220 volts

Vous avez discuté avec Rémi, parlé de votre histoire commune, du passé. C'est bien ça ? Je me demande seulement si, quand vous évoquez ensemble le passé, vous parvenez à éviter le sujet de vos familles et des rivalités qui existent entre elles depuis si longtemps.
Antonin Varenne - Battues
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 20 septembre

Contenu

Roman - Noir

220 volts

Assassinat MAJ jeudi 07 avril 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Joseph Incardona
Paris : Fayard, mars 2011
196 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-213-65601-4
Coll. "Noir"

Actualités

  • 27/01 Édition: Parutions de la semaine - 27 janvier
    Parutions en petit nombre au sein desquelles se démarquent Organes vitaux, d'Elsebeth Egolm et Faux-semblants de Kjell Ola Dahl. Les Nordiques continuent d'avoir le vent en poupe. Mais pas que ! En effet, Romain Slocombe nous offre le troisième volet de "L'Océan de la stérilité" avec un Shangaï connexion dont nous n'allons vraiment pas tarder à vous parler. Les sorties poche sont monopolisées (phagocytées ?) par Babel noir et Folio policier. Ceux qui n'ont pas lu Les Survivantes, de la romancière Lalie Walker, pourront donc se rabattre sur un achat plus économique. Enfin, soulignons le choix plutôt classe de Feryane. L'un des éditeurs les plus en vue de romans en gros caractères propose Le Jeu du pendu, d'Aline Kiner et 220 volts, de Joseph Incardona. Deux petits romans très précieux, que l'on a bien aimés.
    Comme d'habitude, faites votre choix !

    Grand format :
    La Malédiction de la Galigaï, de Jean d'Aillon (Flammarion)
    Le Livre de Johannes, de Jorgen Brekke (Balland)
    Le Bal des cagoles, de Philippe Carrese (L'Écailler)
    Froid d'enfer, de Richard Castle (City, "Thriller")
    Le Féminin du temps, de Daniel Cordonnier (Favre)
    Faux-semblants, de Kjell Ola Dahl (Gallimard, "Série noire")
    Le Retour du lion, de Nelson Demille (Michel Lafon, "Thriller")
    Organes vitaux, de Elsebeth Egholm (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Bayard et le crime d'Amboise, d'Éric Fouassier (Pascal Galodé)
    La Mise à mort du matador, de Bernard Hautecloque (Max Milo)
    Un escalier de sable, de Benjamin Legrand (Le Seuil)
    Une passion dévorante, de Jean-François Pré (Pascal Galodé)
    Shangai connexion, de Romain Slocombe (Fayard, "Noir")
    La Prophétie d'Ararat, de Sévag Torossian (Papier libre)
    L'Inscription de la terreur, de Sang Yi (Les Petits matins, "Les Grands soirs")
    De chacun selon sa haine, de Maurice Zytnicki (Loubatières)

    Poche :
    Le Secret de l'enclos du Temple, de Jean d'Aillon (J'ai lu, "Roman historique")
    L'Homme dans la vitrine, de Kjell Ola Dahl (Folio, "Policier")
    Un Russe candide, de Leif Davidsen (Babel, "Noir")
    Un scandale en Bohème suivi de Silver Blaze, d'Arthur Conan Doyle (Folio, "2 €")
    Cœur perdu en Normandie, de Joseph Fromage (L'àpart)
    Une fenêtre à Copacabana, de Luiz Alfredo Garcia-Roza (Babel, "Noir")
    Les Barricades mystérieuses, de Sébastien Lapaque (Babel, "Noir")
    Rupture, de Simon Lelic (Folio, "Policier")
    Eaux troubles en Morbihan, de Guillaume Moingeon (L'àpart)
    Meurtres à Versailles, d'Anne-Laure Morata (Le Masque, "Labyrinthe")
    Lumen, de Ben Pastor (Babel, "Noir")
    De la terre à la lune en déambulateur, de Serge Scotto (Baleine, "Noire")
    Flashback, de Jenny Siler (Folio, "Policier")
    Les Larmes des innocentes, de Joachim Sebastiano Valdez (Folio, "Policier")
    Parce que le sang n'oublie pas, de Pascal Vatinel (Babel, "Noir")
    Code 1879, de Dan Waddell (Babel, "Noir")
    Les Survivantes, de Lalie Walker (Babel, "Noir")

    Grands caractères :
    La Piste de sable, d'Andrea Camilleri (Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    L'Îli de tous les dangers, de Natasha Cooper (Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    220 volts, de Joseph Incardona (Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    Le Jeu du pendu, d'Aline Kiner ((Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    Liens : Le Secret de l'enclos du Temple |La Piste de sable |Le Jeu du pendu |Rupture |Les Larmes des Innocentes |Bayard et le crime d'Amboise |Faux semblants |Eaux troubles en Morbihan |Les Barricades mystérieuses |Jean d'Aillon |Philippe Carrese |Leif Davidsen |Arthur Conan Doyle |Éric Fouassier |Joseph Fromage |Luiz Alfredo Garcia-Roza |Joseph Incardona |Aline Kiner |Benjamin Legrand |Simon Lelic |Ben Pastor |Jean-François Pré |Serge Scotto |Romain Slocombe |Joachim Sebastiano Valdez |Lalie Walker |Kjell Ola Dahl |Guillaume Moingeon

Auteur sous tension

Ramon Hill, auteur de trois romans et personnage central de 220 volts, peine sur l'écriture de son quatrième opus. Constatant ce passage à vide, sa femme prend les choses en mains et décide de l'accompagner dans le chalet familial pour qu'il puisse s'isoler et retrouver l'inspiration pour écrire, mais pas seulement : leur vie de couple, elle aussi, manque de jus et stagne dans une tiédeur insatisfaisante. En écriture, comme en amour, le courant ne passe plus pour Ramon Hill. Mais à la suite d'un accident domestique - Ramon Hill s'électrocute en bidouillant une prise –, l'ambiance va rapidement devenir électrique.
Comme il le fait souvent dans ses romans et nouvelles, Joseph Incardona glisse un hommage à ceux qui l'ont inspiré et nourri dans son travail d'auteur. Dans 220 volts, lorsque Ramon Hill cherche à dissimuler l'arme qu'il promène toujours avec lui, il le fait dans "trois livres creux [qu'il avait] fait fabriquer par un artisan, reliés en cuir et rangés sur les étagères de [sa] bibliothèque : Au dessous du Volcan (contenant le pistolet), Moby Dick (le chargeur), Tandis que j'agonise (les balles)." Faut-il y voir un signe que Ramon Hill pourrait être le double fictif de Joseph Incardona ? La double origine du nom pourrait le laisser penser aussi. 220 volts prend alors une autre couleur que le noir et apparaît comme un questionnement sur la place de l'écriture dans la vie de l'auteur. Qu'est-il prêt à sacrifier pour parvenir à servir sa discipline ? Mais celle-ci est-elle la seule motivation de son comportement ? 220 volts nous fait suivre la descente aux Enfers de Ramon Hill dans lesquels, pense-t-on, il finira par brûler. Mais rompant avec une tradition morale du noir, Joseph Incardona ménage une porte de sortie à son personnage. Qui pourra dire après cela que le crime ne paie pas ?

Nominations :
Calibre 47 2012

Citation

Il est toujours envisageable d'élargir le champ des possibles, de s'enfoncer davantage dans l'incommensurable noirceur.

Rédacteur: Jean-Claude Lalumière jeudi 11 juin 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page