Conte d'exploitation

Trois femmes vivaient dans un village. La troisième était la plus douée, la deuxième était la plus rusée, la première était la plus déterminée. À votre avis, laquelle parvint à s'échapper ?
Michel Bussi - Nymphéas noirs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 28 octobre

Contenu

Roman - Policier

Conte d'exploitation

Politique - Assassinat MAJ mercredi 23 mars 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Dominique Sigaud
Arles : Actes Sud, février 2011
214 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7427-9512-3
Coll. "Actes Noirs"

Actualités

  • 27/06 Prix littéraire: Sélection 2011 du GPLP
    Les neuf membres* du jury du Grand Prix de la Littérature Policière viennent de délimiter la sélection 2011. Avec Alexandra Schwartzbrod, précédente lauréate française pour Adieu Jérusalem, comme chef d'orchestre ils ont ainsi choisi :

    Romans français :
    - La Rigole du diable, de Sylvie Granotier (Albin Michel, "Spécial suspense")
    - Le Jeu du pendu, d'Aline Kiner (Liana Levi, "Policier")
    - Trois jours à tuer, de Louis Lahner (Au diable vauvert)
    - Les Visages écrasés, de Marin Ledun (Le Seuil, "Romans noirs")
    - Alex, de Pierre Lemaître (Albin Michel, "Thriller")
    - L'Enfant aux cailloux, de Sophie Loubière (Fleuve noir, "Thriller")
    - Les Harmoniques, de Marcus Malte (Gallimard, "Série noire")
    - L'Honorable société, de Dominique Manotti & D.O.A. (Gallimard, "Série noire")
    - Les Yeux des morts, d'Elsa Marpeau (Gallimard, "Série noire")
    - Conte d'exploitation, de Dominique Sigaud-Rouff (Actes sud, "Actes noirs")
    - Le Mur, le Kabyle et le Marin, d'Antonin Varenne (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes")

    Romans étrangers :
    - Le Signal, de Ron Carlson (Gallmeister)
    - Il ne faut pas mourir deux fois, de Francisco Gonzales Ledesma (L'Atalante, "Insomniaques et ferroviaires")
    - Cold in Hand, de John Harvey (Rivages, "Thriller")
    - Redemption Factory, de Sam Millar (Fayard, "Noir")
    - Le Léopard, de Jo Nesbø (Gallimard, "Série noire")
    - Brasiers, de Derek Nikitas (Télémaque, "Entailles")
    - Tijuana Straits, de Kem Nunn (Sonatine)
    - Le Poète de Gaza, de Yishai Sarid (Actes sud, "Actes noirs")
    - Les Leçons du mal, de Thomas H. Cook (Le Seuil, "Policiers")
    - Avant d'aller dormir, de J. S. Watson (Sonatine)
    - Savages, de Don Winslow (Le Masque, "Grands formats")

    La délibération se fera le mercredi 21 septembre. À noter que la rédaction de k-libre a lu la grande majorité des livres sélectionnés, et peut ainsi vous affirmer que les choix du Grand Prix de la Littérature Policière sont de bonne facture. L'on constate un équilibre intéressant entre roman policier, noir et thriller sûrement dû aux goûts différents et assumés des membres du jury.

    * Le jury 2011 est constitué de Dominique Choquet, Christine Ferniot, Pierre Lebedel, Alexandra Schwartzbrod, Philip Le Roy, Gérard Meudal, Georges Riében, Jean-Jacques Schléret & Alain Régnault.
    Liens : Le Jeu du pendu |Les Visages écrasés |Alex |L'Enfant aux cailloux |Les Harmoniques |Les Yeux des morts |Le Mur, le Kabyle et le Marin |Le Signal |Il ne faut pas mourir deux fois |Cold in Hand |Le Léopard |Tijuana Straits |Le Poète de Gaza |Savages |Adieu Jérusalem |Alexandra Schwartzbrod |Philip Le Roy |Sylvie Granotier |Aline Kiner |Marin Ledun |Pierre Lemaitre |Sophie Loubière |Marcus Malte |Dominique Manotti | D.O.A. |Elsa Marpeau |Antonin Varenne |Ron Carlson |Michael Harvey |Jo Nesbø |Kem Nunn |Thomas H. Cook |Don Winslow

Un boulot comme les autres

Conte d'exploitation est un roman Canada Dry. Ça ressemble à du roman écrit par un flic, ça sent bon le roman écrit par un flic... mais ce n'est pas écrit par un flic. Dominique Sigaud serait-elle un caméléon, capable de se fondre dans la peau de quelqu'un qu'elle n'est pas ? La question peut se poser tant le personnage de Régine Partouche, commissaire qui redoute l'approche de la cinquantaine, est criant de vérité.
Le lundi matin pour un flic, c'est comme le lundi matin de n'importe qui. Il faut se lever, sortir du lit et reprendre le rythme alors qu'on aimerait rester sous la couette. Le boulot de flic, c'est comme le boulot de tout le monde. Il faut faire avec le nouveau boss qui a décidé de tailler dans les effectifs en demandant à ceux qui restent d'être plus productifs et en séparant les équipes en place pour en reformer d'autres afin de mettre en pratique le vieil adage "diviser pour mieux régner". C'est dans ce contexte que Régine Partouche se retrouve impliquée malgré elle dans une affaire de meurtre. Un transsexuel brésilien est découvert, une couille dans la bouche, dans une poubelle devant la librairie de son mari. Celui-ci était impliqué quelques années plus tôt dans une affaire que la commissaire avait traitée. Hasard ou coïncidence ? Dans le doute, sa hiérarchie confie le dossier à une autre équipe et lui attribue à la place une enquête sur la mort d'une peintre. Entre questionnements existentiels sur l'arrivée de ses cinquante ans et la découverte des excès de la classe dirigeante, Régine Partouche, alors qu'elle pèse le pour et le contre d'un avenir dans la police, se lance dans la résolution des deux enquêtes, une officieuse et une officielle.
Dominique Sigaud, avec Conte d'exploitation, nous relate le quotidien d'un flic qui n'est pas si éloigné du nôtre. Entre séances de psy, doutes sur ses capacités de séduction et désillusions d'un boulot qui se plie aux nouvelles règles de management, son héroïne, adepte des préceptes de Sun Tzu, est confrontée aux mêmes turpitudes que le péquin de base. Elle éveille chez le lecteur un fort sentiment d'empathie pour cette femme, qui mène une guerre sur plusieurs fronts, tant personnels que professionnels. Voici un roman noir, ponctué de pointes d'humour qui aborde des sujets tels que la surexploitation du monde du travail ou les abus des hommes de pouvoir, sans jamais exagérer le trait, qui parlera à chacun d'entre nous.


On en parle : Alibi n°2

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman français 2011

Citation

L'habitude et ma lâcheté avaient fait le reste, glisser chaque matin mes deux pieds dans les mêmes sabots, éviter d'avoir à me demander pourquoi et comment.

Rédacteur: Fabien Hérisson mercredi 24 novembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page