7 femmes contre Édimbourg

La tête était presque arrachée, une partie du cou manquait, le reste ne tenait au corps que par quelques filets de chair. Si on avait regardé par la trachée, on aurait pu voir la lumière entrant par la bouche ouverte.
Chrysostome Gourio - La Brigade des chasseurs d'ombres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 16 octobre

Contenu

Roman - Policier

7 femmes contre Édimbourg

Historique - Social - Médical MAJ jeudi 01 mars 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Ely M. Liebow
Seven against Edinburgh - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Françoise Jaouën
Paris : Baker Street, janvier 2012
416 p. ; illustrations en noir & blanc ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-917559-20-8

Actualités

  • 08/08 Édition: Un journal inédit de Conan Doyle publié outre-Manche
    Sir Arthur Conan Doyle espéra un jour s'affranchir de son détective Sherlock Holmes en le précipitant dans les chutes du Reichenbach. Il faut savoir que l'auteur écossais adorait écrire des ouvrages historiques d'aventure, et qu'il se sentait à l'étroit dans la peau de l'écrivain - certes à succès - d'enquêtes holmésiennes flamboyantes. Ses lecteurs ne l'entendirent pas ainsi, et il dû reprendre la plume et la page des aventures de Holmes là où il l'avait laissée : dans les remous d'une chute. C'est ainsi que le détective fit son retour dans Le Chien des Baskerville, roman qui il y a quelques années suscita L'Affaire du chien des Baskerville, une controverse littéraire de Pierre Bayard, pour qui Conan Doyle fait tout pour que son détective se trompe.

    Récemment, les éditions Baker Street ont publié deux ouvrages qui relatent ou s'appuient sur Holmes et le docteur Bell (celui-là même qui inspira à l'écrivain son personnage), à savoir ceux d'Ely M. Liebow, L'Homme qui était Sherlock Holmes et 7 femmes contre Édimbourg.

    Mais il faut savoir que Conan Doyle lui-même fût médecin. Et qu'il eût la chance, alors étudiant en médecine de vingt ans, de se retrouver à bord du Hope, un baleinier en partance pour l'Arctique. Fidèle à une tradition séculaire, Conan Doyle tenait un journal de bord.

    C'est ce journal qui est aujourd'hui publié par la British Library en facsimilé (car il y a évidemment son écriture mais aussi des dessins). Le journal sera publié intégralement avec transcription. Y seront insérées des photos de l'expédition.

    C'est aussi peut-être pour le rendre moins indigeste qu'il sera accompagné de quatre nouvelles. Une d'entre elles d'ailleurs, mettra en scène Sherlock Holmes ("The Adventure of Black Peter"), les trois autres auront trait à l'Arctique et à l'expédition : "The Captain of the Pole-Star", "The Glamour of the Arctic" et "Life on a Greenland Whaler". Enfin, le tout sera bien encadré puisque, introduit par les biographes Jon Lellenberg et Daniel Starshower, le volume comprendra aussi un essai qui expliquera comment cette expérience de Conan Doyle influença son écriture.

    L'ouvrage, Dangerous Work: Diary of an Arctic Adventure sera disponible à partir du 26 septembre en Angleterre. Nous ne savons pas quelle maison d'édition le publiera en France.

    Plus de détails sur Bestofscherlock.
    Liens : Le Chien des Baskerville |L'Homme qui était Sherlock Holmes : une biographie du Dr Joe Bell |L'Affaire du chien des Baskerville |Arthur Conan Doyle |Pierre Bayard

  • 27/07 Jeux: La SSHF et 7 femmes contre Édimbourg

Quand l'Académie de médecine était un bastion machiste

Depuis Lucy, l'émancipation féminine suit un chemin jonché de ronces. Ely M. Liebow raconte un épisode supplémentaire, le combat réel, mâtiné d'une fiction policière, de sept femmes qui veulent suivre des études de médecine, dans l'Écosse de la seconde moitié du XIXe siècle.

Le Dr Patrick Heron Watson raconte les événements vécus à l'automne et l'hiver 187., quand sept jeunes femmes, menées par Sophia Jex-Blake, veulent entreprendre des études de médecine. De par le monde, quelques-unes ont déjà forcé les barrages, ont pu se former et exercent aux USA, en France, en Allemagne. Mais en Écosse, une telle demande exacerbe les passions. Sophia et Edith Rechey ont reçu un message d'avertissement accompagné d'un doigt coupé.
Alexander Russel, le directeur du Scotsman, un journal favorable à leur lutte, organise un débat sur le sujet avec des adeptes d'opinions diverses. Alors que le débat, bien mené permet à chacun de s'exprimer sans trop de débordements, la lumière s'éteint brusquement. Lorsqu'elle revient, une boite grise est posée sur le pupitre des intervenants. Elle contient deux oreilles et un message : "Vous n'avez pas écouté ! Renoncez à vous inscrire – sinon, gare à vous !"
La tension monte dans Édimbourg. Une nouvelle menace écrite est retrouvée épinglée sur la porte de l'appartement de deux candidates, le comité directeur de l'hôpital est dissous, un toxicologue de renommée internationale menace de démissionner si les femmes entrent à l'Académie de médecine, des étudiants font circuler des pétitions, la Reine s'en mêle...
Mais les aspirantes médecins tiennent bon, soutenues par des individus de valeur comme le Dr Joseph Bell, son assistant Arthur Conan Doyle, le Dr Watson, l'inspecteur de police Mccabe, les journalistes du Scotsman... Et puis, le sang coule !

Ely M. Liebow, s'il fut professeur d'anglais à l'université de Chicago, doit surtout sa notoriété à l'animation pendant de nombreuses années de la branche locale des The Baker Street Irregulars. Il est l'auteur de quelques ouvrages dont le célébrissime L'Homme qui était Sherlock Holmes (Baker Street, 2009), la biographie du Dr Joseph Bell, l'homme dont Arthur Conan Doyle s'inspira pour Sherlock Holmes. C'est lors des recherches qu'il fit pour ce livre qu'il prit connaissance de cette affaire des aspirantes médecins où Bell joua un rôle important, ainsi que son jeune assistant Arthur Conan Doyle.

Dans 7 femmes contre Édimbourg, l'auteur étaye son intrigue sur des faits authentiques, le combat de ces jeunes femmes pour pouvoir suivre des études en médecine. Mais, si le seul récit de la lutte menée par ces aspirantes suffit à être passionnant, l'auteur y mêle des éléments fictionnels pour créer une dynamique supplémentaire. Il assemble judicieusement les deux parties pour une enquête que n'aurait pas désavouée Arthur Conan Doyle lui-même. Il offre un éclairage historique brillant sur le climat social et politique de l'Écosse de cette époque.

L'auteur s'attache à faire vivre les craintes des sommités en médecine, ces notables établis qui craignaient de perdre leur position. Ce qui est effarant, c'est de constater que des individus, a priori intelligents, à l'esprit ouvert à la nouveauté, puissent se comporter ainsi. C'est d'autant plus inepte de la part de médecins sensés connaître les capacités de l'humain, des femmes à assurer telles ou telles fonctions. Mais, était-ce des praticiens qui s'exprimaient où des individus confits en religion ? Les personnalités de Joseph Bell pèsent sur le roman ainsi que celle de Doyle.

7 femmes contre Édimbourg avec son intrigue alerte, l'expression des opinions professées à cette époque, se lit avec beaucoup d'intérêt.

Citation

Elle indiqua du doigt une petite boite en carton gris posée sur le pupitre. Le couvercle avait glissé sur le côté, découvrant deux oreilles à l'étrange couleur rosée posées sur du coton. Des oreilles humaines. Probablement celles d'une femme.

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 09 octobre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page