Un traître à notre goût

Je demande de l'argent à un sans-abri. Il me donne 50 cents. Deux pièces de 25 cents. Je les dépense dans un peep-show.
Larry Fondation - Criminels ordinaires
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 17 septembre

Contenu

Livre sonore - Policier

Un traître à notre goût

Mafia - Corruption - Finance MAJ mardi 24 janvier 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

John Le Carré
Our Kind of Traitor - 2010
Didier Weill (lecteur)
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Isabelle Perrin
Paris : Audiolib, septembre 2011
12 p. ;
ISBN 9782356414052

Actualités

  • 20/04 Édition: Parutions de la semaine - 20 avril
  • 17/02 Édition: Parutions de la semaine - 17 février
    John Le Carré, incontournable ces derniers temps, est cette semaine accessible aux mal-voyants. En sera-t-il de même dans les semaines à venir pour Dashiell Hammett ? Les parutions de la semaine sont en effet phagocytées (sic transit gloria bla bla) par les nouvelles traductions du Faucon maltais et de L'Introuvable, parues l'année dernière en un seul volume dans la collection "Quarto" de Gallimard. Les voici donc chez "Folio policier". Et le moins que l'on puisse dire est que ces deux petits romans-bijoux éclipsent totalement le reste.
    N'hésitez cependant pas à farfouiller dans cette liste :

    Grand formats :
    Négropolis, de Alain Agat (La Manufacture de livres)
    La Voisine, de Jenn Ashworth (Presses de la Cité, "Suspense psychologique")
    Ci-gît mon frère, de G. M. Bon (La Manufacture de livres)
    Blue Jay War, de Fabrice Colin (Sonatine)
    Du rififi chez les les fils de la veuve, de Raphaël Confiant (Caraïbéditions, "Polar")
    La Cabane des pendus, de Gordon Ferris (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Le Profil de l'assassin, de Christian Jacq (J)
    Retour à la case départ, de Vladimir Kozlov (Moisson rouge)
    La Femme au masque de chair, de Donna Leon (Calmann-Lévy)
    Tue ton patron. 3, Putain d'usine, de Jean-Pierre Levaray (Fetjaine)
    À la folie, de Pascal Marmet (France-Empire)
    Le Dernier contrat, de Olivier Maulin (La Branche, "Vendredi 13")
    La Petite fêlée aux allumettes, de Nadine Monfils (Belfond, "Littérature française")
    La Conjuration des masques, de Jean-Marie Palach (Pavillon noir)
    Le Parc humain, de Christopher Petit (Fayard, "Noir")
    Vengeance sans visage, de Fabrice Pichon (Citron bleu, "Série noire en Franche-Comté")
    Moskova, d'Anne Secret (Atelier in 8, "Polaroïd")
    Level 26. 3, Dark revelations, de Anthony E. Zuicker (Michel Lafon)

    Poche :
    Quai des enfers, d'Ingrid Astier (Folio, "Policier")
    Un grand maître dunkerquois, de Jean-Pierre Bocquet (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Footing natal, de Martine Festas (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    La Maison en pain d'épices, de Carin Gerhardsen (10-18, "Domaine policier")
    Le Faucon maltais, de Dashiell Hammett (Folio, "Policier")
    L'Introuvable, de Dashiell Hammett (Folio, "Policier")
    Jungle rouge, de Kent Harrington (Folio, "Policier")
    Le Second fils, de Jonathan Rabb (10-18, "Grands détectives")
    Portobello, de Ruth Rendell (LGF, "Policier")
    Meurtre dans un jardin indien, de Vikas Swarup (10-18, "Domaine étranger")
    Cache-cache avec le diable, de Patricia Wentworth (10-18, "Grands détectives")

    Grands caractères :br> Tous complices, de Nicci French (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    L'Enfant allemand, de Camilla Läckberg (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Un traître à notre goût, de John Le Carré (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    L'Île des chasseurs d'oiseaux, de Peter May (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Liens : Quai des enfers |L'Introuvable |L'Enfant allemand |L'Île des chasseurs d'oiseaux |Meurtre dans un jardin indien |Ingrid Astier |Nicci French |Dashiell Hammett |Kent Harrington |Camilla Läckberg |John Le Carré |Donna Leon |Peter May |Nadine Monfils |Jonathan Rabb |Ruth Rendell |Anne Secret |Vikas Swarup

  • 08/04 Édition: Parutions de la semaine - 8 avril
Extrait audio :


Un écrivain au Carré

Antigua, aux Caraïbes. Perry, trente ans, professeur de littérature à Oxford, est un athlète accompli mais tiraillé par des doutes, sincères ou non, quant à son avenir : il songe ainsi à renoncer à Oxford, dont il vient de refuser un poste permanent. Gail, sa petite amie, espère bien qu'il n'en fera rien. Pour l'heure, ils jouent un double sur le central huppé de l'île. Qu'ils gagnent. Grâce à Perry surtout. Un quinquagénaire russe, Dima, qui vient de le voir jouer, exprime le désir autoritaire de lui disputer un match. Perry accepte. L'homme fascine, de vulgarité. Bling-bling jusqu'au bout des ongles, exhibant une quincaillerie du plus extraordinaire mauvais goût. Un être brutal en outre, tout le contraire de Perry en somme, sorti tout droit de la Russie post-soviétique gangrenée par cette mafia singulière des "Vory", anciens détenus de la Kolyma qui ont conservé de leurs années de bagne la hargne de vivre contre le reste du monde, à commencer par leurs compagnons de détention.

On le voit : c'est notre histoire, veule, avilie, que John Le Carré s'apprête à nous conter, celle de Présidents grossiers élus pour servir des classes fortunées qui leur font boire la coupe de leur indécence jusqu'à la lie. Un monde sorti des clameurs du mur de Berlin abattu dans une nuit de liesse, aussitôt prostituées à la domination d'un capitalisme financier livré sans vergogne à lui-même pour nager dans les eaux troubles de la corruption des banques et du blanchiment de l'argent des sales guerres menées depuis au nom d'une prétendue défense de la démocratie.

Piégés, Perry et Gail. Piégés par ce maffieux rustre et brutal. C'est du moins ce que l'on peut croire à la fin du premier chapitre, que le suivant vient battre en brèche, semant le doute à propos de ce jeune couple trop bien élevé pour jouer les naïfs. On avance du coup à reculons, se confondant, lecteur, d'avoir peut-être été le jouet d'un art consommé de l'intrigue qui nous a fait prendre pour argent comptant l'étonnement de Perry dans le premier chapitre. Restitué habilement comme le point de vue de l'auteur quand il n'était que celui du personnage adroitement masqué pour nous entraîner d'emblée sur de fausses pistes.

Une manipulation en somme, dans un récit ne cessant de confondre la plume de l'auteur sous les points de vue des personnages, épousant les sales besognes des techniques d'interrogatoire des services secrets pour mieux se jouer de nous, lecteurs. Une écriture matoise, pour exhiber la pourriture des réseaux d'espionnage, la pourriture des milieux de la finance, la pourriture des milieux politiques, des médias, des intellectuels, de tout ce monde des élites, Perry en tête, universitaire de gauche si peu à gauche, interrogés sans fard dans les sous-sols d'une maison douteuse, à Londres, par des agents levant sous nos yeux effarés une trop bonne conscience pour être honnêtes à leur tour, jusqu'à ce que le piège se referme sur nous, toujours, nous seuls, lecteurs naïfs pas assez roués au demi-mot, dans ce roman construit selon une structure d'une intelligence folle, collant littéralement à son objet, l'espionnage, qui est le monde du mot soustrait, du récit estropié, des bribes dévoilant, toujours un temps trop tard, les mensonges du récit auquel on vient de souscrire et la duplicité non seulement de tous les personnages mais de l'auteur lui-même, qui ne cesse d'abuser de sa position pour nous tromper.

Quel écrivain que ce Le Carré ! Quel bouquin que ce roman, opus de toutes les trahisons ! Lu qui plus est par Didier Weill avec un rien de ce pincé british qui incline à quelque méchant rire. Cynique, sourdement. Une lecture sacrifiant au vulgaire des voix, comme ce mauvais accent russe adopté pour mieux nous fourvoyer à donner pareillement corps à la tromperie. Une lecture d'entourloupe, qui vous balade d'une inquiétude l'autre, pour vous faire le spectateur d'un monde indéchiffrable, littéralement !

NdR -2CD MP3 - 511 Mo + 545 Mo, 12 h 50 d'écoute.

Citation

La seule chose qui pourrait encore me retenir dans ce pays, c'est une putain de révolution...

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 03 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page