre autres, le magnifique récit de Fabrizio Gatti sur la via crucis des Africains migrant vers l'Eldorado européen, par voie de mer, terre et désert (Bilal, 2008), et les textes au vitriol de Vitaliano Trevisan (Bic and other shorts, Les Quinze mille pas, vainqueur du Prix Campiello Europe attribué en 2008 à l'auteur, à l'éditeur et au traducteur), qui fustige impitoyablement la société du nord de l'Italie et la réalité contemporaine. Deux écrivains courageux que le monde actuel révolte et qui prennent position sans compromis.
Jean-Luc Defromont traduit aussi des thrillers (avec un grand plaisir, qu'il aimerait cultiver) : J’ai tout entendu de Gearino (1999), enquête palpitante menée par un faux sourd-muet dans le contexte raciste du sud des États-Unis, Le Cirque chaviré de Magnani (2009), situé dans un campement de gitans (poétique, dépaysant, émouvant), théâtre d'un crime dont les racines plongent jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, enfin Le Testament de Jaffa de Mandelman (2010), roman suffocant se déroulant en Israël, terre déchirée hantée par des fantômes (dont celui du père assassiné) qui viennent bouleverser l'existence des vivants et contraignent le narrateur à revivre et rejouer de manière spéculaire les drames du passé pour dépasser enfin ses propres préjugés.


Bibliographie*

Traducteur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page