L'Appel des ombres

À quoi ça vous a servi d'avoir un État fort, s'il n'est même pas capable de défendre votre bœuf bourguignon et vos andouillettes AAAAA contre les ritals ?
Serge Quadruppani - Madame Courage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 20 septembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Appel des ombres

MAJ mercredi 15 février 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Belinda Bauer
Darkside - 2011
Traduit de l'anglais par Marianne Bertrand
Paris : Fleuve noir, février 2012
409 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-265-09339-3
Coll. "Thriller"

Actualités

  • 29/03 Édition: Parutions de la semaine - 29 mars
    Beaucoup de parutions disparates mais pas inintéressantes au programme de cette semaine entre les ouvrages de Lawrence Block, François Boulay, Fabrice Colin, Thierry Crouzet, Ingrid Desjours, Sébastien Gendron et Frédéric Lenormand qui arpentent le polar du thriller effrayant au roman policier en passant par le déjanté, le minimaliste et le documenté. Une fois n'est pas coutume, les Français sont d'ailleurs en nombre. Moins de promesses en poche, pas de grosse sortie en bande dessinée, un brin de classicisme en jeunesse avec Claire Mazard et surtout Béatrice Nicodème, quelques essais sur Borges, Chraïbi et Zola, et un joli "Omnibus" sur la prison de la Bastille. Mais, comme d'habitude... Faîtes votre choix !

    Fictions adulte grand format :
    Le Fardeau des idoles, de Tchinguiz Abdoullaïev (L'Aube, "L'Aube noire")
    Frères de sang, de Nicole Amann (L'Écriteau, "Polar")
    Le 11 à 11 heures rue Droite, de Christian Berjon (Les Chantuseries)
    Des hommes de tête, de Richard Birkefeld & Göran Hachmeister (Le Masque, "Grands formats")
    Le Coup du hasard, de Lawrence Block (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Cette nuit..., de François Boulay (Télémaque, "Entailles")
    Un pays plus vaste que la terre, de Wiley Cash (Belfond, "Noir")
    Chapeau claque et fins limiers : enquêtes à la Belle Époque (Omnibus, "Omnibus")
    La Troisième porte, de Lincoln Child (Michel Lafon)
    Arnaque à Hollywood, de Carol Higgins Clark (Albin Michel)
    Ta mort sera la mienne, de Fabrice Colin (Sonatine)
    La Quatrième théorie, de Thierry Crouzet (Fayard, "Noir")
    Sa vie dans les yeux d'une poupée, d'Ingrid Desjours (Plon, "Suspense thriller")
    Effets secondaires, de Thierry Dufrenne (Ex æquo, "Rouge")
    Road tripes, de Sébastien Gendron (Albin Michel, "Romans français")
    La Nuit, de Frédéric Jaccaud (Gallimard, "Série noire")
    Un cadavre peut en cacher un autre, de Andrea H. Japp (Marabout)
    Le Projet Morgenstern, de David S. Khara (Critic, "Thriller")
    Le Diable s'habille en Voltaire, de Frédéric Lenormand (Jean-Claude Lattès, "Romans historiques")
    La Sœur de l'ombre, de Patricia J. McDonald (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Une danse de trop, de Donna Malane (Prisma, "Noir")
    Le Sang d'Odin, de Ottar Martin Nordfjörd (Prisma, "Noir")
    San-Antonio. 11, de San-Antonio (Robert Laffont, "Bouquins")

    Fictions adulte poche :
    Une cible parfaite, de Tchinguiz Abdoullaïev (L'Aube, "L'Aube noire")
    L'Appel des ombres, de Belinda Bauer (10-18, "Domaine policier")
    Noire porcelaine, de Franck Bouysse (Geste, "Le Geste noir")
    Voile rouge, de Patricia Cornwell (LGF, "Thriller")
    Mauvaise graisse, de Patrick K. Dewdney (Geste, "Le Geste noir")
    Adieu, de Jacques Expert (LGF, "Thriller")
    Sanglante vérité : au cœur des collines corréziennes, de Frank Klarczyk (Geste, "Le Geste noir")
    Lune de miel à la morgue, de Franck Linol (Geste, "Le Geste noir")
    Pliera bien qui pliera le dernier, de Margot D. Marguerite (Baleine, "Le Poulpe")
    Roulette charentaise, d'Alain Mazère (Geste, "Le Geste noir")
    Bryanston Mews, de Anne Perry (10-18, "Grands détectives")
    Blondie et la mort, de Roger Smith (LGF, "Policier")
    Concerto en lingots d'os, de Claude Vasseur (Atelier Mosésu)
    Le Sceau de l'ombre, de Marie Vindy (Nouvelles éditions Krakoen, "Les Poches Krakoen")

    Bandes dessinées :
    Les Voleurs de Carthage. 1, Le Serment du Tophet, de Appollo & Hervé Tanquerelle (Dargaud)
    L'Agence. 6, La Dynastie De Wilde, de Jean-Claude Bartoll & Frisco (Casterman, "Ligne rouge")
    Tony Corso. 6, Bollywood connection, d'Olivier Berlion (Dargaud)
    Une main en or, de Jordan Crane (L'Employé du Moi, "Vingt-quatre")
    Projets Manhattan. 1, Nouvelles expériences, de Jonathan Hickman & Nick Pitarra (Delcourt, "Contrebande")
    L'Homme truqué, de Serge Lehman & Gess (Atalante)
    Brune Platine. 1, Mon sang est plus noir que le vôtre, de Lisa Mandel & Marion Mousse (KSTR)
    Le Seigneur des couteaux : intégrale, de Fabien Rondet & Henscher (Casterman)
    Superman : anthologie (Urban comics, "DC anthologie")
    À l'ombre du convoi, de Kid Toussaint & José-Maria Beroy (Casterman)
    Catwoman. 2, La Maison de poupées, de Judd Winick & Guillem March (Urban comics, "DC renaissance")
    Le Client, de Zidrou & Man (Dargaud)

    Littérature de jeunesse (documentaire) :
    La Seconde Guerre mondiale, de Simon Adams (Gallimard jeunesse, "Les Yeux de la découverte")

    Fictions jeunesse :
    Blood song. 2, Siren song, de Cat Adams (De La Martinière jeunesse)
    Batman. 7, Robin à rude épreuve !, Detective comics (Albin Michel jeunesse, "P'tit tome")
    Superman. 7, Les Petits hommes verts, Detective comics (Albin Michel jeunesse, "P'tit tome")
    La Nuit des otages, de Guy Jimenes (Oskar, "Polar")
    L'Affaire du 15 bis, de Claire Mazard (Oskar, "Polar")
    Un rival pour Sherlock Holmes, de Béatrice Nicodème (Le Livre de poche jeunesse, "Policier")
    L'Enfant de Soweto, de Lova Pourrier (Oskar, "Histoire & société")
    Amnesia. 1, de Jennifer Rush (Albin Michel jeunesse, "Wiz")
    La Femme noire qui refusa de se soumettre : Rosa Parks, d'Éric Simard (Oskar, "Histoire & société)

    Littérature (théories & études) :
    Hommage à Driss Chraïbi, de Zohir El Mostafa (L'Harmattan, "Approches littéraires")
    Borges : l'homme derrière le miroir, de Edvard Lönnrot (Lönnrot, "Classiques")
    Comment Zola composait ses romans, d'après ses notes personelles et inédites, de Henri Massis (Slatkine)
    Sigila. 31, L'Énigme = 0 enigma (Gris-France)

    Criminologie & prisons :
    La Bastille dévoilée par ses archives : interrogatoires, rapports de police, dénonciations, témoignages..., présenté par Claude Quétel (Omnibus, "Omnibus")
    Les Cahiers de la sécurité. 22, Chiffrer la délinquanc ? (Documentation française)
    Un homme disparaît, l'affaire JPK : 15 décembre 1997, de Benoît Collombat (Scrineo : Éditions Nicolas Eybalin, "Au vif de l'histoire")

    Problèmes et services sociaux :
    Merah : ce que l'affaire ne dit pas, d'André Gallego (De l'Ixcéa)
    Liens : Le Sceau de l'ombre |La Quatrième théorie |La Nuit |Cette nuit... |Richard Birkefeld |Lawrence Block |François Boulay |Lincoln Child |Fabrice Colin |Thierry Crouzet |Ingrid Desjours |Sébastien Gendron |Andrea H. Japp |David S. Khara |Frédéric Lenormand |Patricia McDonald | San-Antonio |Belinda Bauer |Franck Bouysse |Margot D. Marguerite |Anne Perry |Marie Vindy |Claire Mazard |Béatrice Nicodème |Claude Quétel |Driss Chraïbi |Frédéric Jaccaud

Âme noire sous blanc manteau

Tout être a en lui une fêlure plus ou moins profonde, une marque qui peut encore le fragiliser arrivé à l'âge adulte. Elle peut ressortir à n'importe quel moment, et laisser apercevoir l'ampleur du traumatisme, révélant le côté sombre de certains esprits. Belinda Bauer va s'en servir pour mettre en place son implacable histoire.

L'hiver est plutôt rude à Shipcott en ce mois de janvier. Le froid mais surtout la neige semblent couper cette petite ville en l'isolant du reste de la région de l'Exmoor. Mais l'atmosphère glaciale ne va pas empêcher une série de meurtres inexplicables. La première victime est une vieille dame, une inoffensive personne âgée retrouvée morte. La seule trace de violence est son nez cassé, la cause en est la pression de l'oreiller sur son visage. Le premier policier arrivé sur les lieux est Jonas Holly. C'est un enfant du pays, il a grandi et construit sa vie à Shipcott. Il connait bien la femme étouffée étendue devant lui sur son lit. C'est un des avantages mais aussi un des inconvénients d'une petite cité. Tout le monde se connait, tout le monde fait attention à l'autre. Les mauvaises nouvelles circulent vite, la crainte s'installe rendant suspect tout inconnu. Mais pourtant même si les meurtres vont s'enchaîner, aucune piste sérieuse ne va apparaître comme si l'assassin se volatilisait après chacun de ses actes. Le choix de ses victimes est inquiétant. Il ne s'en prend exclusivement qu'à des personnes extrêmement fragilisées par la vie. Une sorte de travail de nettoyage au but indéterminé. Jonas ne va pas avoir la tâche facile, malgré l'énergie qu'il déploie l'enquête piétine. Son supérieur n'est pas d'un grand appui, il ne peut attendre de lui un quelconque soutien mais plutôt un moyen de se faire rabaisser. Le meurtrier semble lui aussi s'amuser de la situation en laissant régulièrement des mots pour Jonas montrant son incapacité à le débusquer. Il a l'impression d'être surveillé par le tueur, faisant encore monter sa nervosité d'un cran. La situation familiale de Jonas est également très compliquée. Sa femme est atteinte de la sclérose en plaques. Lucy sent petit à petit sa vie lui échapper, la rendant de plus en plus vulnérable. Jonas est obligé de faire le parallèle entre les personnes assassinées et Lucy qui, du fait de sa maladie, ferait une victime idéale, elle qui est coincée entre ses quatre murs et dont chaque nouveau mouvement est une épreuve plus dure que le précédent.

Belinda Bauer a numéroté ses chapitres sous forme de compte à rebours, montrant dès le début que le dénouement est à la fin de ce décompte de jours. C'est une sorte de contradiction au rythme du début du livre car l'action semble exagérément figée par le climat ambiant de cet hiver polaire. Tout est fait pour renforcer l'impression de lenteur de l'enquête, cet horrible piétinement qui oblige à faire du surplace quand aucun indice ne permet de progresser. Mais plus que l'enquête dans L'Appel des ombres c'est la relation entre Lucy et Jonas qui est vraiment intéressante. Elle est superbement mise en place et analysée de l'intérieur. Tout vient s'articuler autour de leur couple au sein duquel la maladie est apparue comme une invitée supplémentaire non désirée. Belinda Bauer dépeint parfaitement leur intimité chamboulée, leurs sentiments complexes, leurs doutes existentiels légitimes face à la dure réalité d'une issue fatale prochaine. Belinda Bauer, subtilement, nous balade malgré les meurtres durant la plus grande partie du livre et termine dans une sorte d'accélération pour aboutir à un dénouement insoupçonnable. Elle fait brusquement monter la tension en donnant l'impression que les rôles sont peut-être en train de s'inverser dans cette course à l'assassin. Jusqu'à la fin de son livre et même dans l'accélération de l'action elle joue avec la complexité psychologique de ses personnages pour mieux surprendre et rebondir en jouant avec le côté obscur de l'esprit humain.

Citation

Les cambriolés remplaçaient leur télévision, les bleus des personnes battues s'estompaient, et les victimes de viol continuaient de vivre, d'aller travailler, d'acheter des provisions, d'envoyer des cartes postales et de chanter à la chorale. Les victimes d'homicide, elles, étaient mortes et le restaient.

Rédacteur: Fabien Maurice lundi 18 mai 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page