k-libre - auteur - François Thomazeau

- Les animaux ne souffrent pas de schizophrénie. Pas à ce jour. Donc pour faire des tests... - On les fait sur des êtres humains ? - Bingo.
Christian De Metter - Shutter Island
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 30 juin

Contenu

François Thomazeau

MAJ mardi 12 octobre 2010
© D. R.

Biographie François Thomazeau


Naissance à Lille le 13 avril 1961.
François Thomazeau est un écrivain français de romans policiers et de romans noirs qui fut, dans les années 1990, l'un des pionniers de la vogue du polar marseillais. En 1995, il publie La Faute à Dégun chez l'éditeur corse Misteri, qui devient l'un des premiers néo-polars situés dans la cité phocéenne avec Total Khéops de Jean-Claude Izzo et Trois jours d'engatse de Philippe Carrese, sortis la même année (et pour l'ouvrage de Carrese chez le même éditeur).
Derrière ces trois précurseurs - qui avaient été précédés en 1994 par Michèle Courbou avec Les Chapacans - de nombreux auteurs vont s'engouffrer dans la brèche et relancer par le biais du roman noir, la littérature populaire à Marseille. On peut citer René Merle, Gilles Del Pappas, Jean-Paul Delfino, Georges Foveau, Xavier-Marie Bonnot, Jean Contrucci, Maurice Gouiran, Jean-Christophe Duchon-Doris, Annie Barrière ou Serge Scotto, qui tous pratiquent le genre policier à Marseille.
Après La Faute à Dégun, François Thomazeau se lança dans la série des "RMistes justiciers", narrant les aventures rocambolesques de deux pieds nickelés marseillais, Schram & Guigou. La critique sociale affleure sous la forme cocasse de ces ouvrages publiés notamment dans la collection économique Librio.
À partir des années 2000, François Thomazeau a un peu négligé sa carrière de romancier - malgré l'excellent et noir Bonne Mère ou l'inclassable Sans queue ni tête -, pour se consacrer à l'édition. Il a ainsi fondé avec plusieurs complices - dont Patrick Coulomb, Michel Martin-Roland et Pierre Sérisier -, la maison d'édition L'Écailler du suD (aujourd'hui L'Écailler).
L'aventure et un vrai succès éditorial sinon commercial avec plus de cent ouvrages parus en sept ans, dont certains (Xavier-Marie Bonnot, Philip McLaren ou Joachim Sebastiano Valdez) ont fait une belle carrière en poche ou à l'étranger.
Parallèlement, François Thomazeau a rédigé de jolis petits guides "bistronomiques" aux éditions Parigramme : Au vrai zinc parisien et Brasseries de Paris, ainsi qu'un Guide du Marseille insolite.
Également journaliste sportif, il a longtemps été chef du service des Sports de l'agence Reuters à Paris et a obtenu en 2005 le prix du meilleur article sportif de l'année décernée par l'USJSF (ancien prix Martini).
Dans ce domaine, il a publié avec Fabrice Abrgrall : 1936 : La France à l'épreuve des jeux Olympiques de Berlin, aux éditions Alvik et a cosigné le scénario d'un film sur le dopage Contre la montre, réalisé en 2001 par Jean-Pierre Sinapi. En 2007, il a publié deux livres sur le rugby, Rugby Nostalgie, aux éditions Hors Collection et un Petit guide de survie à l'usage de ceux qui ne comprennent rien au rugby, chez Pascal Petiot.
François Thomazeau est aussi traducteur de l'anglais (Philip McLaren, Nury Vittachi, Owen Thomas) et dirige une librairie à Paris, L'Écailler, pendant d'une autre librairie du même nom installée à Marseille.



Présence à un festival :

2015 : Salon métropolitain du polar de Templemars

2013 : Festival du polar de Villeneuve lez Avignon

2011 : Paris noir | Semaine noire

2010 : Le Polar dans tous ses états


site : http://www.francoisthomazeau.fr/

Bibliographie*

Romancier :

Traducteur :

Nouvelle :

Actualité

  • 03/04 Librairie: Lancement de Marseille noir (13)
  • 21/11 Librairie: Patrick Raynal à L'Écailler
  • 13/09 Café littéraire: François Thomazeau et l'Olympisme nazi
  • 31/08 Édition: Parutions de la semaine - 31 août
    Cette fois, ça y est, nous sommes en plein dedans. Pour ceux qui n'auraient pas compris, je veux parler de la rentrée littéraire. Les parutions sont de plus en plus en nombre, et l'on découvre au hasard des titres d'ouvrage quelques surprises de taille. D'abord que Dantec propose une suite à son Babylon Babies, et qu'il a quitté pour l'occasion Albin Michel pour rejoindre les toutes nouvelles éditions Ring avec à leurs commandes David Kersan épaulé littérairement parlant de Raphaël Sorin. On découvre pour l'occasion que Stéphane Bourgoin y dirige deux collections qui sont "Ring noir" et "Murder ballads".
    Le roman de la semaine et au moins du mois, si ce n'est plus, est à aller chercher chez Rivages. Il s'agit de Dernière nuit à Montréal de la Canadiene Emily St. John Mandel. Lisez notre chronique pour comprendre pourquoi nous l'aimons. Parmi les curiosités, à n'en pas douter, le nouvel opus de Nicolas Bouchard chez Asgard (point de tromperie, nous aimions déjà Nicolas Bouchard chez Après la lune, le fait qu'il soit publié tout comme Jan Thirion dans la collection "Zones d'ombre" de notre k-libriste Thomas Bauduret ne rajoute rien si ce n'est de la qualité au risque d'être traité de vil flagorneur).
    Le reste, bien sûr, est à découvrir (ou pas...), notons que Le Masque continue de rééditer Agatha Christie dans une traduction révisée ou nouvelle. Quatre pour cette fournée qui nous éloigne d'Hercule Poirot. Et que Rivages ressort en poche Les Corps déchiquetés, d'Hervé Le Corre.
    Voilà donc de (mal)saines lectures en attendant de voir ce que la semaine prochaine nous réserve !

    Grand format :
    Ceux qui règnent dans l'ombre, de Nicolas Bouchard (Asgard, "Zones d'ombre")
    Le Dernier vol des frelons, de Michel Brouard (Mon village, "Roman")
    L'Assassin à la pomme verte, de Christophe Carlier (Serge Safran)
    Fusion froide : l'autre histoire du groupe AZF, de Patrick F. Cavenair (L'Aube, "Regards croisés")
    Le Département de français, de Murielle Lucie Clément (Édilivre, "Coup de cœur")
    Satellite sisters, de Maurice G. Dantec (Ring)
    Les Pendus de Tire-Bœuf, de Pascal Daval (Galipote)
    Boum Julie, d'Alain Declercq (Janninck)
    La Persévérance du jardinier, de Marie-Hélène Ferrari (Clémentine, "Soleil noir")
    La Clique dorée, d'Émile Gaboriau (Pascal Galodé)
    Filiation mortelle, de Cyriac Guillard (Noir'éditions)
    Mauvais sang, de Manfred Kastrop (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Dans le jardin de la bête, d'Erik Larson (Le Cherche midi, "Thriller")
    Dominance, de Will Lavender (Michel Lafon)
    le Cri de l'ange, de C. E. Lawrence (Pôle noir)
    Sous la manche, de Gilles Pétel (Stock, "Bleue")
    Les Nénuphars empoisonnés, de Jean-Louis Poirey (Citron bleu, "Série noire")
    Ne jamais dire jamais, de Sara Shepard (Fleuve noir, "Territoires")
    Dernière nuit à Montréal, d'Emily St. John Mandel (Rivages, "Thriller")
    Les Poissons aux longues jambes, de Depal Stermans (L'Harmattan, "Lettres du Pacifique")
    Les Anneaux de la honte, de François Thomazeau (Archipel, "Cœur noir")
    La Dernière confession, de Charles Todd (City, "Thriller")
    Génération maudite, d'Anton Tramp (Édilivre, "Coup de cœur")

    Poche :
    La Fille du Hahn Hoa, de Thomas Bronnec (Rivages, "Noir")
    Lauragais morgue plaine, de Jean-Marie Calvet (Les Presses littéraires, "Crimes & Châtiments")
    Moody Blues, d'Yves Carchon (Les Presses littéraires, "Crimes & Châtiments")
    Associés contre le crime... d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    La Maison biscornue, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Passager pour Francfort, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Témoin muet, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    L'Enquête, de Philippe Claudel (LGF)
    La Guérisseuse, de Géraldine Jaujou (J'ai lu, "Policier")
    Rendez-vous dans le 18e, de Jake Lamar (Rivages, "Noir")
    Les Corps déchiquetés, de Hervé Le Corre (Rivages, "Noir")
    Green War, de Jean-Marc Ligny (Lokomodo, "Zones d'ombre")
    En mémoire de la forêt, de Charles T. Powers (Pocket, "Best")
    L'Égorgerie de la Rance, d'Éric Rondel (Astoure, "Breizh noir")
    Caresser les chiens morts, de Jan Thirion (Lokomodo, "Zones d'ombre")
    Mortelle Jamaïque, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS")
    La Maison du loch, de Patricia Wentworth (10-18, "Grands détectives")
    Liens : Les Cœurs déchiquetés |Dernière nuit à Montréal |Les Anneaux de la honte |Green War |Témoin muet |Ceux qui règnent dans l'ombre |Caresser les chiens morts |Stéphane Bourgoin |Nicolas Bouchard |Agatha Christie |Maurice G. Dantec |Émile Gaboriau |Manfred Kastrop |Jake Lamar |Erik Larson |Hervé Le Corre |Emily St. John Mandel |Jan Thirion |Jean-Marc Ligny

  • 01/08 Bibliothèque: 10 coups de cœur de Paris bibliothèque
  • 20/06 Édition: L'Archipel lance "Cœur noir"
  • 27/09 Édition: L'Écailler fait peau neuve
  • 04/04 Bibliothèque: Dernières miettes noires en Pays d'Aix
  • 17/03 Librairie: Lectures noires à Marseille (13)
  • 17/12 Radio: Et deux épisodes de plus, deux... (Ondes noires, de la Noir'rôde)
  • 09/11 Édition: Dix ans après... L'Écailler
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page