k-libre - auteur - Alexandre Dumas

La mort, c'est mon affaire. Alors à partir de maintenant, ce cadavre, personne n'y touche, sauf moi. On va dire qu'il m'appartient.
Franck Thilliez - Vertige
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 04 mars

Contenu

Alexandre Dumas

MAJ jeudi 26 mars 2009

Biographie Alexandre Dumas


Naissance à Villers-Cotterêts le 24 juillet 1802.
Mort à Paris le 05 décembre 1870.
Fils d'un général républicain et petit-fils d'une esclave noire. Enfance pauvre, très forte ambition. En 1823, il tente sa chance à Paris. Découvre Shakespeare. Ecrit des drames romantiques. Fait la connaissance de Victor Hugo, sous la protection duquel il entre en carrière. Triomphe au théâtre avec Henri III et sa Cour (1829), Antony (1831), Kean (1836). Voyage ensuite beaucoup. Journaliste, il s'enthousiasme pour la Révolution de 1830 qui ouvre la voie à la monarchie bourgeoise. Visite la Corse du Nord en 1835. Délaisse alors le théâtre, se met au récit que les journaux publient en feuilleton. Rédige, c'ets la mode, des Impressions de voyage (1840) qui connaissent un vrai succès. Puis c'ets enfin la publication en 1844 des Trois Mousquetaires, prélude aux oeuvres majeures. Gros succès. Il devient le maître incontesté du roman historique et du récit d'aventures. Richissime, il fait construire un théâtre, inauguré le 20 février 1847 par une adaptation de La Reine Margot. En 1848, la chute de la monarchie lui permet d'affirmer opportunément ses idées républicaines. Mais ça tangue un peu du côté des rentrées. Menant grand train de vie, il est déclaré en faillite et doit vendre son château. Après le coup d'état de décembre 1851 (Louis-napoléon Bonaparte), il s'exile en Belgique, où il rédige ses Mémoires. Rentre à Paris en 1853, pour s'en aller aussitôt en Italie, participer ( la révolution italienne. Y dirige des fouilles (à Naples). Retour en France quatre ans plus tard. Fonde des journaux, monte des pièces, écrit des romans. Grosse activité éditoriale, facilitée par le salariat de "nègres". Donne en plus de tout cela des conférences très rémunératrices, ce qui ne l'empêche pas de mourir finalement ruiné, en 1870. Ses cendres seront transférées au Panthéon.


Bibliographie*

Romancier :

Scénario inspiré de son œuvre :

Actualité

  • 16/10 Édition: Parutions de la semaine - 16 octobre
  • 02/05 Auteur: Résurrection lupinienne pour Adrien Goetz
  • 27/03 Édition: Parutions de la semaine - 27 mars
  • 23/07 Festival: Influences françaises à la PulpFest 2012
  • 12/05 Radio: Bandits, bandits... et autres romans
    La mise en ligne de l'épisode 13 de la saison 11 des Ondes Noires (autrement écrit, celui du 4 mai 2011) nous donne l'occasion de reparler de "l'émission polar la plus rock de la bande FM" qui, pour n'avoir plus été mentionnée ici depuis quelque temps n'en a pas moins continué de rouler ses noirs tumultes entre les oreilles de ses fidèle auditeurs. Fort heureusement, les différents épisodes d'une saison sont réunis à la file sur la même page web, aussi sera-t-il facile aux internautes de combler les silences de k-libre et d'écouter à leur guise toutes les émissions diffusées - et téléchargeables.
    Dans leur treizième épisode donc - dédié à François Chassagnite, trompettiste de jazz récemment disparu - Jacques et Corinne, infatigables Noir'rôdeurs, nous offrent un numéro "tout chroniques" avec, pour pauses musicales, "Météores" de Giovanni Ceccarelli et "The Whale Has Swallow Me" de Hugh Laurie.
    Quelques mots sur l'émission
    Les deux livres mis à l'honneur dans la première partie de l'émission ont en commun d'avoir pour personnage principal un bandit. Et ces deux livres sont, chacun à sa façon, des "outsiders". Le premier parce qu'il ramène sous les feux de l'actualité un texte écrit en 1837. C'est rien moins que le premier roman d'un certain... Alexandre Dumas, publié d'abord en feuilleton et qui était demeuré inédit sous sa forme romanesque depuis une centaine d'années. C'est à l'éditeur La Fosse aux ours que l'on doit cette judicieuse exhumation - un travail éditorial salué par Jacques qui, au passage, conseille de lire la préface... comme une postface car son auteur y dévoile la totalité de l'intrigue. Mais comme elle contient par ailleurs de précieuses informations il serait dommage de l'ignorer.
    Le second ouvrage, pour lequel Corinne a craqué - L'Homme à la carabine de Patrick Pécherot - est atypique par sa forme. S'il est bien question de la vie d'un brigand anarchiste du début du XXe siècle il serait, nous dit Corinne, injuste de désigner ce livre comme une biographie. C'est véritablement un roman, avec tout ce que cela suppose de savoir-faire narratif et de savoir-écrire. D'ailleurs, précise-t-elle encore, le livre est publié dans la collection "Blanche" gallimardienne, et non dans la "Série noire".
    La seconde partie de l'émission offre un petit florilège de trois romans, des coups de c&oelih;ur sans thème semble-t-il. Le troisième volet des enquêtes de Walt Longmire (le héros créé par le romancier américain Craig Johnson), L'Indien blanc en français, a été perçu par Corinne comme "une belle déclaration d'amour au genre humain". Pour incliner au noir elle doit aimer rire car elle s'est beaucoup amusée du dernier polar de Nadine Monfils, Les Vacances d'un serial killer, et donne furieusement envie de s'amuser à son tour de l'odyssée des Destrooper, que Corinne rebaptise "les Dupont-Lajoie belges". Jacques quant à lui attire l'attention sur un roman signé Ace Atkins, Le Jardin du Diable en français, qui a la particularité de mêler très habilement fiction et réalité dans une intrigue où l'accusé est le comédien Fatty Arbuckle, et l'enquêteur... un Dashiell Hammett qui n'est pas encore romancier.

    Liste des livres chroniqués
    - Patrick Bruno d'Alexandre Dumas (La Fosse aux ours)
    - L'Homme à la carabine de Patrick Pécherot (Gallimard)
    - L'Indien blanc de Craig Johnson (traduit par Sophie Aslanidès - Gallmeister)
    - Le Jardin du diable, d'Ace Atkins (traduit par Christophe Mercier - Le Masque)
    - Les Vacances d'un serial killer de Nadine Monfils (Belfond)
    Liens : L'Homme à la carabine |Les Vacances d'un serial killer |L'Indien blanc |Le Jardin du diable |Craig Johnson |Nadine Monfils |Patrick Pécherot |Ace Atkins |La Noir'Rôde

  • 18/06 Revue: Parution du Rocambole n° 47
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page