k-libre - auteur - Samuel Fuller

Si jamais tu t'approches de ma femme, tu es un homme mort. Si jamais tu répètes une seule fois ce que tu viens de dire, je te descends. Si tu oses recommencer en prison, on te retrouvera pendu dans ta cellule.
James Thompson - La Nuit glaciale du Kaamos
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 21 septembre

Contenu

Samuel Fuller

MAJ samedi 10 décembre 2011
© D. R.

Biographie Samuel Fuller


Naissance à Worcester le 12 août 1912.
Mort à Hollywood le 30 octobre 1997.
Samuel Fuller a très vite voulu être journaliste. Dès l'âge de treize ans, il se partage entre le lycée et le journal. Il est Paperboy, l'enfant qui récupère les articles des journalistes avant de partir en courant les remettre à la salle de composition. Il arpente plus Park Row, le grand quartier journalistique, que la cour de l'école. Il s'occupe très tôt d'une rubrique avant de se consacrer journaliste criminel, suivant les pas de son mentor Gene Fowler. Journaliste étonnant, il commence à écrire des scénarios principalement en tant que nègre. Il brasse énormément d'argent, mais Pearl Harbour arrive, et Samuel Fuller s'engage dans l'infanterie. Il fera partie de la Big Red One, cette première division qui sera de tous les fronts. Il débarque en Afrique du Nord puis en Sicile. Arrive le Jour J. Ce sera Omaha Beach, puis la percée en France jusqu'en Allemagne où il découvre l'horreur des charniers de Falkenau. Le retour à la vie civile ne se fait pas sans heurts. Quelques scénarios, puis c'est l'heure de la réalisation. Ses films ne seront pas nombreux que son talent l'y aurait autorisé, mais quand on s'appelle Samuel Fuller on est intraitable, entier ou carré, ses projets eux sont beaucoup plus nombreux. Il prend les thèmes qui ont hanté sa vie : le journalisme, la réalité de la guerre, y ajoute ses pérégrinations au Japon et en Amérique du Sud. Après un premier mariage dispendieux dans lequel il ne se reconnait pas, il est "victime" d'un coup de foudre, se retrouve père sur le tard. C'est l'heure aussi où il fuit Hollywood et s'installe en France, un pays qui a toujours admiré ses films. C'est d'ailleurs là, qu'il subit une attaque cérébrale qui l'amoindrit. Il s'éteint pu d'années après. Toute sa vie, il aura eu un cigare au coin de la bouche.


Bibliographie*

Autobiographe :

Romancier :

Réalisateur :

Actualité

  • 10/12 Librairie: Jean Narboni signe Samuel Fuller à L'Acacia (75)
  • 29/04 Cinéma: Michael Henry Wilson et William A. Wellman
  • 07/04 Cinéma: Polars et plaisirs du cinéma - acte II
  • 01/04 Cinéma: Polars en 35 mm
  • 26/08 Cinéma: Festival polar action-cristolien - acte II
  • 25/06 Cinéma: Vincente Minelli & Film noir
  • 30/01 Cinéma: Fuller, Aldrich, Siegel & Peckinpah : de la violence à la passion
  • 26/12 Cinéma: Loretta Young et Natalie Wood
    L'Action Christine* en cette période de fêtes continue ses projections du film d'Elia Kazan La Fièvre dans le sang avec Natalie Wood et Warren Betty. Certes, il ne s'agit pas d'un film noir encore moins d'un western, mais l'action se déroule dans une Amérique en crise. Il y est question de prohibition, de magouilles, d'humeur sociale, et puis bon sang il y a ces deux acteurs. Le second film mis à l'honneur, L'Amour en première page, de Tay Garnett avec Tyrone Power et Loretta Young, l'est encore moins malgrè lui aussi quelques arrêts sociaux - l'amour entre deux personnes aux origines diamétralement opposées -, mais par un réalisateur qui en a commis des films d'aventure, de série B. et des films noirs. Et puis c'est les fêtes, et puis Loretta Young ! Si l'on rajoute du premier film Natalie Wood, il y a là de l'égérie propice à passer de bien belles fêtes...

    Exclusivité 1 : L'Amour en première pages, de Tay Garnett
    "Tay Garnett réalise L'Amour en première page entre deux films d'aventure, Professionnal Soldier et Le Dernier négrier (pour lequel il réemploie Jane Darwell et George Sanders dans des seconds rôles). Le film s'inscrit dans une double tradition générique du cinéma américain : celle de la Screwball comedy d'abord, dont le film reprend le schéma narratif canonique (celui d'une chicane continuelle entre un homme et une femme issus de milieux sociaux différents, mais qui finiront par se marier) et les caractéristiques formels (rythme soutenu, dialogues percutants, gags proches du slapstick) et celle du film sur le journalisme, qui a souvent servi aux cinéastes pour interroger ou célébrer les valeurs de la démocratie américaine (Citizen Kane d'Orson Welles, L'Homme de la rue de Frank Capra, Violences à Park Row de Samuel Fuller, Les Hommes du président de Alan J. Pakula...). Comme Lewis Milestone avec The Front Page (1931) ou Frank Capra avec New York-Miami (1934) avant lui, Tay Garnett réunit avec brio ces deux traditions dans le même film. Alors au début de sa carrière (il a obtenu son premier rôle majeur l'année d'avant dans Le Pacte), Tyrone Power, qui vient de tourner L'Incendie de Chicago, s'impose alors comme un acteur de premier plan. Don Ameche, qui a également tourné dans L'Incendie de Chicago, se trouve lui aussi aux débuts d'une brillante et longue carrière (il tourne jusqu'à sa mort en 1993). Loretta Young, au contraire de son partenaire, a commencé à jouer dès l'âge de trois ans. Si bien qu'avant L'Amour en première page, elle est déjà apparue dans plus de cinquante films. Sa relation avec Clark Gable, alors marié, sur le tournage de L'Appel de la forêt de William Wellman en 1935 avait fait les choux gras de la presse à scandale à l'époque. On peut penser que, pour cette raison, le sujet de L'Amour en première page devait lui tenir à cœur."

    Mercredi 26 décembre :
    L'Amour en première page (Love is News), de Tay Garnett (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 h 10 & 21 h 40).
    Jeudi 27 décembre :
    L'Amour en première page (Love is News), de Tay Garnett (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 h 10 & 21 h 40).
    Vendredi 28 décembre :
    L'Amour en première page (Love is News), de Tay Garnett (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 h 10 & 21 h 40).
    Samedi 29 décembre :
    L'Amour en première page (Love is News), de Tay Garnett (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 h 10 & 21 h 40).
    Dimanche 30 décembre :
    L'Amour en première page (Love is News), de Tay Garnett (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 h 10 & 21 h 40).
    Lundi 31 décembre :
    L'Amour en première page (Love is News), de Tay Garnett (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 h 10 & 21 h 40).
    Mardi 1er janvier :
    L'Amour en première page (Love is News), de Tay Garnett (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 h 10 & 21 h 40).


    Exclusivité 2 : La Fièvre dans le sang, d'Elia Kazan
    "La Fièvre dans le sang, d'Elia Kazan, avec Natalie Wood et Warren Beatty.
    'Si le mot flamboyant avait été inventé pour un film, ç'aurait été pour celui-ci, le chef-d'œuvre de son auteur. La voie ouverte par Le Fleuve sauvage y est sublimée. Cette histoire déchirante, avec Natalie Wood et, surtout, Warren Beatty, dont c'était le premier rôle, est la synthèse de tout le cinéma de Kazan. L'arrière-plan social (la réalité économique d'après le krach) n'entrave jamais le parcours des personnages, suivis avec tendresse et sympathie. Le travail sur la couleur épouse littéralement les états d'âme des héros. On reconnaît, dans le déséquilibre de Wood et les attitudes de jeune mâle de Warren Beatty, l'écho des liens entre Vivien Leigh et Marlon Brandon dans Un tramway nommé Désir, mais ils sont ici vidés de toute théâtralité, de tout excès, de tout schématisme. Rarement les ravages du puritanisme ne furent aussi superbement décrits.' (Hubert Prolongeau)"

    Mercredi 26 décembre :
    La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass), d'Elia Kazan (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Jeudi 27 décembre :
    La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass), d'Elia Kazan (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Vendredi 28 décembre :
    La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass), d'Elia Kazan (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Samedi 29 décembre :
    La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass), d'Elia Kazan (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Dimanche 30 décembre :
    La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass), d'Elia Kazan (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Lundi 31 décembre :
    La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass), d'Elia Kazan (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Mardi 1er janvier :
    La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass), d'Elia Kazan (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).

    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél; : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : Orson Welles |William A. Wellman

  • 27/11 Cinéma: Robert Ryan à L'Action Christine
  • 16/10 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes - Acte IV
  • 25/09 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes
  • 24/07 Cinéma: Film noir et Raoul Walsh à l'Action Christine - semaine II
  • 03/04 Cinéma: Burt Lancaster et les Bad Guys
  • 19/03 Cinéma: Les mauvais garçons
  • 13/03 Cinéma: L'Action Christine plonge dans Le Port de la drogue
  • 25/10 Cinéma: L'Action Christine et ses Violences à Park Row
  • 25/07 Cinéma: Thématique polar à L'Action Christine (Paris)
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page