k-libre - en marge - BAC Nord

Je viens d'acheter un exemplaire de mon livre, mon premier livre. Un livre absolument abject. Un livre qui me donne l'irrépressible envie de me vider l'estomac à même la moquette élimée. Et que je n'ai pas écrit.
Frédéric Mars - Le Manuel du serial killer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 09 décembre

Contenu

DVD - Policier

BAC Nord

MAJ mardi 03 mai 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 19,9 €

Cédric Jimenez
Boulogne-Billancourt : StudioCanal, décembre 2021
19 x 14 cm

Marseille, Face Nord

Au début des années 2010, Greg, Antoine et Yass sont membres de la BAC Nord, chargée d'intervenir dans les quartiers nord de Marseille, des cités abandonnées aux trafiquants où ils ont pourtant ordre de ne pas rentrer, pour ne pas faire de vagues. Jusqu'au jour où une vidéo sur YouTube change la donne et leur impose d'y monter une opération. Mais pour avoir les informations nécessaires, ils vont devoir franchir la ligne, et passer du statut de héros à celui de flics pourris, poursuivis par leur propre hiérarchie. Ils seront les sacrifiés de la BAC Nord, otages d'une mission irréalisable.

Inspiré d'un réel scandale policier, qui vit dix-huit policiers marseillais de la BAC poursuivis pour trafic de drogue et racket (qui s'est au final révélé un colossal coup d'épée dans l'eau), le quatrième long-métrage de Cédric Jimenez a, dès sa projection à Cannes en 2021, soulevé une polémique qu'il ne méritait pas. Accusé de dresser un portrait trop noir des quartiers nord de Marseille, livrés à des bandes organisées, où l'État ne mettrait plus les pieds, il a même été projeté, sans l'aval de son réalisateur, par un syndicat de police d'extrême droite, comme témoignage de la déliquescence de l'état de droit. La fumée retombée, que nous raconte vraiment BAC Nord, et comment ? À travers le parcours de trois collègues - aux personnalités très typées : le leader fort en gueule et solitaire, le tombeur cheval fou un peu voyou, et le jeune père de famille inquiet, désespérés par leur impuissance face à la criminalité -, il dresse effectivement le portrait peu reluisant d'une police qui, faute de moyens humains et financiers, a préféré délaisser les zones les plus dangereuses pour une politique du chiffre, soutenue par les ministres successifs depuis trente ans, qui veut que tout délit se vaut et qu'un revendeur de cinq paquets de cigarettes de contrebande ou un dealer régnant sur un quartier sont équivalents en terme de résultats, ce qui pousse les équipes à faire des "coups" pour engranger le maximum de "crânes" et justifier leurs financements. Une politique à courte vue qui n'est ici que brièvement évoquée tandis que les trois collègues, soumis à des injonctions contradictoires, devront enfreindre la loi pour pouvoir la faire respecter, une ambiguïté que leur hiérarchie ne leur pardonnera pas. Si ce qu'il révèle ne pourra choquer que ceux qui choisiront de l'être (car après tout, le film ne montre rien qui n'ait déjà été décrit depuis des années dans, entre autres, L.627 de Bertrand Tavernier ou Gomorra de Matteo Garrone), BAC Nord pâtit peut-être de son approche "américanisante" du polar, qui alterne scènes chocs (poursuite, descente musclée, menace des armes) à des moments plus intimes et quotidiens du trio, un manque de nuances qui l'inscrit dans un registre trop connu et en atténue la portée. En choisissant le destin de ces trois hommes, plutôt qu'une vue transversale, Cédric Jimenez en fait un film de mecs, une camaraderie inébranlable jusque dans sa résolution face à tous les obstacles que la justice, la police elle-même, et les trafiquants placent sur leur chemin. Efficace, rythmé, BAC Nord remplit son contrat, même s'il ne parvient pas tout à fait à être le déclencheur d'une prise de conscience qu'il aurait pu devenir.

BAC Nord (104 min.) : réalisé par Cédric Jimenez sur un scénario de Cédric Jimenez & Audrey Diwan. Avec : Gilles Lellouche, Karim Leklou, François Civil, Adèle Exarchopoulos, Kenza Fortas...

Citation

On sert plus à rien. Les habitants des quartiers, ils n'ont même plus l'espoir qu'on vienne les aider, c'est fini.

Rédacteur: Jean-François Micard mardi 03 mai 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page