k-libre - en marge - L'Échappée sauvage

Un ensemble à ne laisser nul passer inaperçu : Paulo moins que quiconque, dont la tronche canaille trahissait, sous l'effet de certains états d'âmes, le petit chromosome rabouin, récolté par une grand-mères gaillarde au hasard de galipettes furtives dans les fossés des fortifs.
Albert Simonin - Le Hotu : chronique de la vie d'un demi-sel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 08 décembre

Contenu

DVD - Thriller

L'Échappée sauvage

Road Movie - Vengeance - Cavale MAJ mercredi 15 septembre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Public averti

Prix: 29,9 €

Jack Starrett
Run, Angel, run! - 1969
Paris : Crocofilms/Zylo, septembre 2015
19 x 14 cm

Bandits de la route

Les Devils Advocates sont de retour (on considère qu'on est en France, où ce film, également titré La Cavale infernale, est arrivé après Les Machines du diable contrairement à la sortie américaine) et ils ne sont pas contents. Figurez-vous que l'un d'eux a vendu son témoignage à un journal pour dix mille dollars et qu'il s'est fait la malle, une fois sa photo à la Une dudit canard. Ses anciens potes ont décidé de lui faire payer cher ce qu'ils considèrent comme une trahison. Mais le gonze n'est pas facile à dénicher, normal, il s'est fait attraper pour excès de vitesse et croupit à l'ombre. Cependant, quand sa copine vient le chercher, les méchants motards retrouvent rapidement sa trace. Course poursuite spectaculaire, fuite et nouveau répit pour ce couple fragile qui va trouver refuge dans la cambrousse où Angel décroche un boulot de garçon de ferme. Mais le danger rôde toujours et les bandits de la route aiment jeter leur dévolu sur les femmes innocentes... Cette Échappée sauvage mérite le détour pour son histoire simple, sa construction nerveuse, son montage, son interprétation (on retrouve William Smith des Machines du diable dans le rôle-titre et on découvre Valerie Starrett, femme du réalisateur, pour son unique rôle au cinéma). Jack Starrett utilise largement le split screen, qui replace bien le film dans son époque. Le film n'a pas à rougir de la comparaison avec certaines œuvres de Samuel Fuller ou Sam Peckinpah (Les Chiens de paille est sorti un an plus tôt). On est dans le dur, genre rape and revenge, vous voyez ?, et c'est très bien foutu pour une petite production indépendante qu'il faut absolument redécouvrir. S'il fallait un chiffre pour donner une idée de la réussite de ce film, on dirait qu'il a couté quatre-vingt-seize mille dollars et qu'il en a rapporté treize millions !

L'Échappée sauvage (95 min.) : Réalisé par Jack Starrett. Avec : William Smith, Valerie Starrett, Dan Kemp, Gene Shane...
Bonus. Trailer et L'Échappée sauvage par Alexandre Jousse (15 min.).
Coffret Mad Bikers comprenant Les Machines du diable & L'Échappée sauvage.

Citation

Quand Angel fait quelque chose, il met le paquet.

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur mercredi 15 septembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page