k-libre - auteur - Edward Dmytryk

Sarah Lund fixa l'instantané granuleux qui perdait ses couleurs avec l'âge. Trois visages, deux morts, le troisième enfermé dans sa propre culpabilité inavouée.
David Hewson - The Killing
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 20 septembre

Contenu

Edward Dmytryk

MAJ dimanche 26 mai 2013
© D. R.

Biographie Edward Dmytryk


Naissance à Grand Forks le 04 septembre 1908.
Mort à Encino le 01 juillet 1999.
D'origine ukrainienne, Edward Dmytryk nait en Colombie britannique au Canada, avant de suivre sa famille à San Francisco où sa mère meurt, et son père se remarie.
En 1923, il est embauché comme coursier pour la Paramount. Il devient par la suite chef monteur, puis réalise son premier long métrage en 1935 avec The Hawk. Il obtient en 1939 la nationalité américaine. Plus connu pour ses films noirs, qu'il tourne pour la RKO, comme Adieu, ma belle (1944) où Dick Powell incarne Philip Marlowe, le détective de Raymond Chandler, ou Feux croisés (1947) avec les "Trois" Robert de l'époque - Young, Mitchum & Ryan -, Edward Dmytryk signe en 1943 avec Les Enfants de Hitler, un film réquisitoire contre le fascisme.
Sympathisant de la gauche politique américaine, il adhère au parti communiste américain entre 1944 et 1945. Avec Dalton Trumbo, il sera l'un des deux réalisateurs à faire partie des "Dix d'Hollywood", jugés à partir d'avril 1948 en raison de l'influence du communisme au sein de l'industrie du cinéma. Edward Dmytryk est condamné à six mois de prison et cinq cents dollars d'amende. La chasse aux sorcière n'en est pas encore à son apogée, mais Edward Dmytryk se rétracte, comparait de nouveau devant la Commission sur les activités antiaméricaines le 25 avril 1951, et donne vingt-six noms de personnalités adhérant au parti ou à l’idéologie communiste afin de pouvoir continuer à tourner.
Son contrat avec la RKO est rompu depuis 1947, mais il peut enfin réaliser un nouveau film en 1952 qui, ironie de l'histoire, s'intitule Mutinerie à bord, un film au relent nationaliste historique en plein blocus pendant la guerre d'indépendance américaine. Mais ses dénonciations, à l'instar de celles d'Elia Kazan, ont provoqué un véritable tollé dans le monde du cinéma, d'autant que certains des "Dix" on retrouvé du travail avec l'aide de personnalités du cinéma qui les emploient mais taisent leurs noms. Son œuvre déjà tourmentée ne l'en est que plus.
Edward Dmytryk cherche à se racheter de ses erreurs en tournant en 1954 un western antiraciste, La Lance brisée. En 1959, il réalise son plus beau succès d'après-guerre avec L'Homme aux colts d'or, qui met aux prises Henry Fonda et Anthony Quinn.
Il réalise entre 1935 et 1979 près de soixante films - dont une intéressante et surprenante adaptation de Barbe Bleue en 1972 dans un château que n'aurait pas renié Sade.
À la fin de sa vie, il enseigne à l'Université du Texas à Austin et à l'Université de Californie du Sud. Il s'éteint à l'âge de quatre-vingt-dix ans.


Bibliographie*

Réalisateur :

Actualité

  • 07/04 Cinéma: Polars et plaisirs du cinéma - acte II
  • 31/07 Cinéma: Film noir, Gene Wider & Jerry Lewis
  • 25/06 Cinéma: Vincente Minelli & Film noir
  • 27/11 Cinéma: Robert Ryan à L'Action Christine
  • 10/10 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes - Acte III
    Avec une programmation toujours chamboulée par le Festival Signes de nuit, l'Action Christine* poursuit pour la troisième semaine l'exploration des mêmes thématiques. Polar et égéries hollywoodiennes. Les deux ne proposent que cinq films (le week end dans son ensemble est dédié à Signes de nuit), mais quels films ! Plus proches de la série B, ceux consacrés au polar sont pour la plupart inconnus du grand public, et méritent tous d'être non pas revus mais vus. Et pourtant, les réalisateurs peuvent s'appeler Nicholas Ray, Edward Dmytryk ou John Huston... Une petite faiblesse pour ce Guerre au crime, véritable film hard boiled avec Humphrey Bogart dans un de ses rôles de prédilection. Sinon, parmi les films présentant de grands rôles féminins, figure ce Miss Manton est folle, de Leigh Jason, une comédie de la RKO avec Barbara Stanwyck et Henry Fonda, tout juste rééditée par les éditions Montparnasse, où les morts pleuvent comme vache qui pissent, où un journaliste est amoureux d'une riche désœuvrée mauvaisement présente en un lieu à un moment. Distrayant et bientôt chroniqué sur k-libre...

    Festival 1 : le polar
    "Par les sorties récentes des "5 pépites de la Série B", de Mark Dixon détective et du Mystérieux Docteur Korvo, vous avez pu constater que le POLAR couvre un vaste domaine. Des histoires d'hommes ou de femmes conduits à s'engager dans une voie criminelle, par un mauvais choix d'existence, par un contexte social dur ou injuste ou par faiblesse psychologique, les sujets ne manquent pas pour réaliser des œuvres passionnantes qui nous fascinent par la violence exposée, mais aussi par la vision sans concession qu'elles offrent de la société. Car la plupart des réalisateurs ne font pas de leurs personnages des héros positifs, montrant plutôt des individus inadaptés, souvent médiocres, tentant de survivre dans un monde sans pitié, et parfois de vrais déments, brutes sadiques ou psychopathes charmeurs et machiavéliques. Voici un programme qui en fait la démonstration."

    Mercredi 10 octobre :
    Secret de femme (A Woman's Secret), de Nicholas Ray (14 heures & 16 heures).
    Jeudi 11 octobre :
    Feux croisés (Crossfire), de Edward Dmytryk (14 heures & 16 heures).
    Vendredi 12 octobre :
    Griffes jaunes (Across the Pacific), de John Huston (14 heures & 16 heures).
    Lundi 15 octobre :
    Guerre au crime (Bullets or Ballots), de William Keighley (14 heures & 16 heures).
    Mardi 16 octobre :
    Mission périlleuse (Dangerous Mission), de Louis King (14 heures & 16 heures).

    Festival 2 : les grands rôles féminins du cinéma hollywoodien
    Du 26 septembre au 9 octobre, l'Action Christine vous propose de voir ou revoir une sélection de films qui mettent en lumière les grandes actrices du cinéma hollywoodien dans des rôles mythiques : Marilyn Monroe, Anne Bancroft, Gene Tierney, Barbara Stanwyck, Jennifer Jones, Bette Davis, Esther Williams...

    Mercredi 10 octobre :
    La Fille de la Ve avenue (Fifth Avenue Girl), de Gregory LaCava (14 heures & 16 heures).
    Jeudi 11 octobre :
    Pension d'artiste (Stage Door), de Gregory LaCava (14 heures & 16 heures).
    Vendredi 12 octobre :
    La Malle de Singapour (China Seas), de Tay Garnett (14 heures & 16 heures).
    Lundi 15 octobre :
    The Strawberry Blonde (The Strawberry Blonde), de Raoul Walsh (14 heures & 16 heures).
    Mardi 16 octobre :
    Miss Manton est folle (Mad Miss Manton), de Leigh Jason (14 heures & 16 heures).

    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél; : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : Nicholas Ray |Raoul Walsh

  • 03/10 Cinéma: Que fait la police ? au Forum des images
  • 25/09 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page