Dépêche | Une rentrée «affairée» aux Belles Lettres

Les histoires proverbiales en Union soviétique sur les tortures endurées par d'héroïques pionniers n'avaient guère touché Xénia, qui n'avait jamais trouvé excitante l'image de jeunes filles du Komsomol avec le calice des seins empli de leur propre sang.
Sergey Kuznetsov - La Peau du papillon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 04 octobre

Contenu

édition

MAJ mardi 04 octobre

Une rentrée «affairée» aux Belles Lettres
08/09/2022

Une rentrée «affairée» aux Belles Lettres
Cette semaine, avant que nos nouveautés ne viennent rejoindre les tables des libraires, nous vous proposons une immersion au cœur d'affaires judiciaires retentissantes. Un prélude idéal à la parution très prochaine du Journal (1912-1939) du célèbre avocat Maurice Garçon..

Ainsi commence la toute dernière infolettre des Belles Lettres, maison fameuse qui, depuis 1919, travaille à rendre accessible un fabuleux patrimoine de textes anciens. Cette "parution très prochaine" fait suite à celle, en 2015, du premier volume du Journal du même Maurice Garçon, couvrant les années 1939-1945. Né en 1889 et mort en 1967, il est considéré comme l'un des plus grands avocats du XXe siècle. Il fut aussi un grand écrivain qui se rêva d'abord poète, et fut élu à l'Académie française en 1946. Il eut à plusieurs reprises l'occasion de lier sa profession d'avocat à sa passion pour la littérature en défendant des gens de lettres, dont Jean Genet et Jean-Jacques Pauvert.
Passé ce très bref rappel biographique, voyons maintenant les quelques autres publications antérieures que l'éditeur rappelle au souvenir des lecteurs et qui forment avec ce troisième tome du Journal, une sorte de constellation thématique.
Tout d'abord Maurice Garçon. Les procès historiques (avril 2019) signé par Gilles Antonowicz, lui-même avocat honoraire et historien, qui a sélectionné quatre dossiers – L'Affaire Grynszpan (1938) ; les piqueuses d'Orsay (1942) ; l'exécution du docteur Guérin (1943) ; René Hardy (1947 et 1950) – parmi les dix-sept mille cinq cents plaidés par le célèbre avocat entre 1911, année de son entrée au barreau de Paris, et 1967, tous conservés au fonds Maurice-Garçon des Archives nationales.
Puis La Fabrique des innocents. L'affaire Mis & Thiennot, histoire d'une manipulation médiatique cosigné par Gilles Antonowicz et Isabelle Marin (mars 2022).
Enfin, quatre ouvrages pour voyager loin dans le passé puis revenir à nos jours : L'Affaire Verrès, de Cicéron (mars 2015, traduit par Germaine Roussel) - Le Dossier de l'affaire des Templiers (primo-publié en 1923, réédité en 2012 ; texte établi et traduit par Georges Lizerand) - Histoire de l'Affaire Dreyfus de 1894 à nos jours, imposant volume de 1504 pages signé Philippe Oriol (novembre 2014) - L'Affaire du sang contaminé (1983-2003) de Sophie Chauveau (mai 2011).

Autant de livres montrant que la Justice de tout temps s'est montrée fort méandreuse...



Par Isabelle Roche

Pied de page