k-libre - en marge - Les Pirates du métro

Entouré par le mal, éduqué par le mal, nourri par la main du diable ; tout le tracé de sa vie se résumait au fait qu'il n'avait jamais rien connu d'autre que la violence, le sang, la solitude et la vengeance...
Fabio M. Mitchelli - La Verticale du mal : le dernier festin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 07 décembre

Contenu

DVD - Thriller

Les Pirates du métro

Gang - Urbain - Prise d'otage MAJ mardi 05 avril 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 24,9 €

Joseph Sargent
The Taking of Pelham One Two Three - 1974
Saint-Sébastien-de-Morsent : Rimini, avril 2022
19 x 14 cm

Sauver le monde souterrain

Walter Matthau a déjà sauvé le monde d'un conflit nucléaire dans Point Limite (1964), de Sydney Lumet, alors ce n'est pas une prise d'otages dans le métro new-yorkais qui va lui faire peur. Le lieutenant Zachary Garber ne va donc pas se départir, tout au long du film de Joseph Sargent (Mac Arthur, Les Dents de la mer IV), d'un certain flegme même quand il tombe la veste, remonte les manches de sa chemise et dénoue sa cravate pour jouer les négociateurs. Les preneurs d'otages sont au nombre de quatre, et sont affublés d'une moustache, d'un pardessus, d'un chapeau et d'un nom de couleur (messieurs Brown, Grey, Green & Blue, pour garantir un certain anonymat). L'un d'entre eux est un ancien conducteur de rame qui est enrhumé et éternue beaucoup. Un autre est un psychopathe qui rêve de faire un carton. Mais sous le commandement du Colonel, ils ont pris possession de la rame Pelham 1, 2, 3 et demandent une rançon d'un million de dollars avant 15 h 13 faute de quoi ils tueront un otage toutes les minutes. Le lieutenant Garber va donc entretenir le lien téléphonique tout en se démenant pour convaincre le Maire de la ville de débloquer la somme qui doit être remise en petites coupures. Il va faire équipe avec les forces de police municipales, tenter de déjouer les impondérables tout en se mettant dans la tête du Colonel pour avoir un temps d'avance sur lui. Surtout, il va devoir faire face à un métro qui sillonne les galeries souterraines sans conducteur après la remise de la rançon. Quant à l'enquête de terrain, elle va enfin pouvoir commencer. Même s'il a dirigé Gregory Peck, Claudia Cardinale et James Coburn, Joseph Sargent a fait l'essentiel de sa carrière pour le petit écran. Ici, il s'en sort honorablement avec ce film d'action très marqué années 1970 qui hésite par moment avec la comédie (l'imbroglio avec les Japonais, le maire de New York grippé dans son lit, l'accident de la voiture de police). Walter Matthau, un an après sa prestation géniale dans Tuez Charley Varrick !, de Don Siegel, fait très bien le boulot. Sans fioriture, avec juste son jeu d'acteur sobre et efficace, et le dernier plan qui s'attarde sur son visage vaut le détour.

Les Pirates du métro (1974) réalisé par Joseph Sargent sur un scénario de Peter Stone & John Godey d'après le roman éponyme de ce dernier. Avec : Walter Matthau, Robert Shaw, Martin Balsam, Hector Elizondo, Earl Hindman...
Bonus : New York 1974 par Jean-Baptiste Thoret, réalisateur et historien du cinéma (43'), New York et le cinéma des années 1970 par Jean-Baptiste Thoret (20'), Les Pirates du Métro par Franck Brissard, rédacteur en chef du site Homepopcorn.fr (29')

Citation

Comment diriger un réseau ferroviaire sans jurer ?

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 05 avril 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page