Intrusion

Il se précipita vers le détective mais sut qu'il était trop tard quand il vit la fleur rouge qui s'épanouissait sur sa poitrine, à l'emplacement du cœur, et s'écoulait sur le tapis. Il lui prit le pouls mais ne sentit rien. Holmes ne respirait plus.
Gaël Bordet - L'Affaire Sherlock H.
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 février

Contenu

Roman - Noir

Intrusion

Enquête littéraire MAJ mardi 22 novembre 2011

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Natsuo Kirino
In - 2009
Traduit du japonais par Claude Martin
Paris : Le Seuil, septembre 2011
276 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-02-103470-7
Coll. "Policiers"

Actualités

  • 14/09 Édition: Parutions de la semaine - 14 septembre
    Les éditions du Seuil font paraitre le nouveau roman de Brigitte Aubert, La Ville des serpents d'eau, et l'on se dit qu'il s'en trouvera bien un à la rédaction pour plonger dans cette sombre histoire qui se base sur le honteux et dramatique secret des habitants de Ennatown. Pourquoi met-on ce roman en avant ? C'est parce que dans une semaine très chargée, il faut rendre à Brigitte Aubert ce qui est à Brigitte Aubert. Ses parutions se font rares, mais elles conservent ce style ferme qui est le sien.
    Les éditions Gallimard annoncent leur rentrée littéraire avec deux romans de la "Série noire" : I cursini, d'Alix Deniger, dont l'action se déroule au milieu des autonomistes corses (tiens, tiens, étonnant, non ?), et Les Anges noirs, une enquête sur fond informatique de l'Islandais Ævar Orn Josepsson. Deux romans totalement opposés par la géographie et les thèmes abordés.
    La rédaction, qui a quand même un peu lu, a trouvé fort appréciable Blood Hollow, un western, évidemment car c'est à la mode, crépusculaire de William Kent Krueger (Le Cherche midi), Pike, de Benjamin Whitmer (qui rappellera par certains aspects le personnage de Parker de l'ami Richard Stark), chez Gallmeister, et Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc chez Métailié - nous avons également interviewé l'auteur ; le roman fera d'ailleurs l'objet du prochain concours en nos pages...
    Mais comme il en reste à lire, en voici une petite sélection : Madame Courage, de Serge Quadruppani et Plaintes, de Ian Rankin. Les deux romans sont publiés au Masque en grands formats. Manège, de Rodrigo Rey-Rosa, un auteur guatémaltèque qui est édité chez Gallimard dans la très classe collection "Du monde entier". Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa). Et Louise Penny qui revient chez Actes sud avec un Mois plus cruel.
    Bien entendu, vous êtes libre d'aller voir du côté des poches qui offrent cette semaine leur lot de petites perles rééditées de Thomas H. Cook (deux fois) à Manuel Vàsquez Montalbàn en passant par Mons Kallentoft, Natsuo Kirino, Marco Malvadi et Håkan Nesser...

    Grand format :
    La Bête : polar solidaire, de Ada Nisen (Mon village, "Roman")
    Le Retour de Robespierre, de Christian Angles (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    La Ville des serpents d'eau, de Brigitte Aubert (Le Seuil, "Policiers")
    Ceux qui restent, de Jane Casey (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    404 not found, de Hervé Decca (Actes sud, "Actes noirs")
    Les Marches du temps, de Jean-Luc Demelier (Annaeditions)
    I cursini, d'Alix Deninger (Gallimard, "Série noire")
    Thalamus, de Stéphane Gérard (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Les Marins des hautes-terres, de Raymond Jardin (Parole, "La&mnbsp;Mescla")
    Les Anges noirs, de Ævar Orn Josepsson (Gallimard, "Série noire")
    Blood Hollow, de William Kent Krueger (Le Cherche midi, "Thriller")
    L'Or du Ville de Grasse, de Dany Loridon & Gérard Loridon (Presses de la Cité)
    Tais-toi et meurs, d'Alain Mabanckou (La Branche, "Vendredi 13")
    Le Poulet veille au grain, de Jean-Jacques Michelet (L'Harmattan)
    Edward Hopper, rhapsodie en bleu, de Jean-Pierre Naugrette (Nouvelles éditions Scala, "Ateliers imaginaires")
    Le Mois le plus cruel, de Louise Penny (Actes sud, "Actes noirs")
    Madame Courage, de Serge Quadruppani (Le Masque, "Grands formats")
    Plaintes, de Ian Rankin (Le Masque, "Grands formats")
    Manège, de Rodrigo Rey-Rosa (Gallimard, "Du monde entier")
    La Civilisation des abysses, de James Rollins (Fleuve noir, "Thriller")
    Ces dames du palais Rizzi, de San-Antonio (Fleuve noir, "San-Antonio, grands formats")
    Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa)
    Sur les ossements des morts, d'Olga Tokarczuk (Noir sur blanc)
    Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir")
    Pike, de Benjamin Whitmer (Gallmeister, "Noire")

    Poche :
    Du sang sur l'autel, de Thomas H. Cook (Points, "Policiers")
    La Preuve de sang, de Thomas H. Cook (Folio, "Policier")
    Les Six naïades, de laurent Corre (Le Caïman, "Polars")
    En compagnie du diable, de Tess Gerritsen (Pocket, "Thriller")
    Sombre célébration, de Charlaine Harris (J'ai lu, "Darklight")
    Une petite villesans histoire, de Greg Iles (Points, "Thriller")
    Automne, de Mons Kallentoft (Points, "Policiers")
    Le Chœur des paumés, de Gene Kerrigan (Folio, "Policier")
    Intrusion, de Natsuo Kirino (Points, "Roman noir")
    Mélancolie, de Patrick Mosconi (Folio)
    Le vingt et unième cas, de Hakan Nesser (Points, "Policier")
    Nature morte, de Louise Penny (Babel, "Noir")
    Saturne, de Serge Quadruppani (Folio, "Policier")
    Mission Iceberg, de James Rollins (Pocket, "Thriller")
    Le Jeu de l'ombre, de Sire Cédric (Pocket, "Thriller")
    L'Écriture sur le mur, de Gunnar Staalesen (Folio, "Policier")
    Tatouage, de Manuel Vàsquez Montalbàn (Points, "Roman noir")
    La Peste noire de Bagdad, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS")
    Mozart est là ! : le secret des francs-maçons, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué)

    Grands caractères :
    Volte-face, volume 1, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Volte-face, volume 2, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Un vrai jeu d'enfant, de François-Xavier Dillard (La Loupe, "Policier")
    Le Blues du braqueur de banque, de Flemming Jensen (La Loupe, "Policier")
    Paris mutuels, de jean-Marie Laclavetine (La Loupe, "Roman")
    Le Dernier amour d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (La Loupe, "Policier")
    Le Mystère de Roccapendente, de Marco Malvadi (La Loupe, "Détective")
    Un Noël plein d'espoir, de Anne Perry (La Loupe, "Détective")

    Liens : Volte-face |Automne |Blood Hollow |Le Mystère de Roccapendente |Nature morte |Saturne |Le Jeu de l'ombre |L'Écriture sur le mur |Le Dernier Lapon |Pike |La Ville des serpents d'eau |Madame Courage |Le Chœur des paumés |Tatouage |La Preuve de sang |Les Anges noirs |Brigitte Aubert |Michael Connelly |Thomas H. Cook |Mons Kallentoft |Natsuo Kirino |Maurice Leblanc |Marco Malvaldi |Patrick Mosconi |Håkan Nesser |Louise Penny |Anne Perry |Serge Quadruppani |Ian Rankin | San-Antonio | Sire Cédric |Olivier Truc |Manuel Vásquez Montalbán |Benjamin Whitmer |Gordon Zola |Gene Kerrigan |Ævar Örn Josepsson

C'est In, c'est Out !

Littérature noire aurait mieux convenu que "policiers", macaron apposé sur la couverture en justificatif par les éditions du Seuil. D'autant que vous ne croiserez aucun mort dans cet ouvrage. Livre miroir, mise en abyme de l'auteur au travers d'un autre écrivain, personnage du roman étudiante enquêtant elle-même sur l'œuvre d'une autre. Une œuvre qu'il nous est proposé de lire en parallèle, livre dans le livre, quand la fiction inspire la réalité et réciproquement.

Roman très court, mais parfois ennuyeux. Qu'on aimait les pavés de Natsuo Kirino ! Out et Monstrueux. Intrusion est le vingt-cinquième roman de l'auteur japonaise Natsuo Kirino, alors on sent l'évolution ou du moins cette envie qu'a l'auteur de s'engager dans d'autre voies. À soixante et un ans, c'est ici d'écriture et de création dont il est question, et le concept s'avère passionnant, déroutant et inattendu. Encore plus si on ne connaît pas l'auteur. On a néanmoins envie de demander à la maison d'édition où sont passés les vingt autres romans ? On suppose (et espère) qu'ils suivront de façon irrégulière...

Oui, Natsuo Kirino a un certain talent pour décrire la psychologie de ses personnages, les placer dans des situations folles, mais au miroir hyper réaliste à faire froid dans le dos du lecteur. Cependant l'ennui n'est pas loin. À mi-chemin entre la chronique sociale du couple japonais et le fait divers, transparaît une certaine âpreté d'un Japon sur le déclin, de cellules familiales en désuétude et pertes de repère, et du questionnement de l'auteur sur le sens de tout ça et le sens qu'il y aurait à le raconter, l'écrire.
C'est là qu'aurait pu poindre un sujet des plus intéressants à raconter les travers d'une société dans un ressassement de fictions littéraires. N'en vient-on pas à se perdre dans les clichés que l'on s'est construit en tant qu'écrivain ?

La question qu'on se pose c'est en quoi In est-il une réponse à Out ? Dans Out, il se passe un foisonnement de choses, d'actions, de rebondissements, et le sang coule ! Ici, la tonalité du récit qui suit une ligne sans haut ni bas, ni flaque de sang. Surtout, on attend que Intrusion soit à la hauteur de Out.
Tamaki est une jeune romancière d'une trentaine d'années, qui a vécu une histoire d'amour intense avec Seiji, son éditeur. Leur séparation un an plus tôt a été très douloureuse, mettant en péril leurs familles respectives. Tamaki va puiser dans cette histoire, elle-même racontée dans un livre intitulé Innocent, la matière de son prochain livre, mais pour cela elle doit découvrir qui est "O", la maîtresse du grand écrivain Mikio Midorikawa. Mais qui est "O" si ce n'est l'œuvre de la romancière elle-même ? Nous partons donc à la fois à la rencontre des personnages du roman et de ceux qui ont existé, accompagnant l'auteur Natsuo Kirino, elle-même dans cette quête.
Il faut être patient jusqu'à la fin, parce que c'est là que se jouera la teneur de ce psychodrame en forme de Matriochka.

Intrusion est pourvu de thématiques sur le fil du rasoir comme on les aimait chez Kirino, d'un concept qui aurait pu aller bien au-delà. La gorge est asséchée et la faim tiraille à l'achèvement de ce court roman dans lequel on aurait pu décerner une inspiration puisée chez Edogawa Rampo, mais c'est du Natsuo Kirino, parfois Insipide, parfois brillant, c'est vrai, mais souvent à l'ennui... imperturbable. Natsuo Kirino à reçu dix prix littéraires japonais, on espère en voir la couleur au plus vite.

Citation

Maintenant, elle était angoissée à l'idée de se retrouver seule, abandonnée dans le monde des mots.

Rédacteur: Kristophe Noël jeudi 06 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page