Le Chien des Baskerville

Le corps, comme arme de guerre, puise sa puissance dans sa capacité à passer d'un réseau social à l'autre et à articuler espace, pouvoir, action.
Riva Kastoryano - Que faire des corps des djihadistes ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Cemetary Road
Bienville est une ville du Mississippi en perte de vitesse qui croit qu'elle va réussir à rester dyna...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 juin

Contenu

Roman - Policier

Le Chien des Baskerville

Enquête littéraire - Assassinat MAJ mardi 29 novembre 2011

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 3,45 €

Arthur Conan Doyle
The Hound of the Baskervilles - 1901
Dominique Trouvé (présentation, notes, questions et après-texte)
Paris : Larousse, août 2011
304 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-03-585087-4
Coll. "Petits classiques"

Actualités

  • 18/01 Édition: Parutions de la semaine - 18 janvier
  • 08/08 Édition: Un journal inédit de Conan Doyle publié outre-Manche
    Sir Arthur Conan Doyle espéra un jour s'affranchir de son détective Sherlock Holmes en le précipitant dans les chutes du Reichenbach. Il faut savoir que l'auteur écossais adorait écrire des ouvrages historiques d'aventure, et qu'il se sentait à l'étroit dans la peau de l'écrivain - certes à succès - d'enquêtes holmésiennes flamboyantes. Ses lecteurs ne l'entendirent pas ainsi, et il dû reprendre la plume et la page des aventures de Holmes là où il l'avait laissée : dans les remous d'une chute. C'est ainsi que le détective fit son retour dans Le Chien des Baskerville, roman qui il y a quelques années suscita L'Affaire du chien des Baskerville, une controverse littéraire de Pierre Bayard, pour qui Conan Doyle fait tout pour que son détective se trompe.

    Récemment, les éditions Baker Street ont publié deux ouvrages qui relatent ou s'appuient sur Holmes et le docteur Bell (celui-là même qui inspira à l'écrivain son personnage), à savoir ceux d'Ely M. Liebow, L'Homme qui était Sherlock Holmes et 7 femmes contre Édimbourg.

    Mais il faut savoir que Conan Doyle lui-même fût médecin. Et qu'il eût la chance, alors étudiant en médecine de vingt ans, de se retrouver à bord du Hope, un baleinier en partance pour l'Arctique. Fidèle à une tradition séculaire, Conan Doyle tenait un journal de bord.

    C'est ce journal qui est aujourd'hui publié par la British Library en facsimilé (car il y a évidemment son écriture mais aussi des dessins). Le journal sera publié intégralement avec transcription. Y seront insérées des photos de l'expédition.

    C'est aussi peut-être pour le rendre moins indigeste qu'il sera accompagné de quatre nouvelles. Une d'entre elles d'ailleurs, mettra en scène Sherlock Holmes ("The Adventure of Black Peter"), les trois autres auront trait à l'Arctique et à l'expédition : "The Captain of the Pole-Star", "The Glamour of the Arctic" et "Life on a Greenland Whaler". Enfin, le tout sera bien encadré puisque, introduit par les biographes Jon Lellenberg et Daniel Starshower, le volume comprendra aussi un essai qui expliquera comment cette expérience de Conan Doyle influença son écriture.

    L'ouvrage, Dangerous Work: Diary of an Arctic Adventure sera disponible à partir du 26 septembre en Angleterre. Nous ne savons pas quelle maison d'édition le publiera en France.

    Plus de détails sur Bestofscherlock.
    Liens : L'Homme qui était Sherlock Holmes : une biographie du Dr Joe Bell |7 femmes contre Édimbourg |L'Affaire du chien des Baskerville |Arthur Conan Doyle |Pierre Bayard

Le chien aboie, la caravane pédagogique passe

Présentation soignée pour cette édition scolaire du Chien des Baskerville, autant visuellement qu'intellectuellement, avec un appareil critique signé Dominique Trouvé tout à fait pertinent et où rien ne manque, de la biographie de l'auteur comme de la réception de son œuvre, voire de ses rapports avec ses lecteurs, si intransigeants qu'il dut se résigner à ressusciter son détective. Ce travail, bien évidemment, répond non pas à l'attente de son public scolaire, mais à celle des fonctionnaires et autres inspecteurs de l'Éducation Nationale, qui conditionnent naturellement la lecture de l'œuvre à sa structure technique : procédés du roman policier, systèmes d'énonciations, etc. Reste quelques ombres quant au présupposé de l'ensemble, quand mission est donnée à l'auteur de l'appareil critique d'évaluer l'œuvre à l'aulne d'un "message" possible, identifiable en classe, sur le monde tel qu'il va et les leçons que l'on doit en tirer. La morale de l'œuvre en quelque sorte, cet incontournable des classes enfantines reconduit pour des raisons mystérieuses jusque dans les classes de collège les plus tardives. Le schème déployé ici, avouons-le sans circonlocutions, est des plus troubles. C'est d'affirmer que ce roman convient bien à la violence de notre époque, et derrière lui, c'est tout le genre qu'il faut interpréter dans cette direction. Or, pour notre critique, la vocation du roman policier semble être celle du dévoilement de la face cachée de l'individu, folies, passions honteuses, pour révéler l'envers du monde normal... Un vrai paradoxe, car si, comme notre critique l'affirme, la normalité du monde est cette violence, cette folie, ces passions honteuses dont l'œuvre analysée témoigne avec force, on ne voit pas comment le genre en révèlerait l'envers, à moins de s'inscrire en faux contre cette violence, dans quelque angélique attente par exemple, celle, peut-être, que décrit l'auteur de cet appareil critique, quand il évoque le triomphe nécessaire de l'ordre dans la cité, au terme du récit policier. Mais ce triomphe qualifie-t-il tout le genre ? On le voit, l'exercice est des plus aventureux, qui conduit finalement à privilégier une vision tragique du monde qui intéresserait prétendument le lecteur contemporain du genre policier... Lequel lecteur irait chercher là une sorte de catharsis, si bien que la fonction du polar en tant que genre serait de se constituer en exutoire du dérèglement humain qu'il met en scène, ce qui, pour notre critique, expliquerait son succès... Le genre serait ainsi une forme de médication, voire, affirme sans broncher Dominique Trouvé, "l'équivalent du traditionnel conte de fée", où "les sorcières et les loups dévorent les enfants"... In fine, c'est du côté de la psychanalyse qu'il faut lorgner, l'outil psychologique devient ainsi le mieux qualifié pour décrypter le genre... Enfin, une formidable incongruité surplombe l'ensemble, qui cette fois n'est pas imputable à l'auteur de l'appareil critique mais au Ministère Français de l'Instruction Publique : il n'est signalé nulle part que le roman est traduit de l'anglais... Annexé au fonds français, nos collégiens en étudient la langue (dans une traduction inavouée) pour y apprendre leur propre langue, grammaire et vocabulaire compris... Avouez qu'il y avait peut-être mieux à faire et qu'en tout état de cause, on signe-là un curieux montage pédagogique !

Citation

Le gouvernement d'Istanbul s'inquiète de la présence de Sherlock Holmes en Turquie, car il pourrait être un espion redoutable.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 09 octobre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page